François de Fitz-James

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
François de Fitz-James
Biographie
Naissance 9 janvier 1709
à Saint-Germain-en-Laye (France)
Ordination sacerdotale 1733
Décès 19 juillet 1764 (à 55 ans)
à Soissons (France)
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale 16 juin 1739
par Mgr Nicolas-Charles de Saulx-Tavannes
Dernier titre ou fonction Évêque de Soissons
Évêque de Soissons

Blason
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

François, duc de Fitz-James, né à Saint-Germain-en-Laye le 9 janvier 1709 et mort à Soissons le 19 juillet 1764, est un prélat et théologien français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Troisième fils du maréchal de Berwick, il succéda à ce dernier titre après la mort de son frère aîné, décédé sans enfants le 13 octobre 1721. Il fut aussi gouverneur du Limousin. Mais il embrassa l'état ecclésiastique en 1727 et renonça à ses dignités, sauf au titre de duc. Ordonné prêtre en 1733, il passa la même année son doctorat en théologie et fut nommé grand vicaire à Lyon. Il eut en 1728 l'abbaye Saint-Victor de Paris et en 1738 Saint-Georges à Saint-Martin-de-Boscherville. En 1736, il se démit du duché patrimonial tout en conservant les honneurs de la pairie. Il fut enfin nommé évêque de Soissons en 1739 et premier aumônier du roi en 1742. C'est en cette dernière qualité qu'en 1744, il obtint, de Louis XV, gravement malade à Metz, le renvoi de sa favorite la duchesse de Châteauroux et une confession publique que le roi, craignant de mourir, ne put qu'accepter. Cela lui valut, dès la guérison du roi, d'être exilé dans son diocèse, où il mourut. Son frère Édouard de Fitz-James tenta de venger son honneur en provoquant en duel le maréchal de Coigny, selon le journal de Barbier[1]. Il laissa la réputation d'un homme de bien et d'un excellent évêque.

Principales publications[modifier | modifier le code]

  • Rituel du diocèse de Soissons (4 volumes, 1753)
  • Catéchisme ou exposition de la doctrine chrétienne (1756)
  • Œuvres posthumes (2 volumes, 1769)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Edmond Jean François Barbier, Chronique de la régence et du règne de Louis XV, pages 286 et suivantes.

Source[modifier | modifier le code]

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

  • (en) Fiche sur catholic-hierarchy.org