Immigration portugaise en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'immigration portugaise en France a eu lieu principalement dans les années 1960/70, pour fuir la dictature et permettre aux immigrés des conditions de vie meilleures. Les migrants Portugais étaient parfois surnommés Les gens des baraques. La plupart ont commencé à travailler dans le bâtiment.

À partir de 1973, le flux a commencé à se réduire progressivement. Aujourd'hui, il y aurait plus d'un million de Portugais vivant en France, principalement dans les grandes villes et en banlieue (comme dans le Val-de-Marne[1] ou à Saint-Denis)[2]. Le nombre total de la Diaspora portugaise en France (Portugais et Français d'origine portugaise) est estimée à 4 000 000.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1917, une avenue des Portugais a été inaugurée à Paris. Ce nom rend hommage au corps expéditionnaire envoyé par Lisbonne (ce qui représente 80 000 hommes). Au milieu des années 1950, la dictature de Salazar a cours au Portugal depuis 1926. Les Portugais décident de quitter le pays et de tenter leur chance de l'autre côté des Pyrénées[3]. La révolution des Œillets mettra fin à la dictature de Salazar.

Première phase (1916-1931)[modifier | modifier le code]

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Destinations[modifier | modifier le code]

Île-de-France[modifier | modifier le code]

Dans les années 1960, de nombreux immigrés portugais constituèrent le bidonville de Champigny-sur-Marne, qui compta plus de 10 000 habitants.

Plusieurs autres bidonvilles de Portugais se sont constitués comme celui de Massy par exemple ou encore celui des Francs-Moisins à Saint-Denis.

Corse[modifier | modifier le code]

En 2004, la communauté portugaise en Corse est l'une des plus importantes communautés avec plus de 13 000 Portugais[4].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • António Cravo, Les Portugais en France et leur mouvement associatif : 1901-1986, CIEMI, l'Harmattan, Paris, 1995, 207 p. (texte remanié d'une thèse de doctorat de Sciences sociales, EHESS)
  • Maria do Céu Mendes Cunha, Tribulations de la « Saudade » : familles, associations, identités des Portugais en France, Université Paris 8, 1994, 366 p. (thèse de doctorat de Sciences de l'éducation)
  • Elsa Lechner, Enfants de l'eau : la reconstruction de l'identité en situation d'immigration, le cas des Transmontanos en région parisienne, École des hautes études en sciences sociales, Paris, 2003, 325 p. (thèse de doctorat d'Anthropologie sociale et sciences sociales)
  • Lettres et arts de l'exil - Émigration lusophone : prosema, expositions, livres, musique, Cahiers lusophones, Paris, 2006, 128 p.
  • Victor Pereira, L'État portugais et les Portugais en France de 1957 à 1974, Institut d'études politiques de Paris, 2007, 892 p. (thèse de doctorat d'Histoire)
  • Victor Pereira, La dictature de Salazar face à l'émigration. L'Etat portugais et ses migrants en France (1957-1974), Paris, Presses de Sciences Po, 2012.
  • Victor Pereira, "L'immigration portugaise en France au XXe siècle", Site de la Cité Nationale de l'Histoire de l'Immigration : http://www.histoire-immigration.fr/histoire-de-l-immigration/dossiers-thematiques/caracteristiques-migratoires-selon-les-pays-d-origine/portugais
  • Les Portugais en Aquitaine : des « soutiers de l'Europe » à l'esquisse d'un partenariat privilégié ?, Centre d'études Nord du Portugal-Aquitaine, Centre d'études des espaces urbains, Talence, 1990, 335 p. (ISBN 2-85892-145-8)
  • Jocelyne Streiff-Fenart, Dossier : Portugais de France : Immigrés et citoyens d'Europe, Cahiers de l'URMIS, Nice, 2004, 87 p.
  • Maria-Alice Tomé et Teresa Pires Carreira, Portugais et luso-français, tome I, Double culture et identité, 194 p. (ISBN 2-7384-2511-9) ; tome II, Enseignement et langue d'origine, CIEMI, L'Harmattan, 200 p. (ISBN 2-7384-2512-7) (textes remaniés de deux thèses de doctorat de Sciences de l'éducation)
  • Béatrice de Varine (dir.), Lieux de vie et circulations des Portugais de France, Interaction France-Portugal, Paris, 2000, 236 p. (ISBN 2-9514908-0-1)

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Les Gens des Baraques de Robert Bozzi
  • La Valise en Carton de Linda de Suza
  • Sans Elle de Anna de Palma, 2003.
  • La photo déchirée : chronique d'une émigration clandestine, film documentaire de José Vieira, Centre National de la Cinématographie, Images de la Culture, Paris, 2004, 53' (VHS)
  • Un siècle d'intégration : 4 documentaires de 26 minutes, réalisés par Véronique Meriadec, Médiathèque des trois mondes, 2004 (DVD). Contient notamment : Je viens du Portugal.
  • Le pays où l'on ne revient jamais, suivi de La double vie des Rodrigues, film documentaire réalisé par José Vieira, La Huit distribution, Paris, 2007, 129' (DVD + brochure). Contient : Week-end en Tosmanie, Fado-blues, Les enfants de l'association.
  • Gens du salto, film réalisé par José Vieira, la Huit production (éd., distrib.), Paris, 2007, 195' (3 DVD + brochure). Contient : La photo déchirée, Les chants du déserteur, Seixas, Paris, Londres, La traversée pour Paris, Un aller simple, Complices d'évasion, Passagers clandestins.
  • Moradores, film de Jeanne Dressen, L'Harmattan, Paris ; Les Films d'Ilje, 2008, 52' (DVD)
  • La Cage Dorée, film de Ruben Alves, 2013

Reportages[modifier | modifier le code]

Musiques[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Cette page est adaptée ou copiée (en partie ou en totalité) de la page Vikidia « Immigration portugaise en France », mais a pu être modifiée depuis. Page consultée le 25 février 2010.