Maladie de Minamata

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maladie de Minamata
Classification et ressources externes
Minamata Disease Museum.jpg
Musée consacré à la maladie de Minamata
CIM-10 T56.1 (T56.1)
CIM-9 985.0
MedlinePlus 001651
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

On appelle hydrargyrisme toutes les formes d'intoxication par le mercure, mais en référence à une maladie qui a touché durant des décennies des milliers d'habitants des pourtours de la baie de Minamata[1], on parle de maladie de Minamata pour désigner les symptômes et syndromes subis par ces malades (en particulier les symptômes physiques et neurologiques graves et permanents induits par l'intoxication in utero aux composés de mercure (monométhylmercure principalement). C'est un des exemples les plus souvent cités pour évoquer les « maladies industrielles ».

En 2012, Gōshi Hosono, ministre de l’environnement japonais, au nom de l’État japonais a fait des excuses publiques auprès des malades et de leurs descendants.

L'origine historique de la maladie de Minamata[modifier | modifier le code]

Cénotaphe, édifié en mémoire des morts et malades intoxiqué par le méthylmercure de l'usine Chisso de Minamata

En 1907, le fondateur de la compagnie Chisso, Jun Noguchi, installe une usine pétrochimique à Minamata, au sud-ouest du Japon. La main-d'œuvre est principalement locale mais les cadres dirigeants sortent des plus hautes universités japonaises.

L'usine utilise de l'oxyde de mercure comme catalyseur pour la synthèse de l'acétaldéhyde CH3CHO. À partir de 1932, cette usine rejette de nombreux résidus de métaux lourds dans la mer dont des composés mercuriels.

Vingt ans plus tard, les premiers symptômes apparaissent (de nombreux problèmes liés au système nerveux, par exemple la perte de motricité) et la première description de la maladie remonte à 1949. À cette époque, on considère l'entreprise Chisso comme un exemple de réussite économique : c'est une des rares entreprises qui ont su continuer à fonctionner durant la guerre.

À la suite notamment de la consommation de poissons, on compta près de 900 décès de 1949 à 1965. La firme a par ailleurs reconnu 2 200 malades officiels mais a payé près de 10 000 personnes personnes atteintes pour qu'ils arrêtent les poursuites judiciaires (22 000 dollars chacun). Des mères ne présentant aucun symptôme ont donné naissance à des enfants gravement atteints (malformations congénitales plus ou moins lourdes, handicaps divers ou multiples, enfants mort-nés…).

En 1959, le docteur Hajime Hosokawa, employé de la firme Chisso, acquit la certitude, à la suite d'expériences qu'il mena sur plusieurs centaines de chats, que les phénomènes observés étaient liés à la pollution par le mercure. On avait, en effet, remarqué que les chats du port devenaient fous jusqu'à se jeter dans la mer pour s'y noyer. Ceci apportait une note apocalyptique au mal qui touchait la ville, mais permit de faire le lien avec la population la plus touchée : les familles de pêcheurs. Les poissons tenaient une part importante dans l'alimentation de ces deux groupes.

Les déversements de mercure continuèrent jusqu'en 1966 où un procédé de synthèse plus économique (et accessoirement moins polluant) fut mis en place. Durant toute cette période (1932-1966), environ 400 tonnes de mercure furent rejetées dans la baie.

À partir de 1977, les boues contaminées furent traitées et stockées.

En 1993, le mariage du prince héritier Naruhito avec la petite-fille de Yutaka Egashira, président de Chisso à l'époque des faits, provoqua une indignation passagère au Japon.

Il fallut attendre 1996 pour que l'État propose un compromis pour indemniser l'ensemble des victimes.

À la date de 2009, 53 ans après le début officiel de la maladie (mai 1956), plus de 13 000 malades ont été reconnus par l'entreprise et l'État :

  • 2 955 personnes reconnues par les comités préfectoraux ;
  • 51 personnes, à l'issue de la décision de la Cour suprême en 2004 ;
  • 10 353, lors du compromis politique de 1995/96.

Mais près de 25 000 sont encore en attente d'une décision :

  • 6 103 attendent une décision du système de reconnaissance ;
  • 17 780 reçoivent un certain suivi médical, mais il ne donne pas droit à une indemnisation et une reconnaissance de jure ;
  • 1 509 sont encore en procès avec l'État.

Et par-delà ce décompte, il reste difficile de savoir exactement combien de personnes ont été touchées.

Il existe, à long terme, une augmentation sensible du nombre de leucémies[2].

Activités humaines pouvant poser des problèmes d'intoxication au mercure[modifier | modifier le code]

  • L'orpaillage (l'extraction de l'or) utilise une grande quantité de mercure qui, sans traitement, risque de contaminer les populations locales. En Guyane par exemple, la Fédération des Organisations Amérindiennes de Guyane a décidé de se porter partie civile et de porter plainte contre X pour empoisonnement.
  • Plombages des dents cariées : l'amalgame utilisé en Europe, depuis 1830, est composé pour moitié de mercure. C'est un sujet de polémique avec les dentistes[3],[4].

Un problème à grande échelle[modifier | modifier le code]

Au total, chaque année, 4 500 tonnes de mercure sont relâchées par l'homme du fait de son activité industrielle et agricole.

  • rejets de mercure par les centrales thermiques au charbon.
  • rejets de mercure lors de l'incinération des déchets (le mercure se vaporise lors de la combustion ou est emporté par les fumées, et se disperse dans l'environnement par voie aérienne) : par exemple lors du recyclage des vieilles voitures, qui serait selon une récente étude américano-canadienne[réf. nécessaire], la quatrième source de mercure sur le continent nord-américain.
  • dissolution dans les eaux de surfaces de fongicides utilisées par l'agriculture et les papeteries.
  • rejets de mercure dans les eaux usées des industries (le mercure est encore très utilisé comme catalyseur ou revêtement de cathodes).

Une pollution étendue[modifier | modifier le code]

La concentration a augmenté jusque dans les régions éloignées de toutes pollutions, comme le Groenland. Transportés par les airs, la neige et par les courants marins, les métaux lourds, dont le mercure, gagnent tous les continents du globe et touchent tous les écosystèmes et toutes les chaînes alimentaires.

Référence dans les fictions[modifier | modifier le code]

  • Dans l'épisode Minamata de la série Eleventh Hour. Dans cet épisode, des gens sont empoisonnés au mercure d'où la référence à cette ville.
  • Dans Bleu toxic de Christophe Léon, un roman de 2010 (Le Seuil, collection Karactère(s)) pour adolescents mettant en scène deux désastres technologiques et écologiques dont la première nouvelle concerne la maladie de Minamata et la seconde la catastrophe de Bhopal, en Inde.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Fujiki M. & Tajima S. (1991) The pollution of Minamata bay by mercury. In : Hazard Assessment and Control of Environmental Contaminants in Water. Matsui S., ed., Osaka City, 166-173.
  • (fr) Gigon, Fernand (1975) Le 400e chat ou Les pollués de Minamata, édition Robert Laffont
  • (fr) Jobin, paul (2003) La maladie de Minamata et le conflit pour la reconnaissance ; Ebisu ; doi : 10.3406/ebisu.2003.1356 (PDF avec persee.fr)
  • (fr) Jobin, paul (2006) Maladies industrielles et syndicats au Japon, éditions de l'EHESS
  • (fr) Jobin, paul (2006) Maladies industrielles et renouveau syndical au Japon Recherches d'histoire et de sciences sociales ; éditions de l'EHESS, vol. 104 557 p ; ISBN 2-7132-2013-0 ;(résumé)
  • (fr) Jobin, paul (2012) L’État, c’est personne ! Ou l’État (japonais) à l’épreuve des catastrophes industrielles ; in Quaderni

2012/2 (no 78) 140 pages (résumé)

  • (en) Kudo A. & Miyahara S. (1991) Predicted Restoration of The Surrounding Marine Environment After an Artificial Mercury Decontamination at Minamata Bay, Japan – Economical Value for Natural and Artificial Processes. . In : Hazard Assessment and Control of Environmental Contaminants in Water. Matsui S., ed., Osaka City, 174-181.
  • Lévy, Christine 2008) Compte-rendu par C Lévy de l'ouvrage de Paul Jobin ; Maladies industrielles et renouveau syndical au Japon  ; Ebisu, Vol.39 no 39, p. 181-184 (PDF, 5 p, avec persee.fr)
  • (en) Sanichi Shobo (1973) Minamata Disease, ed.(in Aubert & Aubert 1973 p. 79)
  • (fr) Tonelotto, Myriam (2009) La voie du chat, documentaire produit en 2009, éditions de la Bascule[5]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. UQAR (2005) Pollution de la Baie de Minamata par le mercure
  2. (en) T. Yorifuji, T. Tsuda et N. Kawakami, « Age standardized cancer mortality ratios in areas heavily exposed to methyl mercury », Int Arch Occup Environ Health, vol. 8, no 80,‎ 15 mars 2007, p. 679-88 (PMID 17357798)
  3. Gilles van Kotte, « Mercure, vers la fin des amalgames dentaires », Le Monde,‎ 19 janvier 2013 (lire en ligne)
  4. Pia M. Kohler, Elisa Morgera, Keith Ripley, Gilles Schabus, Elsa Tsioumani et pour les Reporting Services de l’International Institute for Sustainable Development (IISD), « Compte-rendu de la cinquième session du Comité de négociation intergouvernemental chargé d'élaborer un instrument international juridiquement contraignant sur le mercure (CNI5) 13-19 janvier 2013 », Bulletin des Négociations de la Terre,‎ 8 février 2013 (lire en ligne)
  5. (fr) [vidéo] Minamata Suicide Cats sur YouTube