Sejong (ville)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Sejong le Grand
Sejong
Noms
Nom Hangeul 세종
Nom Hanja 世宗
Nom Romanisation révisée Sejong
Nom McCune-Reischauer Sechong
Administration
Pays Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud
Statut Ville spéciale autonome
Divisions 1 dong, 1 eup, 9 myeon
Démographie
Population 122 263 hab. (2012)
Densité 263 hab./km2
Géographie
Coordonnées 36° 29′ 13″ N 127° 16′ 56″ E / 36.487002, 127.28223436° 29′ 13″ Nord 127° 16′ 56″ Est / 36.487002, 127.282234  
Superficie 46 523 ha = 465,23 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Corée du Sud

Voir la carte administrative de Corée du Sud
Sejong

Géolocalisation sur la carte : Corée du Sud

Voir la carte topographique de Corée du Sud
Sejong

Sejong est une ville nouvelle située sur les rives du Geumgang au centre de la Corée du Sud à quelques kilomètres au nord de Daejeon. Le projet a été lancé par le président Roh Moo-hyun, dans le but de créer une nouvelle capitale administrative. Il a pour objectif de réduire le déséquilibre entre la mégapole de Séoul et la province au sud. L'inauguration de la ville a eu lieu le 1er juillet 2012[1]. À partir de 2014, Sejong comptera 16 ministères et 20 agences publiques.

Son territoire est essentiellement formé par l'ancien district de Yeongi. Elle est nommée en l'honneur du roi Sejong le Grand, le père de l'alphabet coréen.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le chantier en novembre 2009

Le projet a été initialement lancé en 2004 avec l'objectif de donner au pays une nouvelle capitale pour lutter contre le gigantisme de Séoul[2]. Après de nombreuses discussions à l'assemblée et suite à l'opposition de certains membres du grand parti national revenu au pouvoir, ce plan a été abandonné car cette décision aurait du être approuvée par les deux tiers des élus. En septembre 2009, le président Lee Myung-bak annonce qu'il préfère éviter le déménagement d'agences gouvernementales et propose un projet visant seulement la création d'un centre économique basé sur l'éducation et la science[3]. Finalement, un compromis a été trouvé avec le déplacement de ministères dont le cabinet du premier ministre et l'obtention d'un statut de ville autonome spéciale (특별자치시) similaire à celui de Séoul. Cependant, la présidence reste à Séoul.

L'objectif est d'atteindre les 500 000 habitants en 2030. La ville fait toutefois face à la réticence des fonctionnaires mais aussi du secteur privé et à la concurrence d'autres villes nouvelles mieux situées (Songdo, Saemangeum), au bord de la mer Jaune[2].

Divisions administratives[modifier | modifier le code]

Subdivisions administratives

La ville de Sejong est dirigée par Yoo Han-shik qui était auparavant gouverneur du district de Yeongi (2008-2012)[4]. Le centre-ville encore en construction est formé par le quartier d'Hansol-dong. Dans son ensemble, le territoire administré s'étend sur 465 km². En 2012, la population totale est de 122 263 habitants. Il est constitué essentiellement par l'ancien district de Yeongi (82 733 habitants en 2003) agrandi par des villages dépendant auparavant des villes de Gongju et de Cheonan. Actuellement, la plus grande partie de la population y habite. Ce territoire regroupe les communes (myeon, 면) de Yeongi (연기면, 3608 habitants, 53,5 km², les chiffres datent de juillet 2010), Geumnam (금남면, 9366 hab., 73,6 km²), Janggun (장군면), Bugang (부강면, 7195 hab le 31.7.2011, 35,1 km²), Yeonseo (연서면, 7812 hab., 54,6 km²), Yeondong (연동면, 4084 hab., 29,5 km²) Jeonui (전의면, 6841 hab., 62,3 km²), Jeondong (전동면, 4032 hab., 57,8 km²), Sojeong (소정면, 3111 hab., 16,6 km²) et surtout le bourg (eup, 읍) de Jochiwon (조치원읍, 42 561 hab. en juillet 2010), l'ancien centre administratif.

Infrastructures[modifier | modifier le code]

L'établissement de cette ville en tant que centre de recherche et d'éducation est favorisé par la présence à proximité de campus secondaires de deux universités prestigieuses, l'université Korea (depuis 1980) et l'université Hongik (depuis 1989) construits à Jochiwon.

Elle est desservie par l'aéroport de Cheongju et par la gare KTX d'Osong pour les trains à grande vitesse tous deux situés en dehors des limites de la ville.

Attractions touristiques[modifier | modifier le code]

  • La forteresse du mont Unju (Unjusanseong)[5] :

Cette forteresse date de la période de Baekje. Il en reste un mur de 2 mètres de large et de 2 à 8 mètres de haut. Sa taille est imposante, elle a un pourtour de 3210 mètres. Vers l'an 600, le roi Pung et le général Dochim ont tenté de lancer un mouvement pour restaurer la force du royaume de Baekje. C'est dans ce fort qu'ils se sont retrouvés encerclés et ont trouvé la mort. Une cérémonie est tenue en leur mémoire chaque mois de septembre. Une autre forteresse se trouve sur le mont Kumsung.

  • Le mémorial de la bataille de Yeongi[5] :

C'est un parc qui commémore la bataille qui s'est déroulée entre le royaume de Goryeo et le Won en 1291 sur le mont Jungjua.

  • Les temples bouddhistes :

Les temples principaux sont Biamsa, Hwangryongsa, Yeonhwasa, Hakrimsa et Gwaneumsa.

  • Le réservoir de Gobok :

C'est un lac artificiel qui sert de réservoir pour l'agriculture et qui est très poissonneux. Depuis 1990, il a été aménagé en tant que parc municipal et est apprécié par les pêcheurs.

  • Le musée d'histoire locale de Yeongi

Lien externe[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :