Administration territoriale de la Corée du Sud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Corée du Sud est divisée en plusieurs régions administratives. Les principales subdivisions consistent en neuf provinces (do, 도, 道), six villes métropolitaines (gwangyeogsi, 광역시, 廣域市), et deux villes spéciales (teukbyeolsi, 특별시, 特別市). Administrativement, les villes ont le même statut que les provinces.

Les subdivisions secondaires sont : l'arrondissement (gu), la ville (si) et le district (gun), qui sont eux-mêmes composés de bourgs (eup), communes rurales (myeon), de quartiers (dong ou gu) et de villages (ri).

Les villes spéciales[modifier | modifier le code]

Ce sont les deux villes qui accueillent les institutions gouvernementales.

  • La première est Séoul (서울특별시 ; 漢城特別市), la capitale du pays. Elle a le statut de ville spéciale (teukbyeolsi, 특별시, 特別市). Voir 1 sur la carte pour sa localisation.
  • La deuxième est Sejong depuis le 1er juillet 2012. C'est une ville nouvelle qui doit accueillir les ministères à partir de 2013-2014, seule la présidence restant à Séoul. C'est une ville spéciale autonome (teukbyeoljachi-si, 특별자치시, 特別自治市).

Les six villes métropolitaines[modifier | modifier le code]

Provinces of South Korea.svg

Les six villes métropolitaines (gwangyeogsi, 광역시, 廣域市) sont :

  • 2 - Pusan (autre romanisation : Busan) (부산광역시 ; 釜山廣域市)
  • 3 - Daegu (대구광역시 ; 大邱廣域市)
  • 4 - Incheon (인천광역시 ; 仁川廣域市)
  • 5 - Gwangju (광주광역시 ; 光州廣域市)
  • 6 - Daejeon (대전광역시 ; 大田廣域市)
  • 7 - Ulsan (울산광역시 ; 蔚山廣域市)

Séoul et les villes métropolitaines de Gwangju et Daejeon ainsi que les villes de Suwon, Cheongju et Jeonju, qui ont plus de 500 000 habitants, sont divisées en gu (« arrondissement » ; 구; 區). Les gu ont des pouvoirs semblables à ceux des arrondissement de Londres et de New York. Ceux de Séoul et des villes métropolitaines ont plus de pouvoirs. Les gu sont divisés en quartiers, nommés dong.

  • Arrondissements (gu)
    • Quartiers (dong)
      • Sous-quartiers pour Séoul et Suwon (ga)

Un dong (« quartier » ; 동; 洞) est l'unique subdivision administrative des arrondissements et des villes qui justement ne comportent pas d'arrondissement. Certains quartiers très populeux, par exemple à Séoul et Suwon, sont divisés en ga (가; 街), mais seulement pour fins d'adresses.

Les neuf provinces[modifier | modifier le code]

Les neuf provinces (do, 도, 道) sont :

Les provinces ont deux types de subdivisions : un si (« ville » ; 시 ; 市) est une ville de plus de 150 000 habitants et une même région est appelée un gun (« district » ; 군; 郡) si elle comporte moins d'habitants.

Les villes (si) de moins de 500 000 habitants sont uniquement divisées en quartiers (dong).

  • Villes (si) de moins de 500 000 habitants
    • Quartiers (dong)

Les districts[modifier | modifier le code]

Les gun (« districts », « district ruraux » ou « cantons » ; 군; 郡) sont, avec les si, des subdivisions des provinces ainsi que des villes métropolitaines de Pusan, Daegu, Incheon et Ulsan, avec les gu.

Les districts ont des populations inférieures à 150 000 habitants (autrement, ils deviennent des villes) et ont un caractère plus rural que les villes ou les arrondissements. Les districts sont subdivisés en municipalités qui sont appelées eup (« bourg » ou «  petite ville » ; 읍; 邑) pour les plus peuplées et myeon (« commune rurale» ; 면; 面) pour les plus petites. Ces municipalités sont elles-mêmes des regroupements de villages, dits ri ( 리; 里). Théoriquement, la population minimale d'un eup est de 20 000 habitants et celle d'un myeon 6 000 habitants. Toutefois, de nombreux contre-exemples existent.

  • Districts (gun)
    • Bourgs (eup)
      • Villages (ri)

ou bien

  • Districts (gun)
    • Communes rurales (myeon)
      • Villages (ri)

Projet d'une nouvelle capitale[modifier | modifier le code]

En décembre 2003, la loi de délocalisation de la capitale Séoul, menacé d'hypertrophie, vers la province de Chungcheong du Sud à 160 kilomètres plus au sud, fut votée par le parti uri du président Roh et l'opposition du GPN de Park Geun-hye.
Le gouvernement de Corée du Sud désigna en 2004 un site d’une superficie de quelque 71 km², comme étant celui d'une nouvelle capitale construite de toutes pièces, baptisée Sejong, à une vingtaine de kilomètres à l'ouest de Cheongju et à une trentaine au nord de Daejeon. Mais, fin octobre 2004, la Cour constitutionnelle déclarait que la localisation de la capitale nationale était implicitement du domaine constitutionnel.
Il faudrait pour que la délocalisation soit effective que l'amendement de délocalisation soit voté comme une modification constitutionnelle sanctionnée d'une part par un vote à la majorité des 2/3 à l'Assemblée, d'autre part par un référendum national. Après de longs débats, un compromis est adopté fin 2010 prévoyant le déménagement de 36 ministères et agences publiques et la création de la ville spéciale de Sejong.

Voir aussi[modifier | modifier le code]