Esprit vengeur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'esprit du prêtre vengeur Raigō retourne sous forme d'une invasion de rats et détruit le temple Mii. Tsukioka Yoshitoshi 1891
Comme un mari passe par l'endroit où sa femme enceinte a été sauvagement assassinée, son fantôme apparaît et lui remet leur enfant. Elle lui raconte alors l'histoire de l'assassinat et l'aide comme il se venge de sa mort. Utagawa Kuniyoshi 1845

Dans la mythologie et le folklore, un esprit vengeur ou esprit de vengeance est l'esprit d'une personne décédée qui revient de l'après-vie pour chercher vengeance pour un traitement cruel, contre nature ou une mort injuste. Dans certaines cultures où les funérailles et les cérémonies d'inhumation ou de crémation sont importantes, ces esprits vengeurs peuvent également être considérés comme des fantômes malheureux de personnes qui n'ont pas reçu de rite funéraire approprié[1].

Contexte culturel[modifier | modifier le code]

Le concept de fantôme vengeur remonte à l'Antiquité et fait partie de nombreuses cultures. Selon ces légendes et croyances, les fantômes errent dans le monde des vivants comme des esprits sans repos et cherchent à redresser des griefs qui leur ont été faits avant de retourner dans le monde des morts après que justice a été faite, mais dans certains cas, restent inapaisés[2]. Dans certaines cultures les fantômes vengeurs sont en majorité des femmes injustement traitées et mortes dans le désespoir[3],[4].

Exorcisme et apaisement sont parmi les coutumes religieuses et sociales pratiquées par les différentes cultures par rapport aux esprits vengeurs. Les Aché au nord du Paraguay incinéraient les personnes âgées supposées abriter des esprits vengeurs dangereux au lieu de leur donner un enterrement coutumier[5]. Dans les cas où la personne a été tuée et le corps enseveli sans cérémonie, le cadavre peut être exhumé et inhumé selon les rites funéraires appropriés afin d'apaiser l'esprit. D'autres peuples sont connus pour saler et brûler leurs corps, là où ils ont été tués ou avec ce qui les a tué.

Fantômes vengeurs apparaissent dans de nombreux films contemporains de différents pays tels que The Grudge, La Chambre des tortures, Fog, The Ward : L'Hôpital de la terreur, Cassadaga, Kaal, Left for Dead, Bees Saal Baad, Darling, Ragini MMS, Dark Shadows et la série Troublesome Night ainsi que les séries télévisées Spooky Valentine, Spooky Nights, Charmed and Ghost Whisperer and the popular Thai television soap opera Raeng Ngao. They are also part of the theme of novels such as Tamír Triad and Tamsin, comics such as Gentleman Ghost and Judge Death, animated television series like Danny Phantom and adventure games such as Chzo Mythos.

Liste d'esprits vengeurs[modifier | modifier le code]

Rome ancienne[modifier | modifier le code]

Lémures dans la mythologie romaine sont les esprits vengeurs errants de ceux auxquels n'ont pas été accordés sépulture, rites funéraires ou culte affectueux par les vivants[6].

Grèce ancienne[modifier | modifier le code]

Kères (Κῆρες), esprits de mort violente ou cruelle dans la mythologie grecque[7].

Îles britanniques[modifier | modifier le code]

Le Glaistig (en), esprit féminin sans repos qui passe pour hanter certains endroits en Écosse tels que le château de Crathes, le château de Knock et le château d'Ashintully. Dans quelques contes elle est assassinée dans une robe verte, puis fourrée sans ménagement dans la cheminée par un domestique. Il se dit que ses traces peuvent encore être entendues lorsqu'elle marche dans le château avec tristesse[8].

Chine[modifier | modifier le code]

  • Mogwai, fantôme vengeur ou démon dans la mythologie chinoise
  • Nü gui ((zh)) est un fantôme féminin vengeur du folklore chinois. Elle apparaît avec les cheveux défaits[9].
  • Yuan gui ((zh)), esprits de personnes décédées de mort injustifiée[10].

Sous continent indien[modifier | modifier le code]

Chudail (ourdou : چڑیل, Devanagari: चुड़ेल), fantôme féminin du folklore indien, bien connu en Inde du nord et au Pakistan[11]. Cet esprit passe pour provenir d'une femme décédée soit dans l'accouchement, la grossesse ou lors de ses menstruations, dans un état d'impureté rituelle[12],[13],[14].

Japon[modifier | modifier le code]

  • Funayūrei (船幽霊 or 舟幽霊?, lit. « esprit de bateau ») sont des fantômes (yūrei) devenus des esprits vengeurs en mer. Ils sont mentionnés dans les folklore de différentes régions du Japon.
  • Goryō. Un certain type d'esprits, habituellement les fantômes de martyrs dans la mythologie japonaise[15].
  • Kuchisake-onna, esprit vengeur d'une femme mutilée par son mari.
  • Mu-onna (無女), esprit vengeur d'une mère qui a perdu son enfant en raison de famine ou de la guerre.
  • Onryō, nom générique du folklore japonais des fantômes qui reviennent du purgatoire pour un tort subi au cours de leur vie. Les onryō sont en majorité des femmes et se manifestent souvent physiquement plutôt que sous forme spectrale.

Amérique latine[modifier | modifier le code]

  • Dama Branca, aussi appelée Mulher de Branco (« femme en blanc ») en portugais, est le fantôme d'une jeune femme morte à la naissance ou de causes violentes dans la mythologie Brésilienne [16]
  • La Llorona, aussi appelée « femme en blanc ». Un esprit féminin du Mexique qui a noyé ses propres enfants parce que son mari l'a quittée.
  • La Sayona (es), esprit féminin qui croyait que son mari a eu une liaison avec sa mère au Vénézuela et en Colombie.
  • Patasola (en), esprit féminin d'Amérique du sud qui apparaît sous les traits d'une belle femme. Elle séduit les hommes et les attire dans les profondeurs de la forêt où elle se transforme en bête et dévore l'homme.
  • Sihuanaba (en), esprit féminin qui a eu une liaison et attaques hommes infidèles au Salvador.

Amérique du nord[modifier | modifier le code]

Asie du sud-est[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Heonik Kwon, Ghosts of War in Vietnam [« Fantômes de guerre en Vietnam »], Cambridge, Cambridge University Press,‎ (ISBN 0-521-88061-0)
  2. « Kentucky's Most Haunted: The Vengeful Ghost of Carl Pruitt », Yahoo.
  3. (en) Henry Whitehead, The Village Gods of South India [« Les dieux de village de l’Inde du Sud »], New Delhi, Asian Educational Services,‎ (ISBN 978-812060137-6)
  4. (en) Xavier Romero-Frias, The Maldive Islanders: A Study of the Popular Culture of an Ancient Ocean Kingdom [« Les habitants des Îles Maldives : un étude de la culture populaire de l’ancien royaume océanique »], Barcelona,‎ (ISBN 84-7254-801-5)
  5. Pierre Clastres, Chronique des indiens Guayaki. Ce que savent les Aché, chasseurs nomades du Paraguay. Plon. Paris, 1972
  6. Aurelie Augustin, La Cité de Dieu, p. 11.
  7. Hésiode, Théogonie, p. 211, traduit par Hugh G. Evelyn-White.
  8. « Crathes Castle », About Aberdeen.
  9. Nu Gui (女鬼) au festival d'anime de Shenzhen en Chinr
  10. (zh) Zhiming (孔志明) Kong, « 左傳中的厲鬼問題及其日後之演變 »,‎ (consulté le 4 mars 2013)
  11. Janet Chawla, Child-bearing and culture: women centered revisioning of the traditional midwife : the dai as a ritual practitioner, Indian Social Institute,‎ , p. 15
  12. Theresa Cheung, The Element Encyclopedia of the Psychic World, Harper Element,‎ (ISBN 978-0-00-721148-7), p. 112
  13. Hannah Fane, « The Female Element in Indian Culture », Asian Folklore Studies, Nanzan University, vol. 34, no 1,‎ , p. 100 (JSTOR 1177740)
  14. Theresa Bane, Encyclopedia of Vampire Mythology, McFarland,‎ , 47–8 p. (ISBN 978-0-7864-4452-6), « Chedipe »
  15. Iwasaka, Michiko and Toelken, Barre. Ghosts and the Japanese: Cultural Experiences in Japanese Death Legends, Utah State University Press, 1994. (ISBN 0-87421-179-4)
  16. (pt) « É de arrepiar: Mulheres de Branco », Supernatural Brasil.
  17. (th) « Phi Tai Hong », We love book.
  18. (en) Clifford Geertz, The religion of Java [« La réligion de Java »], University of Chicago Press,‎ (ISBN 0-226-28510-3, lire en ligne), p. 18
  19. (en) « Ghosts in Thai Culture », Zimbio.
  20. (en) Maria Priskamarvina, « Indonesian Ghosts », Word press