Elephas antiquus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’éléphant à défenses droites ou Elephas antiquus est une espèce éteinte d'éléphants étroitement apparentée à l'éléphant d'Asie actuel. Il vivait en Europe au Pléistocène moyen et supérieur (781 000 - 11 550 ans avant notre ère).

Ancien nom et espèces apparentées[modifier | modifier le code]

Le genre Elephas était également nommé Palaeoloxodon pour les espèces fossiles. Aussi l'espèce était également désignée parfois sous le nom de Elephas [Palaeoloxodon] antiquus ou Palaeoloxodon antiquus.

Certains auteurs considèrent Elephas namadicus, une espèce asiatique plus petite, comme une variante ou une sous-espèce d’Elephas antiquus.

Principales caractéristiques[modifier | modifier le code]

Crâne et défenses d'Elephas antiquus

Cet animal atteignait 3,70 m de haut et possédait de longues défenses, légèrement recourbées vers le haut. Ses pattes étaient un peu plus longues que celles des éléphants actuels. On[Qui ?] suppose que cet éléphant avait une langue de 80 centimètres de long qu'il pouvait projeter à une courte distance de la bouche[Informations douteuses] pour saisir des feuilles et des herbes. Avec cette langue et un trompe flexible, il était capable de brouter ou de parcourir les feuillages du Pléistocène jusqu'à environ 8 mètres de hauteur.

Comportement[modifier | modifier le code]

Les éléphants à défenses droites vivaient en petits troupeaux d'environ 5 à 15 individus. Ils préféraient un environnement chaud et prospéraient durant les périodes interglaciaires, s'étendant en Europe continentale et jusqu'à la Grande-Bretagne aux époques les plus chaudes. Pendant les périodes plus froides, l'espèce migrait vers le Sud. Elephas antiquus a disparu en Grande-Bretagne au début de la dernière période glaciaire, il y a environ 115 000 ans. Le mammouth lui a alors succédé.

Fossiles[modifier | modifier le code]

Les défenses isolées sont relativement communes au Royaume-Uni. Une défense de cet éléphant a été mise au jour pendant la construction de l'École de la Communauté à Swanscombe. En revanche, les squelettes entiers voire partiels sont très rares.

Les restes de squelettes au Royaume-Uni n'ont été fournis que par quelques sites. Deux d'entre eux se trouvent dans le bassin inférieur de la Tamise, l'un à Upnor dans le Kent et un à Aveley dans l'Essex. Les fouilles archéologiques préparatoires à la construction d'une voie ferroviaire entre Londres et l'entrée du tunnel sous la Manche ont fourni un squelette vieux de 400 000 ans correspondant à un éléphant aux défenses droites dans la Vallée d'Ebbsfleet, près de Swanscombe, dans le Kent. Il était au bord de ce qui avait été jadis un petit lac. Des instruments de silex dispersés tout autour suggèrent que l'animal avait été dépecé par des humains de l'époque, appartenant à l'espèce Homo heidelbergensis.

Sur le territoire continental de l'Europe, on a trouvé un grand nombre de restes d'éléphants aux défenses droites. Un petit nombre de ces sites contiennent même, outre un squelette, du matériel archéologique comme dans la Vallée d'Ebbsfleet (Angleterre). À Lehringen (Allemagne), on a trouvé un squelette avec les restes d'une lance en bois d'if entre les côtes et des vestiges lithiques autour de la tête.

On a également trouvé des restes d'éléphants aux défenses droites avec des outils en silex sur les sites de Torralba et d'Aridos en Espagne, et de Notarchirico en Italie.

Descendants nains[modifier | modifier le code]

Des éléphants sans doute issus de l'éléphant aux défenses droites ont été décrits dans beaucoup d'îles de la Méditerranée, où ils ont évolué en espèces naines. On pense que les facteurs responsables du nanisme chez les mammifères insulaires sont la réduction de la disponibilité en aliments, de la prédation et de la compétition. Ainsi Palaeoloxodon creticus, le pachyderme nain qui vivait en Crète il y a des centaines de milliers d'années a évolué en Mammuthus creticus, le plus petit mammouth connu en 2012[1].

Article détaillé : Évolution insulaire.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Elephas antiquus.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) V. L. Herridge et A. M. Lister, « Extreme insular dwarfism evolved in a mammoth », Proceedings of the Royal Society B: Biological Sciences,‎ 9 mai 2012 (lien DOI?)

Source[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :