Hypsodontie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Incisives de cheval.

L’hypsodontie est le fait, pour un mammifère, d'avoir une denture où les dents ont une couronne haute, une racine éventuellement courte, de l'émail dentaire qui s'étend au-delà de la ligne gingivale et une croissance prolongée ou continue des dents hypsodontes.

On la retrouve cher les animaux ayant une alimentation végétale fibreuse ou pouvant contenir des minéraux comme chez les rongeurs (Castor notamment), les chevaux et les cerfs.

Vocabulaire associé[modifier | modifier le code]

L'adjectif correspondant est hypsodonte.

Le fait d'avoir une denture inverse est appelé brachyodontie.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Le type, le degré et la signification évolutive[1],[2] de l'hypsodontie comptent parmi les critères de classification[3] qui permettent aussi d'identifier des fossiles d'espèces de mammifères anciennes ou disparues, notamment chez les rongeurs[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mendoza, M., & Palmqvist, P. (2008) Hypsodonty in ungulates: an adaptation for grass consumption or for foraging in open habitat ? Journal of Zoology, 274(2), 134-142.
  2. Viriot L (1994) Tendances évolutives des molaires chez les arvicolidés (Rodentia, Mammalia) ; thèse de Doctorat ; (résumé)
  3. Koenigswald WV (2011) Diversity of hypsodont teeth in mammalian dentitions—construction and classification. Palaeontographica Abt. A, 294, 63-94.
  4. Jeannet, M. (1978). L’hypsodontie chez les campagnols et les autres mammifères. Bulletin mensuel de la Société Linnéenne de Lyon, 5, 206-213.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Tobien H (1977) Brachyodonty and hypsodontyin some Palaeogene Eurasiatic Lagomorphs. Geobios, 10, 211-212.
  • Breton G (1996) Ponctualisme et gradualismeau sein d'une même lignée: Réflexions sur la complexité et l'imprédictibilité des phénomènes évolutifs. Geobios, 29(1), 125-130.