Dust Bowl

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Front d'une tempête de poussière dans le Texas en 1935.

Le Dust Bowl (« Bassin de poussière ») est une série de tempêtes de poussières, véritable catastrophe écologique qui a touché, pendant près d'une décennie, la région des Grandes Plaines aux États-Unis et au Canada dans les années trente.

Contexte économique[modifier | modifier le code]

Tempête de poussière arrivant sur Spearman (Texas), le 14 avril 1935
Ensevelissement dû à une tempête de poussière à Dallas (Dakota du Sud)
Fermier et ses enfants, pris dans une tempête de poussière dans le comté de Cimarron (Oklahoma)

Ce phénomène s'est produit au moment de la Grande Dépression. Une partie du Middle West, cœur agricole des États-Unis, a alors été ravagée par la sécheresse et par de terribles tempêtes de poussière, qui pouvaient durer plusieurs jours.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Ces tempêtes détruisirent toutes les récoltes, dépouillèrent les champs de leur terre (érosion), la remplaçant par de la poussière, et ensevelirent habitations et matériel agricole. Des milliers de fermiers furent jetés sur les routes, en direction de l'ouest. On pense qu'environ trois millions de personnes ont ainsi migré, notamment vers la Californie, en empruntant la Route 66, à l'époque l'axe principal est-ouest du pays. Les fermiers les plus touchés étaient originaires de l'Oklahoma (environ 15 % de la population de l'État) et de l'Arkansas. On leur donna respectivement les noms de Okies et de Arkies. John Steinbeck, dans son roman Les Raisins de la colère, décrit cette période de l'histoire américaine. La Route 66 y est The Mother Road (la « route-mère »), car toutes les routes secondaires débouchaient sur elle[1]

Explications[modifier | modifier le code]

Cette catastrophe serait pour tout ou partie due au surlabourage, c'est-à-dire à un abus dans l'utilisation du labour occasionnant une érosion très importante.

Solutions[modifier | modifier le code]

Lorsque l'érosion était trop grave et qu'elle concernait des sols vulnérables (limons fins), la solution a souvent été, dans un premier temps, de faire une culture en « courbes de niveau » (contour plowing) avec des alternances charrue-instrument à dents, ou la « culture alternée », consistant à distribuer le long des pentes des zones portant des cultures différentes ou intégrant des bandes en jachère (« culture en bandes », strip cropping).

Dès qu'il a été possible d'assurer un contrôle efficace des mauvaises herbes, la culture sans labour, voire le semis direct, se sont développés.

Le gouvernement américain a également prôné une réduction draconienne du bétail, afin d'alléger la charge de culture.

La crise écologique provoquée par le Dust Bowl a conduit le gouvernement américain à créer le « Soil Conservation Service », appelé aujourd'hui « Natural Resources Conservation Service (en) », une agence chargée de la sauvegarde des ressources naturelles et de l'environnement et dépendant du ministère de l'Agriculture.

Cette période des années 1930 a profondément marqué l'écologie scientifique nord-américaine.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christophe Masutti, Les faiseurs de pluie. Dust Bowl, écologie et gouvernement (Etats-Unis, 1930-1940), DHVS/Université de Strasbourg, sous licence CC-By-Sa, 2012. Page web

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Articles « Dust Bowl » et « Route 66 » dans What's What, Dictionnaire culturel du monde anglophone, ss la dir. de Gérard Hocmard, Ellipses, 2004, p. 184 et 529.