Mère migrante

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dorothea Lange, Mère migrante (Migrant Mother), 1936.

Mère migrante, ou plutôt Migrant Mother en anglais, est la photographie la plus célèbre de Dorothea Lange et une des plus connues du programme de la Farm Security Administration (FSA). Cette image, captée avec cinq autres clichés au printemps 1936, représentant Florence Owens Thompson et ses enfants, est devenue le symbole de la Grande Dépression aux États-Unis.

Dorothea Lange est une photographe indépendante qui avait conclu un contrat pluriannuel au bénéfice de sa propre petite entreprise californienne avec le service de la propagande gouvernementale afin de promouvoir le New deal du président Roosevelt.

Histoire d'une photo[modifier | modifier le code]

Ce 6 mars 1936, en parcourant la Route 101 longeant la côte californienne en direction de Watsonville, Dorothea Lange revient fatiguée d'une moisson photographique à l'usage de sa mission mandatée par la FSA. Son automobile a le coffre chargé de pellicules portraiturant les travailleurs pauvres ou les saisonniers des champs. Elle estime avoir rempli sa banale journée de collecte en solitaire, lorsqu'à Nipomo, elle dépasse un panneau indiquant un camp de ramasseurs de petits pois. Peu après, elle observe près d'une voiture abandonnée un campement insolite : une femme avec deux petits enfants et une fille plus grande sous un abri de toile sommaire. Il lui semble que la femme assise allaite un bébé, qu'elle scrute avec anxiété la route. Mais la photographe poursuit son chemin, soucieuse de rentrer avant la nuit vers son home de San Francisco. Pendant une dizaine de kilomètres, elle hésite sur ce dernier choix, hantée par ce visage. Elle se demande si elle ne devrait pas faire le chemin inverse pour terminer un lot de pellicules juste avant la brune. Alors qu'elle trouve un endroit pour faire demi-tour, elle se ravise à conclure ainsi sa journée.

Dorothea Lange descend de voiture, salue respectueusement à distance la grande fille et la femme au bébé avec les deux enfants, qui, se pressant de peur contre leur mère, cachent leurs misérables figures. Elle se présente officiellement, propose une aide qui est déclinée et leur demande prudemment l'autorisation de faire quelques prises de vue. La photographe s'approche du groupe surpris de cette proposition, parle doucement pour la convaincre. La femme accepte. La photographe explique la manière dont elle va réaliser les clichés, questionne la femme sur son identité civile et son âge. Il s'agit de Florence Owens Thompson, 32 ans, mère de famille qui attend son compagnon et des proches parents partis chercher un véhicule de dépannage ou provisoire dans la petite ville proche où la famille réside. Après avoir pris des notes et avoir expliqué la procédure au petit groupe, Dorothea Lange les invite à garder différentes poses, en particulier celles qu'elle a observées auparavant, à son passage en voiture ou en arrivant devant eux. Elle prend alors six clichés en s'approchant graduellement. Elle les remercie, leur souhaite une bonne soirée et s'esquive. L'opération professionnelle qui livrera six portraits a duré dix minutes.

Dorothea en remontant dans sa voiture se hâte vers San Francisco. Elle est presque convaincue d'avoir perdu son temps. Elle craint que les clichés ne soient point récupérables à cause de la trop faible luminosité. Le laboratoire la rassure quelques jours plus tard. Il y a même une luminosité religieuse ou biblique qui imprègne ses clichés, qu'elle glisse avec les autres photographies.

Les cinq autres photographies[modifier | modifier le code]

Lange prendra six photos ce jour-là, la dernière étant la fameuse Migrant Mother.

Les personnes présentes sur la première image sont (de gauche à droite) : sur la chaise à bascule, Viola, 14 ans ; debout dans la tente, Ruby, 5 ans ; assise sur la caisse, Katherine, 4 ans ; Florence, 32 ans, et Norma, 1 an, dans les bras de Florence. La cinquième image sera utilisée par les journaux dès le lendemain pour illustrer le sujet dédié aux migrants démunis et affamés.

Polémiques[modifier | modifier le code]

De nombreux photographes ont failli passer à la postérité comme les auteurs d'une seule photographie ; ce fut le cas de Robert Capa, avec son soldat espagnol s'effondrant mais aussi de Dorothea Lange avec sa Mère migrante (Migrant Mother).

De nombreux détails concernant la prise de cette photographie ont été recueillis et des polémiques sont nées. Dorothea Lange qui, avant sa mort, n'en finissait pas de raconter ou corriger l'histoire de son célèbre cliché, regrettait ouvertement de l'avoir pris, car, mis à part une célébrité envahissante de femme photographe mondialement connue, il ne lui avait rien rapporté.

Selon Lange, qui n'a jamais questionné la femme sur sa condition exacte, ce groupe abandonné ne pouvait partir car ils avaient vendu les pneus de leur voiture afin de se procurer de quoi manger, détail qui s'est révélé inexact selon les souvenirs de la fille des Thompson dans les années 1970 : la voiture était tombée en panne (elle s'est juste arrêtée avec sa famille le temps de faire réparer sa voiture dans le camp de Nipomo[1]). Présentée comme une Américaine blanche, Florence Owens Thompson serait en fait d'ascendance cherokee, née Florence Leona Christie en 1903 « dans un tipi » dans le Territoire indien (aujourd'hui en Oklahoma)[1].

On a aussi affirmé que le mari était mort depuis quatre ans, laissant une veuve avec six enfants à sa charge, lesquels se nourrissaient alors comme ils le pouvaient, de trouvailles. Enfin, des critiques ont dénoncé une histoire prétendument montée de toutes pièces, faite dans le but de sensibiliser à la misère et d'assurer la propagande gouvernementale.

Ce qui est plus sûr, c'est qu'à la célébrité agaçante subie par Dorothea Lange, ont correspondu la vilenie et le marquage du sceau de la pauvreté sur la veuve Thompson ayant eu déjà ou ensuite plusieurs compagnons et enfants. Reconnue, elle endossait le rôle de la pauvresse éternelle et subissait une accablante dégradation sociale. La publication du cliché le plus proche et le plus réussi avait transformé un éphémère et angoissant moment d'attente (attente des hommes partis trouver un moyen de réparation et de sauvetage) en image du destin de l'humanité appauvrie par la crise : une femme au regard angoissé vers la réalité, deux enfants se blottissant frileusement vers le creux d'épaule et le dos maternel, un bébé allongé à l'impassible innocence.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Mère Colère contre Mère Courage - Claire Guillot, Le Monde, 25 juillet 2013

Articles connexes[modifier | modifier le code]