DB Schenker Rail

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Locomotive Série 189
Locomotive diesel Serie 232

DB Schenker Rail (anciennement Railion) est le plus important opérateur de fret ferroviaire en Europe, avec des filiales dans cinq pays (en juin 2007), dont la plus importante en Allemagne en chiffres absolus, et par leur poids dans leur pays respectif, aux Pays-Bas et au Danemark.

Railion a été formé le 1er janvier 2000 par la fusion de Deutsche Bahn Cargo, branche « fret » de la DBAG en Allemagne, et la NS Cargo, branche fret des Nederlandse Spoorwegen, aux Pays-Bas. En 2001, la branche fret des chemins de fer danois (DSB) a été intégrée dans cette société.

Propriétaires de Railion[modifier | modifier le code]

Le capital des filiales nationales est tenu par une holding, la Railion GmbH, dont le siège social est à Mayence, Allemagne. En 2007, la DB détenait 98 % du capital de cette société, et la société des chemins de fer danois, Den Selvstaendige Offentlige Virksomhed DSB en détenait 2 %.

À l'origine, lors de la fusion de la DB Cargo AG et de la NS Cargo, la DB détenait 94 % et la NS Group N.V. 6 % ; avec l'intégration de la DSB Cargo, la part de la DB fut réduite à 92 %.

Le 1er septembre 2003, la partie de la DB AG fut transféré à la Stinnes AG, une filiale à 100 % de la DB AG, et fin 2003, la NS Group N.V. utilisait son option de vendre ses 6 % à la Stinnes AG[1].

Railion en Europe[modifier | modifier le code]

Capacité de transport en fret de Railion et d'autres

Railion est, avec 88 milliards de tonnes-km (en 2005) et 275 millions de tonnes transportés, avec un chiffre d'affaires de ~3,7 milliards d’euros, le premier transporteur fret ferroviaire en Europe à l'ouest de la Russie.

Railion offre traction avec 1 226 locomotives électriques, 1 096 locomotives Diesel et 526 locomotives de manœuvre pour 4 700 trains par jour composés d'environ 97 000 wagons propres à Railion, 600 wagons en leasing, et environ 60 000 wagons privés. 4 200 raccordements de voies ferrées privées sont servis par les cinq sociétés nationales.

58 % des trains passent au moins une frontière nationale. Les assouplissements du passage des frontières nationales, du système d'électrification et du contrôle des trains est une tâche importante pour un transporteur de fret international, de même un contrôle transcontinental de wagons individuels et leur position actuelle. La possibilité d'offrir des trains transfrontaliers sous une seule direction, serait un moyen important de réaliser ces objectifs.

Avec Railion, la DB poursuit une stratégie de coopetition, c’est-à-dire la coopération avec les sociétés de chemins de fer de leurs pays respectifs, et la compétition avec elles sur leur terrain.

Le 25 mai 2007, la DB et la compagnie fret britannique EWS avaient annoncé qu'ils seraient engagés en discussions sur une coopération plus étroite, allant de projets communs jusqu'à l'achat d'une part du capital de la EWS par la DB. Le 28 juin, ils ont annoncé dans une conférence de presse commune à Francfort, que la DB veut prendre 100 % du capital de la EWS, et une majorité de la société espagnole Transfesa. Selon une note du International Freighting Weekly, EWS ne changera pas son nom.

Filiales nationales[modifier | modifier le code]

Railion Deutschland[modifier | modifier le code]

Siège à Mayence

Ex "DB Cargo"

Railion Nederland[modifier | modifier le code]

Depuis la fusion de NS Cargo avec DB Cargo en 2000. Nommé d'abord "Railion Benelux".

Railion Denmark[modifier | modifier le code]

Existe depuis l'intégration de la branche fret de la DSB dans Railion en 2001.

Railion Italia[modifier | modifier le code]

En juin 2004, Railion acquérait 95 % du capital de la société SFM (Strade Ferrate del Mediterraneo), fondé en 2001 à Messina avec 11 employés. En avril 2005, SFM est devenue Railion Italia[2]. En novembre 2006, Railion Italia employait 85 personnes et faisait rouler 550 trains par mois avec 1,7 million de tonnes.

Railion Schweiz[modifier | modifier le code]

En janvier 2006, DB avait acheté la Brunner Railway Services (BRS), fondé en 2005, en Dietikon, Suisse, qui deviendra Railion Suisse.

Participations[modifier | modifier le code]

La DB coopère déjà avec la BLS, détenant 20 % du capital de la BLS Cargo AG.

Coopérations transfrontalières[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

En février 2005, la coopération dans les trains transfrontaliers entre France et l'Allemagne a commencé, organisée à travers la société RailEuroConcept SAS, dont la SNCF et Railion tiennent chacun 50 % du capital[3].

Selon une information dans le International Freighting Weekly, 60 trains fret circulent chaque jour entre Cologne et la gare de triage de la SNCF à Woippy, près de Metz, passant par Mannheim et la frontière entre Sarrebruck et Forbach. Les wagons sont redistribués individuellement en France ou en Allemagne par la société nationale du pays. Une équipe de 40 conducteurs français et allemands, utilisant 20 locomotives multisystèmes Railion de la série 185, et à partir de l'été aussi des locomotives de la SNCF conduit ces trains, ainsi que 40 trains par la frontière de Perl/Apach et six par Kehl et Strasbourg. Cette coopération permet d'éviter deux heures d'arrêt à la frontière pour chaque train[4].

Axe transalpin du Col du Brenner[modifier | modifier le code]

Pour la circulation sur l'axe du Brenner, la DB travaille avec la société allemande Lokomotion, dont elle tient 30 % du capital[5] et la société italienne Rail Traction Company S.p.A. (RTC), dont Railion tient 30,7 % du capital[6], qui les deux offrent service de traction à travers le col du Brenner.

Axe transalpin du Gotthard et Lötschberg[modifier | modifier le code]

En collaboration avec la BLS Cargo, dont la DB tient 20 % du capital.

Suède[modifier | modifier le code]

Autour de 80 % du fret ferroviaire de la Suède a l'Allemagne comme origine ou destination ou passe à travers ce pays.

Au début de l'an 2005, Railion GmbH aurait essayé en vain d'acquérir la société Green Cargo, l'ancienne division fret des Statens Järnvägen jusqu'à la division des SJ en l'an 2000, ou de fusionner avec elle comme avec ceux des Pays-Bas et Danemark.

En octobre Railion et Green Cargo ont conclu un accord sur la coopération sur les routes entre le centre de triage de Maschen (le plus grand triage de l'Europe, au sud de Hambourg) et Hallsberg resp. Göteborg, utilisant des locomotives des deux sociétés, et par terre passant par le Danemark, et en ferry des Scandlines, c’est-à-dire de Trelleborg à Rostock ou Sassnitz.

Belgique[modifier | modifier le code]

Selon une information à la presse le 12 juin 2007, Railion et B-Cargo, la branche fret de la SNCB, veulent intensifier leur collaboration. Railion nommait Carel Robbeson comme coordinateur pour cette tache. Avec son expérience de directeur de Railion Nederland pour sept ans il serait la personne idéale pour développer cette collaboration. Le trafic international représente environ 70 % de l’activité « marchandises » de la SNCB. B-Cargo est spécialisé à l’acier et l’intermodal.

Avant, Railion Nederland avait déjà demandé une licence d'opération en Belgique.

Railion au sein de DB Logistics[modifier | modifier le code]

Une autre branche de DB Logistics est Schenker avec des activités dans le transport routier, le transport aérien et maritime, renforcé par l'acquisition de Bax Global le 31 janvier 2006.

Le groupe avait en 2006 un chiffre d'affaires de 17 milliards d'euros, dont 13 milliards par Schenker, c.a.d. le transport routier, aérien et maritime[7].

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]