Coït interrompu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Coïtus interruptus)
Aller à : navigation, rechercher

Le coït interrompu (coitus interruptus en latin) est une pratique sexuelle qui consiste à interrompre le rapport sexuel vaginal avant l'éjaculation dans le but d'éviter la fécondation. Cette méthode de contraception, la plus ancienne, a néanmoins une faible efficacité.

Cette expression peut s'appliquer, par suite, à toute interruption de plaisir.

Inconvénients[modifier | modifier le code]

Cette pratique n'est pas obligatoirement suivie d'une éjaculation masculine mais dans la plupart des cas l'est (phallus à l'extérieur du vagin). Dans le cas où elle n'est pas suivie d'une éjaculation, la rétention de liquide séminal et prostatique après une stimulation intense liée au rapport entraîne des maux de ventre (des maux testiculaires sont également possibles). L'utilisation à long terme et à forte fréquence de cette technique peut avoir un effet sur le dérèglement de la fonction prostatique.

Faible efficacité contraceptive[modifier | modifier le code]

4 % de grossesses (pendant la première année de pratique) sont observés avec une utilisation parfaite de cette méthode[1]. En utilisation normale, la moyenne est à 27 % de grossesses, soit plus d'une sur 4. Cette augmentation est liée à la difficulté de mise en œuvre de la pratique :

  • il n'est pas toujours évident de se retirer à temps, ou du sperme peut entrer accidentellement en contact avec la vulve ;
  • du sperme subsistant dans l'urètre après une éjaculation précédente peut être entraîné par le liquide pré-éjaculatoire produit pendant le coït.

Impact sur le rapport sexuel[modifier | modifier le code]

C'est également une méthode frustrante pour les deux partenaires : elle les sépare brutalement au moment le plus intense du rapport sexuel, donc elle est difficile à maîtriser. Beaucoup utilisée par les partenaires jeunes peu informés sur la contraception ou n'ayant pas accès à d'autre contraceptifs, elle ne protège pas des infections sexuellement transmissibles, même si la réduction du volume de liquide échangé réduit les risques de transmission.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hatcher, RA; Trussel J, Stewart F, et al (2000). Contraceptive Technology, 18th Edition, New York: Ardent Media. ISBN 0-9664902-6-6.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]