Dispositif intra-utérin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Coupe schématique représentant un dispositif intra-utérin en place.

Le dispositif intra-utérin (DIU), anciennement appelé stérilet, est un contraceptif inventé en 1928 par Ernst Gräfenberg. Il s'agit d'un petit objet en forme de T, inséré dans l'utérus par le vagin pour prévenir la fécondation et secondairement la nidation.

Le dispositif est installé dans l'utérus (ou retiré) par un médecin ou un personnel médical qualifié et reste en place tant que la contraception est désirée (au maximum 5 à 10 ans suivant les modèles).

Le DIU serait désormais utilisé par quelque 150 millions de femmes dans le monde entier[1] et constitue la méthode contraceptive temporaire la moins coûteuse pour une utilisation à long terme. Depuis le début des années 1960, époque à laquelle les DIU étaient fabriqués à partir de matériaux inertes, ces dispositifs ont connu de nombreuses améliorations, notamment grâce à l’utilisation de cuivre, puis d’un système qui libère un progestatif. Le DIU au cuivre peut également être utilisé en guise de méthode contraceptive d’urgence[1].

Les DIU ne protègent pas des infections sexuellement transmissibles.

Efficacité[modifier | modifier le code]

Selon le type, les DIU restent habituellement efficaces pendant 2, 5 ou 10 ans.

Dans des conditions optimales d'usage, l'efficacité des DIU, qu'ils soient hormonaux ou au cuivre, est comparable à celle des différentes pilules contraceptives, ainsi qu'à la stérilisation chirurgicale[2], à savoir un taux moyen de grossesse à un an de 0,4 % d'échec pour les modèles au cuivre[2] et de 0,2 % pour les modèles contenant de la progestérone[3].

Le modèle Nova T 200, qui ne contenait pas assez de cuivre et dont l'efficacité chutait à 94 % après trois ans (il était pourtant posé pour 5 ans), a été récemment[Quand ?] retiré du marché.

Dans les conditions ordinaires d'usage, les DIU conservent leurs performances là où le taux d'échec de la contraception orale monte à environ 8 % (due à des oublis de pilule, troubles digestifs,...). Les DIU sont ainsi avec la stérilisation la méthode contraceptive la plus efficace.

Utilisé comme contraception d'urgence, le DIU au cuivre est une alternative très efficace à la pilule du lendemain[4]. Cette méthode montre une efficacité importante avec un taux d'échec de 0,1 à 0,2 % sur un échantillon de 8 300 femmes[5].

Types et indications[modifier | modifier le code]

Le DIU au cuivre[modifier | modifier le code]

Tête de DIU à fil de cuivre.

Le DIU au cuivre est indiqué comme une méthode de contraception alternative aux contraceptifs chimiques, notamment aux méthodes de contraception orale en prévention de leurs effets indésirables à court ou long terme.

Un DIU au cuivre peut rester en place avec la même efficacité pendant une période de 5 à 10 ans selon les modèles[6].

Couramment nommé « stérilet classique », celui-ci a un double effet :

  1. d'une part le cuivre a un effet spermicide qui le rend contraceptif[7] ;
  2. d'autre part, le DIU constitue un corps étranger dans l'utérus, qui empêche la nidation (effet contragestif)[réf. nécessaire].

La plupart des femmes peuvent recourir à un DIU[2]. Cependant, des contre-indications existent. La pose d'un DIU est ainsi déconseillée aux femmes qui présentent[1] :

  • des saignements utéro-vaginaux inexpliqués ;
  • une grossesse éventuelle ;
  • une infection pelvienne aigüe ;
  • une malformation de l'utérus incompatible avec la pose d'un DIU ;
  • une allergie au cuivre ou à un autre des composants du DIU.

Contrairement aux idées reçues il n'y a aucune contre-indication à la pose d'un DIU chez une patiente nullipare[8], dans ce cas la taille du DIU est plus petit (short au lieu de standard), puisque l'utérus l'est aussi.

Toutefois, l'efficacité et l'emploi de certains DIU (stérilets Mirena, Suisse) n'ont pas été évalués sur les femmes avant 18 ans[9].

Le DIU au cuivre peut rendre les menstruations plus abondantes ou plus douloureuses chez certaines femmes, en particulier pendant les premiers mois après l'insertion.

Certains types modernes de DIU, comme le GyneFix 330 (constitué de 6 manchons de cuivre) ou GyneFix 220 (4 manchons)[10] sont conçus pour ne pas perturber les menstruations.

Il peut aussi être un facteur favorisant l’apparition de kyste fonctionnels de l’ovaire.

Le DIU au cuivre peut être utilisé comme contraception d'urgence pour prévenir la grossesse, jusqu'à cinq jours après le rapport sexuel à risque.

Le DIU hormonal[modifier | modifier le code]

D'un effet local, ce type de dispositif intra-utérin diffuse des hormones progestatives dans l'utérus.

Il a un double effet :

  1. il rend impropre le col de l'utérus au passage des spermatozoïdes grâce à l'épaississement des sécrétions de ce même col (effet contraceptif) ;
  2. il diminue l'épaisseur de l'endomètre, le rendant impropre à la nidation (effet contragestif).

Le DIU hormonal peut être utilisé dans les cas d'hyper-ménorrhée (menstruations abondantes) idiopathique : comme les contraceptifs oraux, celui-ci peut induire une réduction de la durée et du flux des règles, voire une aménorrhée (disparition des règles)[11].

Le DIU hormonal ne convient pas à la contraception post-coïtale[12].

Historique[modifier | modifier le code]

Les stérilets sont restés impopulaires aux États-Unis depuis le procès Dalkon Shield. Les stérilets furent interdits après avoir causé plusieurs morts indirectes en augmentant le risque de contracter des infections utérines qui peuvent être fatales. Les DIU modernes sont plus sûrs et les complications rares[13].

Le stérilet de Margulies fut inventé en 1960 et celui de Lippes en 1962.

L'expression « dispositif intra-utérin » est désormais préférée[Par qui ?] au mot « stérilet » chargé d'une connotation négative[réf. nécessaire] (certaines personnes[Qui ?] peuvent croire à tort à une stérilisation définitive).

Interdiction par l'Église catholique[modifier | modifier le code]

L'Église catholique s'oppose à l'utilisation du DIU comme de tous les moyens de contraception, mais plus fortement en raison de son mode d'action.

L'Église catholique considère que l'ovule fécondé constitue un être humain en puissance dès la fécondation et recommande donc à ses fidèles de ne pas empêcher son bon développement. Elle estime que le DIU au cuivre a un effet abortif[14]. Elle ne prend alors en compte que le mode d'action secondaire du DIU, qui est d'empêcher la nidation d'un éventuel ovule fécondé. Cependant le mode d'action principal des DIU est spermicide, la probabilité de fécondation est donc extrêmement limitée, comme le réaffirment des médecins tels que Martin Winckler[15].

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Déclaration de l’IMAP sur les dispositifs intra-utérins » Bulletin médical de l’IPPF 2003; Volume 37 Numéro 2.
  2. a, b et c William R. Finger et Kim Best, « FHI-Le DIU au cuivre », sur Family Health International,‎ 2000 (consulté le 17 juillet 210)
  3. « Le stérilet », sur www.planningchrr.com/ (consulté le 17 juillet 2010)
  4. Anaes, Afssaps, Inpes, « Recommandations pour la pratique clinique », Stratégies de choix des méthodes contraceptives chez la femme,‎ 7 décembre 2004 (consulté le 25 mai 2008)
  5. Rédaction prescrire « Contraception postcoïtale par un dispositif intra-utérin » Rev prescrire 2009;29(304):117.
  6. Les données d'efficacité à grande échelle, dans des études randomisées par plusieurs centres internationaux et dans des études comparatives non randomisées sur le long terme avec le GyneFix 330 version standard et avec le Gynéfix 220 version réduite ont été réalisées sur 15 000 années-femmes exposition nullipares et multipares. Elles démontrent que ces DIU sont des systèmes de contraception intra-utérine de très grande efficacité. Les taux d'échec varient de 0 % à 2,5 % (en taux cumulés) de la première année jusqu'à 9 années. Cette efficacité à long terme a été confirmée dans un essai clinique comparable et randomisé par l'Organisation mondiale de la santé. Source : (en)Wildemeersch D, Batár I, Affandi B, Andrade ATL, Wu S, Hu J, Cao X. « The ‘frameless’ intrauterine system for long-term, reversible contraception: A review of 15 years of clinical experience » J Obstet Gynaecol Res. 2003;29/3:160–9.
  7. Santé de la reproduction - Les DIU bloquent la fécondation - Family Health International (FHI), Network en français : hiver 1996, vol. 16, no 2
  8. ANAES (Agence Nationale d’Accréditation et d’Évaluation en Santé), « Recommandations pour la pratique clinique », Stratégies de choix des méthodes contraceptives chez la femme,‎ 7 décembre 2004 (consulté le 25 mai 2008)
  9. Compendium Suisse des Médicaments, « Mirena »
  10. GyneFix n'est plus commercialisé en France (cf. Vidal, cf. Base du médicament)
  11. INPES, « Les DIU (dispositifs intra-uterins ou stérilets) »
  12. Compendium Suisse des médicaments, Stérilets, posologies/mode d'emploi
  13. Doctissimo, « Stérilet : la fin d'une mauvaise réputation »
  14. In l'encyclique Evangelium vitæ du 25 mars 1995, point no 13, du pape Jean-Paul II, lire en ligne.
  15. « Le DIU est-il abortif ? » par Jérôme et Martin Winckler.