Implant contraceptif hormonal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Implant contraceptif

L'implant contraceptif hormonal est un moyen réversible de contraception féminin. C'est un petit bâtonnet cylindrique en plastique, de 4 cm de long sur 2 mm de diamètre. C'est un réservoir qui contient le même type de substance que la pilule progestative.

Efficacité[modifier | modifier le code]

Le taux d'efficacité de cet implant à l'étonogestrel est très élevé, de l'ordre de 99,9 % (indice de Pearl = 0,06 [0,04–0,08]) d'après l'Organisation mondiale de la santé.

Les principaux échecs semblent être principalement dus à une mauvaise manipulation à la pose (l'implant n'a pas été retrouvé au moment du diagnostic de grossesse) et à la prise de médicaments inducteurs enzymatiques ou bien encore au fait que la patiente était déjà en début de grossesse avant la pose de l'implant.

Description[modifier | modifier le code]

C'est un bâtonnet fin d'environ 4 cm de long sur 2 mm de diamètre implanté sous anesthésie locale dans la partie interne du bras (dans le bras gauche si la patiente est droitière et vice versa).

L'implantation est considérée comme un acte chirurgical, qui doit donc être pratiqué par un médecin ou une sage-femme.

Mode d'action[modifier | modifier le code]

La durée maximale de son action est de trois ans (cependant, son efficacité est réduite à deux ans pour les patientes en surpoids). Un implant contraceptif hormonal est actif au bout de 24 heures.

Pendant ces trois années, l'implant diffuse dans le sang une hormone (l'étonogestrel, dérivé du gestodène, un progestatif de synthèse) qui a un triple effet contraceptif[1] :

  • blocage de l'ovulation ;
  • épaississement de la glaire cervicale, la rendant impropre à la traversée par les spermatozoïdes ;
  • amincissement de l'endomètre (paroi interne de l'utérus).

Son utilisation prévient notamment les risques d'oubli, contrairement à la pilule qui demande une rigueur dans la prise.

Un suivi médical de trois mois est recommandé après la pose car des effets secondaires ou une intolérance peuvent être constatés.

Après les trois années d'utilisation, il sera nécessaire de retourner chez son médecin pour le faire remplacer. Il peut toutefois être retiré avant cette échéance, le cycle hormonal naturel reprendra son cours normal en quelques semaines.

Ablation du dispositif [2][modifier | modifier le code]

Le retrait se fait par incision, une anesthésie locale est nécessaire, par exemple : lidocaïne (injectable, pommade ou « patch »). Difficultés les plus courantes au retrait :

  • difficulté de localisation de l'implant (il est parfois nécessaire de le rechercher par échographie) ;
  • difficulté liée à une prise de poids importante de la patiente ;
  • coque fibreuse autour de l'implant et adhérence.

Le retrait de l'implant nécessitant un acte chirurgical, il peut entraîner de rares complications (en particulier l'atteinte du nerf ulnaire).

Indications [3][modifier | modifier le code]

Méthode de contraception particulièrement intéressante en cas de :

  • contre-indication à la pilule et au stérilet ;
  • échec de contraception (oublis réguliers de pilule, par exemple) ;
  • conditions personnelles empêchant l'utilisation de la pilule contraceptive.

Contre-indications [4][modifier | modifier le code]

Effets secondaires [5][modifier | modifier le code]

Il peut entraîner, selon les patientes, certaines modifications du cycle[6] :

  • une aménorrhée (disparition des règles) due au blocage ovulatoire, signe d'efficacité maximale de la contraception (20 à 30 % des patientes) ;
  • irrégularité des cycles, règles moins fréquentes, soit moins abondantes, soit plus longues (50 à 60 % des femmes) ;
  • petits saignements continus et intermittents durant les six premiers mois d'utilisation, nommés spotting, sans gravité, conséquences d'un amincissement trop important de l'endomètre (10 à 20 % des utilisatrices).

Il peut aussi provoquer certains effets indésirables : prise de poids (les femmes ayant pris plus de 15 kg pendant une grossesse y étant plus exposées[6]), acné, migraines, vomissements, gêne ou des douleurs aux seins[réf. nécessaire]

Des études ont montré que ces effets secondaires, en particulier les métrorragies (saignements en dehors de la période des règles)[7], sont la cause principale de l'arrêt du traitement.

Les implants, invisibles sauf en cas de maigreur, se sentent parfois sous la peau[7].

Coût[modifier | modifier le code]

Son prix est d'environ 106 € en France, il est remboursé à 65 % par la sécurité sociale et a une durée de vie relativement longue pour une efficacité qui semble être maximale. La différence est toujours prise en charge par les mutuelles. Il peut être délivré dans les pharmacies.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]