Progestatif injectable

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les progestatifs injectables font partie des méthodes hormonales de contraception. L'efficacité des progestatifs injectables n'autorise que 1 % d'échecs en moyenne.

Mécanisme d'action des progestatifs injectables[modifier | modifier le code]

Les progestatifs injectables ont le même effet contraceptif que les progestatifs qui entrent dans la composition des pilules combinées et progestative :

  • Ils entraînent un blocage de l'ovulation
  • Un épaississement de la glaire cervicale réalisant un obstacle mécanique au passage des spermatozoïdes
  • Un effet atrophiant sur l'endomètre empéchant la nidation.

Leur délai d'action diffère selon le progestatif injecté. Par exemple, une injection de médroxyprogestérone dure douze semaines de suite. Une injection de noréthistérone dure huit semaines de suite.

Avantages et inconvénients des progestatifs injectables[modifier | modifier le code]

Des saignements en dehors des règles (métrorragies) sont fréquents ou, parfois bizarrement, une absence de règle (aménorrhée) peut survenir. Une prise de poids, due au progestatif, est aussi possible, mais cela dépend plus de l'utilisatrice que de la méthode. En effet, l'utilisation du médicament apporte un gain d'appétit due aux hormones qui peuvent apporter une prise de poids.

Par rapport à la pilule contraceptive, combinée ou progestative, cette méthode n'est pas réversible de façon simple. Il faut attendre que le progestatif soit complètement éliminé avant de pouvoir mettre une grossesse en route.

D'après de récentes études, les progestatifs injectables provoquent une baisse notable de la densité minérale osseuse. Il semble que la densité osseuse revienne à la normale après l'arrêt du traitement. Il n'a cependant pas été établi que cette méthode de contraception favorise une future ostéoporose chez les patientes[1],[2],[3].

Progestatifs injectables disponibles en France[modifier | modifier le code]

Il y a deux sortes de progestatifs injectables disponibles en France. Ce sont :

  • le Dépo-Provera qui est un progestatif contraceptif utilisé par voie injectable administré le 5e jour des règles sur une période de 12 semaines (3 mois). Généralement le Dépo-provera n'est indiqué que lorsque la femme ne peut pas bénéficier d'autres méthodes. Il n'est pas dénué d'effets secondaires[4] qui sont même plus nombreux que les autres méthodes voire plus sévères. Parmi ceux-ci sont les saignements qui sont très fréquents, ou au contraire un arrêt des règles (aménorrhée) , aussi des bouffées de chaleur ;
  • le Noristerat.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • David Serfaty et Coll., Contraception, Paris, Masson, 2e édition, 2002.
  • David Elia, La Contraception en 10 leçons, Minerva, Genève, 1998.
  • Martin Winckler, Contraceptions, Mode d'emploi, Au Diable Vauvert 2e édition, 2003.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Wooltorton E, « Medroxyprogesterone acetate (Depo-Provera) and bone mineral density loss », CMAJ., vol. 172, no 6,‎ 2005, p. 746 (PMID 15743913, PMCID PMC552887)
  2. (en) Shaarawy M, El-Mallah SY, Seoudi S, Hassan M, Mohsen IA, « Effects of the long-term use of depot medroxyprogesterone acetate as hormonal contraceptive on bone mineral density and biochemical markers of bone remodeling », Contraception., vol. 74, no 4,‎ 2006, p. 297-302. (PMID 16982229)
  3. (en) Bahamondes L, Juliato CT, Villarreal M, Sobreira-Lima B, Simões JA, dos Santos Fernandes AM, « Bone mineral density in users of two kinds of once-a-month combined injectable contraceptives », Contraception., vol. 74, no 3,‎ 2006, p. 259-63. (PMID 16904421)
  4. « Dépo-Provera, résumé des caractéristiques du produit, Effets indésirables »