Classe Zumwalt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Classe Zumwalt
Image illustrative de l'article Classe Zumwalt
Le USS Zumwalt le 28 octobre 2013
Caractéristiques techniques
Type Destroyer
Longueur 185 m
Maître-bau 25 m
Tirant d'eau 8,5 m
Déplacement 14 564 tonnes
Propulsion 2 turbines à gaz Rolls Royce plc MT-30 de 48 960 ch (36 MW)
2 turbines à gaz de 4,5 MW
2 moteurs à induction
2 hélices
Puissance 78,5 Mégawatts
Vitesse supérieure à 30 nœuds
Caractéristiques militaires
Blindage Structure en matériau composite
Armement 2 canons de 155 mm Advanced Gun System, 1 056 obus, 80 cellules pour missiles Tomahawk, Sea Sparrow, Standard, 2 canons de calibre 30 mm Mk. 46 antimissiles
Aéronefs 2 hélicoptères SH-60 LAMPS ou un hélicoptère et 3 drones MQ-8 Fire Scout
Autres caractéristiques
Équipage 147 membres d'équipage + 27 du groupe aviation
Histoire
Constructeurs Drapeau des États-Unis chantier naval Bath Iron Works
Drapeau des États-Unis chantier naval Ingalls de Pascagoula
A servi dans Pavillon de l'United States Navy United States Navy
Commanditaire Congrès des États-Unis
Période de
construction
2008
Navires construits 1
Navires prévus 3
Navires en activité 0
Précédent Classe Arleigh Burke

La classe Zumwalt (DDG-1000) (ex-DDX, ex-DD 21) est une catégorie de destroyers mise en service dans l'United States Navy dans les années 2010. Il s'agit d'un navire furtif.

Historique[modifier | modifier le code]

Signature du contrat pour le 1er navire le 14 février 2008.

À l'origine, dans le cadre du programme DD21 des années 1990, 32 navires étaient prévus, mais le programme a subi plusieurs réorganisations en cours de route, suite à une explosion des coûts. Le design final a été ébauché en 2001.

En janvier 2007, deux navires étaient commandés, sur une série de sept prévue par des contrats signés en février 2008. Le coût était de 1,4 milliards de dollars par navire[1]. Cependant, en juillet 2008, la décision d'annuler la construction des cinq navires suivants fut annoncée, l'US Navy préférant se munir de onze navires supplémentaires de la classe Arleigh Burke, à capacité antimissile[2]. En août 2008, l'US Navy demanda la construction d'un troisième navire[3] et de huit Arleigh Burke supplémentaires, portant éventuellement l'AGS de 155 mm[4].

En juillet 2008, le programme de construction était le suivant[5] :

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Ces navires de grande taille (14 000 tonneaux), plus lourds que les croiseurs de la classe Ticonderoga actuellement en service, devaient coûter 3,2 milliards de dollars pièce, selon les projections de 2008[8], mais le coût unitaire en 2011 est de 3,8 milliards de dollars pièces. Il peut même être de 6,6 milliards de dollars, si on inclut les frais de recherche et développement, pour un programme estimé à cette date à 20 milliards de dollars[9],[10]. Ces navires, fortement automatisés, embarquent un équipage de 147 marins (142 prévus à l'origine) auxquels s'ajoutent 28 hommes du détachement aviation, chargé des hélicoptères et des drones, soit environ deux fois plus qu'un destroyer de la classe Arleigh Burke. La passerelle se trouve au 2e étage du château, et non en haut de celui-ci comme pour les navires classiques.

Cette classe a été conçue pour pouvoir effectuer les bombardements de cible terrestres, assumés jusqu'alors par les cuirassés de la classe Iowa, construits pendant les années 1940 et retirés de la flotte de réserve depuis 2006. Conçue pour être furtive, sa coque frégatée lui donne un aspect ressemblant à celui des cuirassé à coque en fer de la fin du 19e siècle.

Elle est dotée à cet effet d'une artillerie dont les obus auraient du avoir une portée supérieure à 160 km (100 miles), avec 2 pièces d'artillerie de 155 mm Advanced Gun System d'une cadence de tir de 10 coups par minute, avec mille obus par pièce[11]. En 2012, les essais du LRLAP (Long Range Land Attack Projectile), long de 2,2 m pour un poids de 104 kg et devant afficher une portée de 74 milles (environ 140 km) (60 milles dans un premier temps) se sont déroulés avec succès[12].

Elle dispose d'un total de 80 cellules de lancement vertical pour missiles (VLS : Vertical Launch System), réparties en 20 modules de 4 cellules, soit 6 modules sur chaque bord à l'avant du château et 4 modules sur chaque bord à l'arrière. Les cellules ne forment qu'une rangée[13]. Pour sa défense rapprochée, il était prévu que le navire soit équipé de deux canons Mk.110 de 57 mm, mais il fut décidé en 2014 d'installer deux canons Mk.46 de calibre 30 mm[14]. Son radar tridimensionnel à balayage électronique AN/SPY-3 travaille en bande S et bande X.

Ce projet associe entre autres le chantier naval Ingalls de Pascagoula et le chantier naval Bath Iron Works à Northrop Grumman, Lockheed Martin, Raytheon et BAE Systems.


Caractéristiques prévu en 2006 de l'USS Zumwalt (DDG-1000).

Navires comparables[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Navy awards contracts for Zumwalt class destroyers », US Navy,‎ 14 février 2008 (consulté le 2 octobre 2014)
  2. (en) Christopher P. Cavas, « Missile threat helped drive DDG cut » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), 4 août 2008, sur Defense News
  3. (en) « U.S. Navy changes course on DDG-1000 », sur Composites Worlds,‎ 25 août 2008 (consulté le 30 septembre 2014)
  4. (en) « The U.S. Navy's Arleigh Burke class destroyers are likely to be upgraded », sur Mobile Dev Design,‎ 27 août 2008 (consulté le 30 septembre 2014)
  5. (en) « Defense acquisitions : Cost to deliver Zumwalt-class destroyers likely to exceed budget », sur Government Accountability Office,‎ 31 juillet 2008 (consulté le 30 juillet 2014)
  6. (en) « SECNAV names new Zumwalt-class destroyer USS Michael Monsoor », Département de la défense des États-Unis,‎ 30 avril 2008 (consulté le 2 octobre 2014)
  7. (en) « Navy names Zumwalt-class destroyer USS Lyndon B. Johnson », sur Département de la défense des États-Unis,‎ 16 avril 2012 (consulté le 17 avril 2012)
  8. (en) « New DDG-51s could get tweaks, upgrades » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), 1er août 2008, sur Defense News. Consulté le 14 avril 2012
  9. (en) Christopher Hellman, « Analysis of the fiscal year 2012 Pentagon spending request », sur Cost of war,‎ 15 février 2012 (consulté le 2 octobre 2014)
  10. (en) « The $7 billion dollar warship being built to maintain American naval supremacy over China in the 21st Century », sur Daily Mail,‎ 12 avril 2012 (consulté le 24 avril 2012)
  11. « AGS : L'artillerie navale de demain », sur Mer et marine,‎ 18 juillet 2005 (consulté le 2 octobre 2014)
  12. « Tirs réussis pour le nouveau canon de 155 mm des futurs Zumwalt », sur Mer et marine,‎ 30 novembre 2012 (consulté le 2 décembre 2012)
  13. [image] Disposition des cellules
  14. (en) Christopher P. Cavas, « Meet the Zumwalt : The US Navy's stealth destroyer will go to sea next spring », sur Defense News,‎ 29 septembre 2014 (consulté le 30 septembre 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :