Boudeuse (1766)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour les autres navires du même nom, voir La Boudeuse.
Boudeuse
Image illustrative de l'article Boudeuse (1766)
La Boudeuse arrivant à Matavai en 1767.

Histoire
A servi dans Pavillon de la marine royale française Marine royale française
Pavillon de la Marine de la République française Marine de la République
Quille posée 1766
Lancement 1766
Statut détruite en 1800
Caractéristiques techniques
Type frégate dite frégate de 12
Longueur 40,6 mètres
Maître-bau 10,5 mètres
Déplacement 550 tonnes
Propulsion trois-mâts
Caractéristiques militaires
Armement 26 puis 32 canons
Autres caractéristiques
Équipage 214 hommes
Chantier naval Nantes

La Boudeuse est un navire de guerre français en service de 1766 à 1800.
C'est une frégate de 12 dont la célébrité est d'avoir été utilisée comme navire d'exploration par Louis Antoine de Bougainville entre 1766 et 1769.

Construction[modifier | modifier le code]

Construite en 1765-1766 à Indret d'après les plans de Jean-Hyacinthe Raffeau, elle est lancée le 25 mars 1766. Il s'agit d'un exemplaire unique, tandis que la majorité des frégates et des vaisseaux sont produites à partir des mêmes plans, formant des séries, comme la Belle-Poule (classe Dédaigneuse) qui est lancée la même année.

La Boudeuse est armée de 32 canons :

Carrière[modifier | modifier le code]

Premier tour du monde français[modifier | modifier le code]

Le périple de la Boudeuse et de l'Etoile autour du monde en 1766-1769.

La Boudeuse quitte le port de Nantes le 15 novembre 1766, sous le commandement du navigateur et explorateur français Louis Antoine de Bougainville (1729-1811), en direction de Rio de Janeiro où elle est rejointe le 13 juin 1767 par la flûte (navire de charge) l’Étoile parti de Rochefort le 1er février 1767, avec à son bord le botaniste Philibert Commerson.

À botd, Louis Antoine de Bougainville impose la chasse aux rats, animaux qui concentrent dans leur corps la vitamine C : leur consommation intensive lorsque les vivres fraîches commencent à manquer empêche le développement du scorbut[1].

La Boudeuse aborde l'archipel des Tuamotu puis débarque à Tahiti. Bougainville revendique la découverte de l'île pour la France en la nommant Nouvelle Cythère ignorant sa découverte par le navigateur britannique Samuel Wallis (1728-1795) commandant le HMS Dolphin l'année précédente.

Puis l'expédition reprend la route de l'ouest à la recherche du Continent austral, passant par Samoa, les Nouvelles-Hébrides et Espiritu Santo. Ratant de peu la Grande barrière de corail, la Boudeuse navigue dans les îles Salomon et explore l'une des plus grandes îles de l'archipel qui sera baptisée île Bougainville. Le 16 mars 1769, la Boudeuse rentre au port de Saint-Malo, avec seulement une perte de 7 hommes.

Guerre d'indépendance des États-Unis[modifier | modifier le code]

La Boudeuse participe à la guerre d'indépendance américaine en capturant, le 13 janvier 1779 le sloop de la Royal Navy HMS Weazel. Le 28 février, elle prend possession de l'île Saint-Barthélemy et le 6 juillet 1779 prend part à la bataille de Grenade.

Guerres de la Révolution française[modifier | modifier le code]

Au cours de la Révolution française, la Boudeuse capture la frégate de 36 canons Alceste autrefois capturée par les Anglais dans le port de Toulon.

Fin de carrière[modifier | modifier le code]

Le 28 janvier 1799, sous le commandement du lieutenant Calamand, la Boudeuse appareille de Toulon pour Malte pour ravitailler la garnison française assiégée par la Royal Navy depuis 1798.
La garnison, commandée par Charles Henri de Belgrand de Vaubois (1748-1839) capitulera le 3 septembre 1800. Sous le couvert du mauvais temps, la Boudeuse échappe au blocus et entre au port le 4 février 1799. Manquant de bois de chauffage, dans les premiers mois de 1800, la frégate est démantelée pour servir de bois de chauffe aux boulangeries.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Louis-Antoine de Bougainville, Voyage de la frégate la Boudeuse et de la flûte l'Étoile autour du monde, F. Maspero,‎ 1989, p. 26

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]