Bataille de la Grenade

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Grenade.
Bataille navale de la Grenade
La bataille de la Grenade, vue par le peintre Jean-François Hue. (L'arrière garde anglaise disloquée).
La bataille de la Grenade, vue par le peintre Jean-François Hue. (L'arrière garde anglaise disloquée).
Informations générales
Date 6 juillet 1779
Lieu Grenade (Antilles)
Issue Victoire française tactique
Belligérants
Royaume de Grande-Bretagne Royaume de Grande-Bretagne Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Commandants
Drapeau du Royaume-Uni John Byron Royal Standard of the King of France.svg Comte d'Estaing

Suffren - De Grasse - La Motte-Picquet (seconds)
Forces en présence
21 vaisseaux de ligne
  • 1 516 canons
25 vaisseaux de ligne
  • 1 468 canons
Pertes
1 055 morts ou blessés,
4 vaisseaux fortement endommagés
176 morts,
773 blessés
Guerre d'indépendance des États-Unis
Coordonnées 12° 03′ N 61° 45′ O / 12.05, -61.7512° 03′ Nord 61° 45′ Ouest / 12.05, -61.75  

La bataille navale de la Grenade se déroule dans les Antilles le 6 juillet 1779 lors de la guerre d'indépendance des États-Unis. Elle oppose une escadre de la Royal Navy britannique commandée par John Byron aux forces de la Marine française sous les ordres de Charles Henri d'Estaing. C'est la deuxième grande bataille opposant la France et la Grande-Bretagne après le combat d'Ouessant au large de Brest en 1778. Elle intervient alors que le conflit, entré dans la deuxième année de l'engagement français, reste très indécis.

La bataille, conduite sur le schéma tactique de la ligne de file par des escadres de forces quasi-équivalentes, débouche sur une défaite anglaise. Cependant, celle-ci n'est pas exploitée par l'armée navale française car son chef n'en comprend pas l'importance et se contente de la conquête de la petite île de la Grenade.

La bataille témoigne cependant de l'intensification de l'effort de guerre des deux puissances européennes et de la confiance retrouvée de la France dans sa marine de guerre sortie humiliée, quinze ans plus tôt, des défaites de la guerre de Sept Ans[N 1].

Le contexte de la Guerre d'Indépendance américaine[modifier | modifier le code]

La France s'engage dans la Guerre d'Indépendance américaine au début de l'année 1778 avec une escadre de 12 vaisseaux et 5 frégates sous les ordres du vice-amiral d'Estaing pour soutenir la révolte des « insurgents ». Cette force navale arrive en juillet 1778 sur les côtes américaines. D'Estaing a pour mission d’attaquer les Anglais « là où il pourrait leur nuire davantage et où il le jugerait le plus utile aux intérêts de Sa Majesté et à la gloire de ses armes »[1]. Ces ordres lui laissent donc carte blanche, mais il lui est recommandé de ne pas quitter les côtes américaines avant d'avoir « engagé une action avantageuse aux Américains, glorieuse pour les armes du roi [et] propre à manifester immédiatement la protection que Sa Majesté accorde à ses alliés »[1]. D'Estaing renonce à attaquer New York défendue par des troupes nombreuses puis échoue devant Newport (août 1778). Une violente tempête l'empêche d’affronter les 14 vaisseaux de Howe. L'escadre française se replie alors sur Boston pendant plus de deux mois pour se ravitailler et réparer les avaries. D'Estaing fait ensuite voile sur la Martinique (novembre), mais subit un sanglant échec en tentant de reprendre l'île voisine de Sainte-Lucie (décembre) enlevée par les troupes et l'escadre de Barrington.

Au début de 1779, les forces navales françaises n'ont pas remporté la victoire rapide espérée l'année précédente à Versailles. Des renforts sont donc envoyés de France et arrivent progressivement entre février et avril avec les divisions navales du comte de Grasse (19 février), de Vaudreuil (26 avril), et de La Motte-Picquet (27 juin)[N 2]. De petites expéditions permettent de s'emparer de Saint-Martin (24 février), de Saint-Barthélémy (28 février) et, pour finir, de Saint-Vincent (17 juin).

D'Estaing dispose ainsi au début de l'été 1779 de 25 vaisseaux, soit plus du double des effectifs de l’année précédente[2], l'ensemble étant accompagné d'une dizaine de frégates. Côté anglais, des renforts sont également expédiés : l'escadre du vice-amiral Byron arrive à Sainte-Lucie le 6 janvier avec 10 navires et reçoit ensuite des navires supplémentaires. En juin, il dispose de 21 vaisseaux, sans compter les transports de troupes et les frégates.

D'Estaing décide de prendre l'initiative en attaquant la Barbade, île qui abrite une base de la Royal Navy, mais la météo ne lui est pas favorable. Il reporte donc son choix sur l’île de la Grenade devant laquelle il se présente le 2 juillet. 1 200 soldats sont débarqués. L’attaque dure deux jours, conduite en personne par d’Estaing, l'épée au point. C'est un succès : les défenses anglaises sont balayées et la garnison capitule en laissant 700 prisonniers, 3 drapeaux, 102 canons, 16 mortiers et le gouverneur, Lord Macartney, alors que les Français n'ont que 106 hommes tués ou blessés[3]. Mais le 6 juillet au matin, l’escadre de Byron arrive accompagnée d’un gros convoi de 50 voiles chargé de troupes[4], sans savoir que l'île est déjà aux mains de d'Estaing. Lorsqu'il s'en rend compte, Byron n'a guère le choix : il lui faut absolument tenter une action d'éclat contre les Français à moins d'encourir de graves sanctions[N 3].

Déroulement de la bataille[modifier | modifier le code]

Plan d'époque de la bataille avec la position des deux flottes. On peut aussi examiner les mouvements des escadres sur ce plan de la bataille récent (en allemand).
L'escadre de Byron se faufile entre les vaisseaux d'Estaing et la Grenade, mais se retrouve prise sous le feu des canons français débarqués dans l'île. (F. Dumoulin)

D'Estaing dispose d'un nombre de vaisseaux plus importants que Byron (25 contre 21, ordre de bataille présenté plus bas). Mais cet écart n'est que relatif car d'Estaing n'oppose que 1 468 canons aux 1 516 bouches à feu de son adversaire[5], ce qui s'explique par la composition des escadres. Les deux vaisseaux les plus puissants de d'Estaing sont le Languedoc (navire amiral) et le Tonnant de 80 canons à deux ponts, alors que Byron dispose d'un trois ponts de 90 canons, le HMS Princess Royal et aucun vaisseau de moins de 64 canons. D'Estaing et Byron alignent chacun 12 navires de 74 (ou 70) canons et respectivement 7 et 8 navires de 64 (ou 60) canons, mais l'escadre française comprend aussi 4 vaisseaux de 50 (ou 54) canons de faible utilité militaire. Le vice-amiral anglais dispose donc d’une force plus homogène que celle de son adversaire et peut envisager le combat avec de bonnes chances de succès.

Les frégates repèrent la force anglaise vers h 30 du matin et donnent l'alerte à coup de canons, laissant aux Français le temps de faire leur branle-bas et d'embarquer leurs chaloupes[6]. Byron tente alors un coup d'audace : pensant sans doute que les équipages sont à terre, il se faufile avec ses vaisseaux entre l'île et l'escadre de d'Estaing au mouillage, espérant pouvoir la détruire ou la capturer. Mais les équipages sont au complet et d'Estaing peut compter avec Suffren, de Grasse et La Motte-Picquet, sur la présence de brillants marins pour le seconder. Les forces françaises débarquées sur la Grenade constatent que les navires ennemis passent à portée de tir et retournent leurs canons pour bombarder les vaisseaux anglais qui se retrouvent ainsi pris entre deux feux, transformant la manœuvre de Byron en piège pour ses propres forces.

D'Estaing fait couper les câbles et la bataille s'engage au petit matin en suivant la classique tactique de la ligne de file. Les deux escadres s'affrontent en deux passes d'armes parallèles, la première à contre-bord, la seconde sur la même route. La canonnade est acharnée, comme le confirme le témoignage d’un officier du Fantasque (64 canons), le navire de Suffren, qui combat en deuxième position sur la ligne française et qui essuie le tir des 21 vaisseaux anglais passant devant lui : « Notre vaisseau fit des merveilles, nous tirâmes 1 600 coups de canons, autant que le Languedoc [le navire amiral] qui tint son poste[7]. » L'escadre anglaise, qui essuie 21 000 coups de canons, est sévèrement étrillée[8]. L'arrière-garde anglaise se disloque avec 4 vaisseaux totalement désemparés, les HMS Lion (64), Grafton (74), Cornwall (74) et Monmouth (64) qui sortent de la ligne[5].

Byron réussit à se retirer vers l’île de Saint-Christophe en prenant en remorque ses 4 vaisseaux hors de combat. La flotte française est victorieuse, mais D'Estaing n'engage pas la poursuite malgré les conseils pressants de Suffren et de La Motte-Picquet. Rien n'est tenté non plus contre le convoi de troupes, pourtant extrêmement vulnérable et que, selon Suffren, un simple vaisseau de 50 canons accompagné de quelques frégates aurait pu capturer[9].

Le bilan : une victoire française non exploitée[modifier | modifier le code]

Les Français comptent 176 tués, dont 3 capitaines de vaisseau[N 4], et 776 (ou 773) blessés. De leur côté, les pertes anglaises atteignent plus de 1 000 tués et blessés. « Le général [d'Estaing] s’est conduit, par terre et par mer, avec beaucoup de valeur. La victoire ne peut lui être disputée ; mais s'il avait été aussi marin que brave, nous n'aurions pas laissé échapper 4 vaisseaux anglais démâtés » juge Suffren dans sa correspondance[10].

Les historiens sont plus sévères. Cette bataille fut « la défaite la plus désastreuse de la Royal Navy depuis la bataille de Béveziers en 1690 » estime le stratège américain Alfred Mahan à la fin du XIXe siècle[11]. « Le combat de la Grenade aurait pu, aurait dû être une grande victoire française » note Rémi Monaque[9]. D'Estaing ne comprend pas la portée de sa victoire. Le chef français s'était fait remarquer pendant la guerre de Sept Ans avec une brillante campagne corsaire dans l'océan Indien, mais, ayant commencé sa carrière sur terre, D'Estaing aurait eu beaucoup de mal à voir dans les escadres autre chose qu'un moyen de transporter des troupes[9]. Par ailleurs fait remarquer Jean Meyer, « cela correspond à l’état d’esprit des amiraux français qui considéraient que le seul fait d’avoir tenu tête était suffisant et qu’il ne fallait pas risquer davantage le matériel et les hommes »[12].

D'Estaing se contente donc de la conquête de la Grenade, victoire complétée par la prise des petites îles voisines des Grenadines, quelques jours plus tard [N 5]. La bataille de la Grenade est donc un authentique succès tactique français, mais sans portée stratégique, car ce n'est qu'un théâtre d'opérations mineur durant cette guerre. En laissant filer la Navy, il a laissé « s'échapper une victoire décisive qui lui aurait permis de prendre la grande base de la Jamaïque » estime de son côté Jean-Christian Petitfils[13]. Il a également manqué de porter un coup terrible au moral des forces anglaises jusqu'en Amérique du Nord, car la bataille eut un retentissement considérable dans les opinions publiques. Le 22 juillet, d'Estaing, qui a peut-être quelques regrets, atteint l’île de Saint-Christophe où s'est réfugiée l'escadre anglaise. Mais Byron refuse de reprendre le combat et préfère rester à l'abri des batteries côtières[14]. Les deux vice-amiraux ne se reverront plus et ne termineront pas la guerre à la tête de grandes escadres. Byron ne va exercer que très brièvement le poste de commandant en chef en Amérique du Nord et rentrer bientôt en Europe[15]. Quant à d'Estaing, cette bataille lui vaut sur l'instant une grande popularité : l'opinion, avide de revanche afin de laver les défaites de la guerre de Sept Ans, ne regarde que la victoire sans voir le faible gain militaire de l'opération[N 6], ni le sanglant échec sur Savannah qu'il subit peu de temps après (octobre). D'Estaing va lui aussi rentrer en France (décembre 1779), mais malgré un accueil triomphal, il n’exercera plus qu'un rôle secondaire dans la guerre[16]. Les combats décisifs de cette guerre se dérouleront en 1781 sur les côtes américaines dans la baie de la Chesapeake et la péninsule de Yorktown, expliquant que l’engagement de la Grenade, malgré les effectifs engagés, soit ensuite tombé dans l'oubli.

Ordre de bataille[modifier | modifier le code]

La flotte française compte vingt-cinq navires de ligne contre vingt-et-un aux anglais. De plus, les français ont un avantage très important concernant le nombre de frégates, qui ne font pas partie de la ligne[17]. La force du comte d'Estaing est accompagnée de quatorze frégates, bien que les cinq derniers de la liste soient plus vraisemblablement à ranger dans la catégorie des corvettes, comme il est normalement admis pour les navires de moins de 20 canons. Par souci de simplification, les historiens ne mentionnent pas toujours la présence de ces petits navires, ce qui explique aussi pourquoi on ne connait pas l'armement des quatre dernières unités. La présence d'une seule frégate du côté de Byron est également étonnante, car habituellement une escadre d'une vingtaine de vaisseaux est accompagnée de cinq ou six frégates. Ces navires ne combattent normalement pas mais sont cependant essentiels pour assurer l'éclairage de la flotte et faire suivre les dépêches.

Flag of Royalist France.svg Royaume de France[modifier | modifier le code]

  • Hors de la ligne
    • Frégates
      • La Fortunée, frégate, 32
      • La Chimère, 32
      • L'Iphigénie, 32
      • L’Amazone, 32
      • La Boudeuse, 32
      • La Diligente, 28
      • L’Alcmène, 28
      • La Lively, 24
      • L’Ellis, 20
      • Le Cérès, 18
      • La Prudente, ?
      • La Concorde, ?
      • L’Etourdie, ?
      • La Blanche, ?
    • Autres navires divers
      • L’Alerte, (cutter), 14
      • La Ménagère, (flûte), 30
      • Le Barington, (schooner)

Union flag 1606 (Kings Colors).svg Royaume de Grande-Bretagne[modifier | modifier le code]

  • Avant-garde
    • HMS Suffolk, 74
    • HMS Boyne, 70
    • HMS Royal Oak, 74
    • HMS Prince of Wales, 74
    • HMS Magnificent, 74
    • HMS Trident, 64
    • HMS Medway, 74,
  • Centre
    • HMS Fame, 74
    • HMS Nonsuch, 64
    • HMS Sultan, 74
    • HMS Princess Royal, 90, Byron
    • HMS Albion, 74
    • HMS Stirling Castle, 64
    • HMS Elizabeth, 74
  • Arrière-garde
    • HMS Yarmouth, 64
    • HMS Lion, 64
    • HMS Vigilant, 64
    • HMS Conqueror, 74
    • HMS Cornwall, 74
    • HMS Monmouth, 64
    • HMS Grafton, 74
  • Hors de la ligne

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Sur les défaites françaises lors de ce conflit, on peut consulter Zysberg 2002, p. 239-281, « Les épreuves de la guerre de Sept Ans ». On peut lire aussi Bély 1992, p. 549-560, « Les rudes défaites françaises ».
  2. Grasse arrive de France, Vaudreuil des côtes africaines où il vient de s’emparer des établissements anglais et les vaisseaux de La Motte-Picquet ont escorté jusqu’à la Martinique un gros convoi marchand de 45 voiles. Monaque 2009, p. 155.
  3. En 1756, dans des circonstances voisines, l'amiral Byng était arrivé trop tard pour sauver l'île de Minorque où venaient de débarquer les Français. Il s'était replié rapidement après un bref combat naval devant Port-Mahon, au grand scandale de l'opinion. Il avait été condamné à mort en cour martiale pour « manquement à n'avoir pas fait l'impossible » (« He had failed to do his utmost ») afin de sauver la place, puis fusillé à genoux sur le pont d’un vaisseau de guerre. Cité par Monaque 2009, p. 52.
  4. Il s'agit de Desmichel de Champorcin sur le Provence, de Ferron de Quengo sur l'Amphion et de Montaut du Fier-Rodrigue. Monaque 2009, p. 159.
  5. C'est Suffren, à la tête d’une division de 2 vaisseaux et 2 frégates qui saisit presque sans combat, et sans pillage, les deux îles de Carriacou et de l'Union. Monaque 2009, p. 159.
  6. À son retour, d'Estaing est accueilli en héros, longuement reçu par le roi, couvert d'éloges, faisant l'objet de poèmes, de chansons et même d'un opéra. Taillemite 2002, p. 177.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Taillemite 2002, p. 154.
  2. Petitfils 2005, p. 403.
  3. Effectifs donnés par Petitfils 2005, p. 403. Les pertes françaises sont données par Vergé-Franceschi 2002, p. 697. Sur la prise de l'île, on peut aussi visionner ce dessin d'Ozanne, réalisé au moment de l'évènement.
  4. Vergé-Franceschi 2002, p. 697.
  5. a et b Castex 2004, p. 197-198.
  6. Monaque 2009, p. 156.
  7. Manuscrit de François-Palamède de Suffren, enseigne de vaisseau sur le Fantasque, cité par Monaque 2009, p. 159.
  8. Petitfils 2005, p. 403. 20 699 coups de canons selon Michel Vergé-Franceschi, op. cit., p. 697.
  9. a, b et c Monaque 2009, p. 159.
  10. Extrait de la lettre écrite le 10 juillet à Mme de Seillans. Cité par Monaque 2009, p. 159.
  11. Cité par Castex 2004, p. 199. The Influence of Sea Power upon History, 1660-1783. Little, Brown & Co, New York 1890, Dover Publications, 1987 (Repr.) (ISBN 0-486-25509-3).
  12. Jean Meyer, dans Vergé-Franceschi 2002, p. 575.
  13. Petitfils 2005, p. 404.
  14. Monaque 2009, p. 161. Jean-Claude Castex soutient que le HMS Lion est tellement endommagé que la Royal Navy doit le couler à Sainte-Lucie, (Castex 2004, p. 198-199). Il s'agit d'une grossière confusion, puisque le Lion (64) (en) sera réparé (avec les trois autres vaisseaux) et servira jusque sous les guerres napoléoniennes. C'est le HMS Cornwall (74) qui sera détruit, mais en 1780, après la bataille de la Martinique contre l'escadre de Guichen.
  15. James Gambier sur l'Oxford Dictionary of National Biography
  16. a et b Taillemite 2002, p. 172-173.
  17. Composition des escadres donnée par Castex 2004, p. 197.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

En français 
  • Guy Le Moing, Les 600 plus grandes batailles navales de l'Histoire, Rennes, Marines Éditions,‎ mai 2011, 620 p. (ISBN 235743077X)
  • Michel Vergé-Franceschi, La Marine française au XVIIIe siècle : guerres, administration, exploration, Paris, Sedes, coll. « Regards sur l'histoire »,‎ 1996, 451 p. (ISBN 978-2-7181-9503-2 et 2-7181-9503-7) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Michel Vergé-Franceschi (dir.), Dictionnaire d'histoire maritime, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins »,‎ 2002, 1508 p. (ISBN 2-221-08751-8 et 2-221-09744-0)
  • Jean Meyer et Martine Acerra, Histoire de la marine française : des origines à nos jours, Rennes, éditions Ouest-France,‎ 1994, 427 p. (ISBN 978-2-7373-1129-1 et 2-7373-1129-2)
  • Étienne Taillemite, Dictionnaire des marins français, Paris, éditions Tallandier,‎ 2002, 573 p. (ISBN 978-2-84734-008-2 et 2-84734-008-4) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Étienne Taillemite, Louis XVI, ou le navigateur immobile, Paris, éditions Payot,‎ 2002, 265 p. (ISBN 978-2-228-89562-0 et 2-228-89562-8)
  • Jean Meyer et Jean Béranger, La France dans le monde au XVIIIe siècle, Paris, éditions Sedes,‎ 1993, 380 p. (ISBN 978-2-7181-3814-5 et 2-7181-3814-9)
  • André Zysberg, La monarchie des Lumières : 1715-1786, Paris, Point Seuil, coll. « Nouvelle Histoire de la France moderne » (no 5),‎ 2002, 552 p. (ISBN 978-2-02-019886-8 et 2-02-019886-X) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Patrick Villiers et Jean-Pierre Duteil, L'Europe, la mer et les colonies : XVIIe siècle-XVIIIe siècle, Paris, Hachette supérieur, coll. « Carré Histoire » (no 37),‎ 1997, 255 p. (ISBN 978-2-01-145196-5 et 2-01-145196-5)
  • Jean-Claude Castex, Dictionnaire des batailles navales franco-anglaises, Laval (Canada), éditions Presses Université de Laval,‎ 2004 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Lucien Bély, Les relations internationales en Europe au XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Thémis »,‎ 1992, 731 p. (ISBN 978-2-13-044355-1 et 2-13-044355-9) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Rémi Monaque, Suffren : un destin inachevé, Paris, édition Tallandier,‎ 2009, 494 p. (ISBN 978-2-84734-333-5) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Jean-Christian Petitfils, Louis XVI, Paris, éditions Perrin,‎ 2005, 1113 p. (ISBN 978-2-262-01484-1 et 2-262-01484-1) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Louis Édouard Chevalier, Histoire de la marine française pendant la guerre de l'indépendance américaine, précédée d'une étude sur la marine militaire de la France et sur ses institutions depuis le commencement du XVIIe siècle jusqu'à l'année 1877, Paris, Hachette,‎ 1877 (lire en ligne)
  • Georges Lacour-Gayet, La marine militaire de France sous le règne de Louis XVI, Paris, éditions Honoré Champion,‎ 1905 (lire en ligne)
En anglais 

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]