Bois-d'Ennebourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bois (homonymie) et Bois (communes).
Bois-d'Ennebourg
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Haute-Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Rouen
Canton Darnétal
Intercommunalité Communauté de communes du Plateau de Martainville
Maire
Mandat
Mathias Ader
2014-2020
Code postal 76160
Code commune 76106
Démographie
Population
municipale
523 hab. (2011)
Densité 74 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 25′ 46″ N 1° 15′ 19″ E / 49.4294, 1.255349° 25′ 46″ Nord 1° 15′ 19″ Est / 49.4294, 1.2553  
Altitude Min. 78 m – Max. 160 m
Superficie 7,04 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Bois-d'Ennebourg

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Bois-d'Ennebourg

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bois-d'Ennebourg

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bois-d'Ennebourg
Liens
Site web http://www.boisdennebourg.fr

Bois-d'Ennebourg est une commune française, située dans le département de la Seine-Maritime en région Haute-Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Mentionné sous la forme latinisée Boscum Danebout au début du XIIIe siècle[1].

Jusqu'à la fin du XVIIIe siècle, la commune porte le nom de Bois d'Annebaud, avant d'adopter la nouvelle graphie.

Danebout devient *Dennebout par fausse régression. La forme actuelle avec /r/ résulte d'une confusion liée à la prononciation normande de cette consonne. En effet, elle s'amuït systématiquement en finale, d'où *Dennebourg par phénomène d'hypercorrectisme visant à rétablir l'appellatif bien connu bourg. L'orthographe « d'Ennebourg » s'explique par l'étymologie « le bois du lieu nommé Ennebourg », on a pris /d/ pour la préposition « de ».

En réalité, il s'agit d'une famille seigneuriale : les Danebout. Un Daneboldus est déjà cité en 1038[2].

Danebold semble être un surnom anglo-danois, dont le second élément -bold est attesté dans les deux Grimbold reconnaissables dans les toponymes normands Saint-Sulpice-de-Grimbouville (Eure) et Graimbouville (Seine-Maritime).

Une Thyra Danebold ou plutôt Danebod est attestée comme étant la femme de Gorm, roi du Jutland et du Danemark et pour laquelle il érigea la Petite pierre de Jelling. Selon certaines sources, elle serait la sœur du roi d'Angleterre Æthelred et selon Snorri Sturluson, la fille d'un certain Harald Klak.

Curieusement, le nom norrois Klak(r) est contenu dans le toponyme Mesnil-Claque (Menilclac vers 1187[3]), hameau de Fresne-le-Plan à quelques kilomètres de là.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Catherine Tabouret    
mars 2008 en cours Mathias Ader    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 523 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
352 340 359 327 346 310 292 316 295
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
288 293 262 254 265 250 244 228 228
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
197 193 192 185 200 203 193 234 205
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
224 255 323 417 459 511 488 478 508
2011 - - - - - - - -
523 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Martin, du XVIIIe siècle.
  • Monument aux morts, dû à Charles Sosson (1923)

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. François de Beaurepaire (préf. Marianne Mulon), Les Noms des communes et des anciennes paroisses de la Seine-Maritime, Paris, A. et J. Picard,‎ 1979, 180 p. (ISBN 978-2-7084-0040-5, OCLC 6403150), p. 46
    Ouvrage publié avec le soutien du CNRS
  2. François de Beaurepaire, Op. cité.
  3. Jean Renaud, Vikings et noms de lieux de Normandie, OREP éditions 2009. p. 125.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :