Bliss (langage)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bliss.
Bliss
Blissymbols
Auteur Karl Kasiel Blitz
Date de création 1949
Nombre de locuteurs Quelques milliers
Typologie SVO
Catégorie langue auxiliaire internationale,
Classification par famille
Statut officiel
Régi par Blissymbolics Communication International
Codes de langue
ISO 639-2 zbl
ISO 639-3 zbl
Type construite
Étendue individuelle
IETF zbl
Échantillon
Je voudrais aller au cinéma.

Le Bliss est une langue idéographique développée par Charles K. Bliss, né Karl Kasiel Blitz (1897-1985).

Charles K. Bliss a consacré une partie de sa vie à créer une langue symbolique internationale dont la toute première version est apparue vers 1942. La langue Bliss a tout d'abord été utilisée en 1971 en Ontario lors d'un programme visant à faciliter la communication des enfants en situation de handicap physique. Par la suite, l'auteur a développé l'ambition d'en faire une langue de communication internationale. Aujourd'hui, cette langue est utilisée dans des hôpitaux nord-américains pour communiquer avec des personnes muettes, paralytiques ou paraplégiques. Ce code se présente sous la forme d'une tablette placée devant la personne qui construit ses phrases en combinant les signes entre eux. La Blissymbolics Communication International (BCI) est l'instance qui gère le développement de la langue.


Description[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'une langue composée d'environ 2300 symboles, et qui possède son propre vocabulaire (écrit sous forme idéographique) et sa propre grammaire et syntaxe (ce qui la rapproche des langues des signes utilisées par les sourds, de façon gestuelle mais non directement écrite). Il est relativement facile à informatiser grâce à sa graphie simple. L'idée fondamentale de Bliss est d'utiliser des pictogrammes dont le dessin a été réduit en une combinaisons de quelques traits simples. Ces traits de base sont : des lignes droites (horizontales, verticales et obliques uniquement), des points, des cercles et demi-cercles, des ondulations, et quelques formes spéciales (cœurs, points d'interrogations…) Les premiers symboles de base obtenus à l'aide de ces traits vont devenir des modèles qui seront ensuite combinés pour former des concepts plus complexes. Voici quelques symboles de base :


Dans le dernier exemple précédent (celui des verbes), il faut remarquer au-dessus des verbes des petites marques. Il s'agit de déterminatifs. Ces marques grammaticales vont permettre, un peu à la manière des déterminatifs utilisés dans les hiéroglyphes égyptiens, de désigner la classe grammaticale d'un symbole (verbe, un nom, un adjectif) ou de préciser le champ lexical auquel il appartient.

Il est possible de combiner des symboles primaires entre eux afin d'obtenir des symboles secondaires qui deviennent eux-mêmes autonomes. Symboles primaires et secondaires peuvent ensuite s'associer (c'est-à-dire s'écrire côte à côte tout en restant distincts) pour former des mots abstraits ou de sens complexe.


Les mots obtenus peuvent, comme dans n'importe quelle langue, former des phrases et même des textes complets :


Historique[modifier | modifier le code]

Blitz a développé le Bliss pendant les années 1940 et 1950.

Comme la plupart des projets similaires, il a été ignoré jusqu'à ce que, en 1971, des praticiens canadiens découvrent que la langue Bliss peut être utilisée par des personnes inaptes à accéder aux langues parlées.

À partir des années 1980, la langue Bliss est implantée sur des micro-ordinateurs et peut être utilisée par des personnes ne disposant que d’un seul mouvement pour interagir avec le monde.

Je voudrais aller au cinéma, en Bliss
Je voudrais aller au cinéma en langue Bliss.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :