Afrihili

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Afrihili
Auteur K. A. Kumi Attobrah
Date de création 1970
Catégorie langue auxiliaire internationale
Codes de langue
ISO 639-2 afh
ISO 639-3 afh
IETF afh
Échantillon
Kwaku na Akua mai atapiro atajirin wɛna liwa yide fu kusa. Ni atapiro atajirin mai imulezi ibarin wɛna yɛ f'amotsoala. Ni amotsoala yɛ arenobo kika Kwaku na Akua baitu fu duka yɛ ukuetu upapam tare. Ku atapiro mai afu okisiwa so nehi nesa bɛ, na ni imao no inta tabonadi you. Fumai arafi f'amotsoala tɔ okisiwa.

L’Afrihili (également nommé El-Afrihili ou parfois Ni Afrihili Oluga), est une langue construite inventée en 1970 par K. A. Kumi Attobrah (un Africain, contrairement au Ga qui fut créé par un Allemand[réf. nécessaire]) afin de servir de lingua franca dans l'ensemble de l'Afrique. Le nom de la langue vient de la combinaison d’Africa et de Swahili. L'auteur, natif d'Akrokerri, au Ghana, eut l'idée d'inventer une telle langue lors d'un voyage maritime entre Douvres et Calais en 1967. Il pensait que « cela promouvrait l'unité et la compréhension entre les différents peuples du continent, réduirait les coûts d'impression dus aux traductions et favoriserait le commerce ». Cette langue est censée être facile à apprendre pour les Africains.

La phonologie, la morphologie et la syntaxe du Afrihili sont tirées de plusieurs langues africaines, ainsi que son lexique qui inclut cependant des mots d'autres origines « si africanisés qu'ils n'apparaissent plus comme étrangers », bien qu'aucune étymologie spécifique ne soit indiquée par l'auteur.

L'Afrihili utilise l'alphabet latin sans accent, avec l'addition de deux voyelles, ɛ et ɔ, qui correspondent aux mêmes sons que dans l'API, c’est-à-dire une voyelle moyenne inférieure antérieure non arrondie et une voyelle moyenne inférieure postérieure arrondie, comme dans d'autres langues africaines telles que les langues ewe et yoruba. La prononciation n'est donc pas problématique pour un locuteur d'une langue indo-européenne.

La grammaire, au contraire, semblera difficile à la plupart des gens dont la langue maternelle est indo-européenne, en raison de son usage des temps et de l’utilisation d’infixes. Cependant, ces particularités se retrouvent dans diverses langues africaines, notamment en swahili, ce qui correspond à la volonté de son inventeur de faciliter l'apprentissage de la langue par les Africains.

Une autre caractéristique de l'Afrihili est que tous les noms commencent et se terminent par une voyelle, ce qui permet de les distinguer des autres types de mots. Leur pluriel est ainsi formé en intervertissant les voyelles initiale et finale.

L'intonation ou l'accentuation ne changent pas le sens d'un mot. L'accent est en général sur la seconde syllabe.

Exemples[modifier | modifier le code]

  • Zuri lu… Bonne journée
  • Zuri zinga… Bonjour (matin)
  • Zuri masa… Bonjour (après-midi)
  • Zuri dani… Bonsoir
  • Zuri bali… Bonne nuit
  • Jo koni… Va tout de suite
  • !Afuraho… Tchin! - À la vôtre!
  • Sama papa obeka al dude… Trouver un bon endroit pour manger

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  • K. A. Kumi Attobrah, Ni Afrihili Oluga. The African Continental Language (First Edition, 1970; Second Edition, 1973)
  • Alessandro Bausani, Geheim- und Universalsprachen. Entwicklung und Typologie. Kohlhammer Stuttgart.

Lien externe[modifier | modifier le code]