Occidental (langue)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Occidental.
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Interlingua_(IALA).

L'occidental, nom historique ancien, qui s'appelle officiellement interlingue, est une langue construite, publiée en 1922 par Edgar de Wahl au moment où certaines personnes essayaient de faire admettre l’espéranto à la SDN. De Wahl y voyait une catastrophe car une pareille décision aurait empêché par la suite le triomphe d’une solution meilleure, qui dans son esprit ne pouvait être que la sienne. La langue évolua par la suite dans le sens d’une latinisation croissante : c’est ainsi que la revue Kosmoglott a été au cours du temps rebaptisée en Cosmoglotta. Au moment de la Guerre froide, l'occidental fut rebaptisé interlingue dans le but de ne pas inquiéter les Soviétiques qui détenaient en quelque sorte en otage le fondateur de la langue et l’empêchaient pratiquement de correspondre. Il est vrai que, pour éviter une confusion avec l’interlingua, les adeptes continuent souvent à parler d’interlingue (ex occidental).

C'est une langue qui se veut immédiatement compréhensible à tous les locuteurs d'une langue européenne, tout comme la universal glot, le novial ou l'interlingua qui suivront la même philosophie. L’idiom neutral ou la mundolingue avaient déjà la même prétention.

Contrairement à cette dernière, l'occidental s'autorise quelques mots d'origine non latine (allemand Hem ; anglais it) et des formes plus courtes (regularmen pour l'interlingua regularmente). Il est même allé jusqu’à reprendre des mots à l’espéranto, comme pri pour au sujet de, ce que l’interlingua repousse absolument. La grammaire de l'occidental est résolument régulière et de ce fait, simple à apprendre. Elle est avec l'interlingua la langue artificielle la plus naturaliste qui soit. Elle ressemble donc un peu à un sabir plus évolué ou un créole.

Exemples[modifier | modifier le code]

Li material civilisation, li scientie, e mem li arte unifica se plu e plu. Li cultivat europano senti se quasi in hem in omni landes queles have europan civilisation, it es, plu e plu, in li tot munde. Hodie presc omni states guerrea per li sam armes. Sin cessa li medies de intercommunication ameliora se, e in consecuentie de to li terra sembla diminuer se. Un Parisano es nu plu proxim a un angleso o a un germano quam il esset ante cent annus a un paisano frances.

La civilisation matérielle, la science et même l'art s'unifient de plus en plus. L'Européen cultivé se sent presque chez lui dans tous les pays qui ont une civilisation européenne, c'est-à-dire dans le monde entier. Aujourd'hui presque tous les États font la guerre par les mêmes armes. Sans cesse les moyens d'intercommunication se perfectionnent, en conséquence de quoi la terre semble devenir plus petite. Un Parisien d'aujourd'hui est plus proche d'un Anglais ou d'un Allemand qu'il l'était il y a cent ans d'un paysan français.


Quelques mots non évidents pour un francophone[modifier | modifier le code]

  • anc : aussi
  • forsan : peut-être
  • hodíe : aujourd'hui
  • litt : petit
  • mey : pourra (anglais may)
  • nequel : aucun ?
  • nu : maintenant (néerlandais)
  • quam : comme
  • quelcvez : quelquefois
  • sam : même
  • sivesive … : soit … soit …
  • scrir : écrire (wallon scrîr)
  • strax : rapide, soudain (néerlandais straks)
  • ti : ce(ci)
  • to : ce(là)
  • unesim : premier
  • yun(ess) : jeune(sse)

Règle de Wahl[modifier | modifier le code]

La règle de Wahl est une règle de formation des mots qui permet de créer certaines formes grammaticales à partir d'autres (par exemple des substantifs à partir de verbes).

Les infinitifs de verbes en Occidental ont d'habitude pour terminaison -ar ou -er. La racine est obtenue dans la façon suivante :

  1. Si, après l'enlèvement de -r ou de -er de l'infinitif, la racine finit avec une voyelle, il faudrait ajouter -t ou devrait changer y finissante en t : crea/r, crea/t-, crea/t/or; atiny/er, atin/t, atin/t/ion
  2. Si la consonne finissante de la racine est d ou r, il faudrait le changer en s : decid/er, deci/s-, deci/s/ion
  3. Dans les cas restants, avec six exceptions, l'enlèvement de la fin donne la racine exigée : duct/er, duct-, duct/ion.

Ces six exceptions sont :

  1. ced/er, cess-
  2. sed/er, sess-
  3. mov/er, mot-
  4. ten/er, tent-
  5. vert/er, vers-
  6. veni/r, vent-

Parce que la règle se compose de trois parties, on la connaît souvent comme « trois règles de Wahl ».

On crée les substantifs et les adjectifs en enlevant les fins et obtenant ainsi la racine. Après l'addition -r ou -er, on obtient un infinitif dans une majorité de cas : decora/t/ion, decora/t-, decora/r.

Cette règle a été appliquée dans l'occidental. Après une modification possible, on peut appliquer cette règle pour créer de nouvelles formes d'un mot particulièrement dans les langues romanes ou dans les langues qui ont emprunté le vocabulaire des langues romanes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]