Betta St. John

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Betta St. John

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Avec Deborah Kerr (à d.), dans La Femme rêvée
(1953, photo promotionnelle)

Nom de naissance Betty Jean Striegler
Naissance 26 novembre 1929 (84 ans)
Hawthorne
Californie, États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Profession Actrice, chanteuse, danseuse
Films notables La Perle noire (1953)
Le Prince étudiant (1954)
Tarzan et le Safari perdu (1957)
La Cité des morts (1960)
Séries notables L'Homme invisible (1959)
Détective international (1960)

Betta St. John est une actrice, chanteuse et danseuse américaine, de son vrai nom Betty Jean Striegler, née le 26 novembre 1929 à Hawthorne (Comté de Los Angeles, Californie).

Biographie[modifier | modifier le code]

Au cinéma, Betty Jean Striegler débute à dix ans (un petit rôle non-crédité) dans le western Femme ou Démon de George Marshall, avec Marlène Dietrich et James Stewart, sorti en 1939. Jusqu'à l'adolescence, elle contribue à trois autres films américains (également dans des petits rôles), un court métrage où elle danse (1940), Lydia de Julien Duvivier (1941, avec Merle Oberon dans le rôle-titre), et enfin Jane Eyre de Robert Stevenson (1944, avec Joan Fontaine et Orson Welles).

Puis au théâtre à Broadway (New York), sous le pseudonyme de Betta St. John, elle crée en 1949 le rôle de Liat, dans la comédie musicale South Pacific du tandem Rodgers et Hammerstein, mise en scène et chorégraphiée par Joshua Logan, aux côtés de Mary Martin et Ezio Pinza. En 1951, elle reprend ce rôle à Londres, où la distribution comprend notamment (outre Mary Martin) l'acteur anglais Peter Grant, qu'elle épouse l'année suivante (1952) et dont elle devient veuve en 1992.

Elle revient au cinéma dans trois films américains sortis en 1953, La Femme rêvée de Sidney Sheldon (avec Cary Grant et Deborah Kerr), La Tunique d'Henry Koster (avec Richard Burton et Jean Simmons) et La Perle noire de Richard Thorpe (avec Robert Taylor, Ann Blyth et Stewart Granger).

Après cinq autres films américains (dont le musical Le Prince étudiant de Richard Thorpe en 1954, avec Ann Blyth et Edmund Purdom), le dernier sorti en 1955 (le western Le Bandit d'Edgar G. Ulmer, avec Arthur Kennedy), Betta St. John s'installe en Angleterre avec son mari.

Dans son pays d'adoption, dès 1955, elle collabore à sept films britanniques, dont deux de la série cinématographique des Tarzan (avec Gordon Scott dans le rôle-titre), Tarzan et le Safari perdu d'H. Bruce Humberstone (1957), puis Tarzan le magnifique de Robert Day (1960), son avant-dernier film. Le dernier (également sorti en 1960) est le film d'horreur La Cité des morts de John Llewellyn Moxey, avec Christopher Lee.

À la télévision, Betta St. John se produit dans onze séries britanniques (quatre étant dédiées au théâtre, telle Armchair Theatre) de 1955 à 1960, dont L'Homme invisible (1959, un épisode) et Détective international (1960, un épisode), après quoi elle se retire quasiment, pour se consacrer à sa famille. Elle revient toutefois pour une ultime prestation à l'écran dans deux épisodes, diffusés en 1965, d'une douzième série britannique.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Au cinéma (intégrale)[modifier | modifier le code]

Période américaine (1939-1955)[modifier | modifier le code]

Période britannique (1955-1960)[modifier | modifier le code]

À la télévision (sélection)[modifier | modifier le code]

(séries britanniques)

Théâtre (sélection)[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]