Femme ou Démon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Femme ou Démon

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

George Marshall, Marlène Dietrich et Joe Pasternak sur le tournage du film

Titre original Destry Rides Again
Réalisation George Marshall
Scénario Felix Jackson
Henry Myers
Gertrude Purcell
Acteurs principaux
Sociétés de production Universal Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Western
Sortie 1939
Durée 94 min.

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Femme ou Démon (Destry Rides Again) est un film américain sorti en 1939 réalisé par George Marshall.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Dans une ville de l'Ouest américain où règne la corruption, un shérif-adjoint ennemi de la violence, Tom Destry, entreprend de faire respecter la loi sans tirer un coup de feu. Il rencontre une belle et séduisante chanteuse de saloon, Frenchy, qui va servir sa cause.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

et parmi les acteurs non-crédités :

Critiques[modifier | modifier le code]

Pour Homer Dickens, Femme ou Démon est « un véritable festival du western avec tout l'arsenal de bagarres, de tueries, de scènes comiques, de clownerie que cela comporte » et il ajoute que ce film « fait figure de classique »[2].

Pour Vincent Pinel, c'est « un western qui mélange joyeusement les genres : action, comédies, chansons, (...) et qui louche hardiment du coté de l'opérette[3]. »

Pour Alain Paucard, « avec ce western, le genre semble - enfin - rentrer dans l'âge adulte ». Il juge « Stewart excellent », la « photo sublime » et « Marlene égale à elle-même »[4].

Pour Thierry de Navacelle, « le film est très bien mené, les acteurs parfaitement choisis et l'action soutenue »[5].

Pour Juliette Michaud, Femme ou Démon est « un mélange de comédie et de western glamour des plus baroques. »[6]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Ce film est un remake d'un western de Tom Mix sorti en 1932. George Marshall tournera à son tour un remake de son film en 1954 intitulé Le Nettoyeur[7].
  • Maria Riva, la fille de Marlene, raconte que la publicité autour de ce film pendant son tournage fut important : « Dietrich faisant de nouveau parler d'elle. On racontait que Destry allait tout casser au box-office. L'alchimie entre ses deux vedettes était décrite comme “torride”, et See What the Boys in the Back Room Will Have, une chanson écrite pour le film, allait certainement faire un succès. Le département Publicité de la Paramount buvait du petit lait[8]. » En effet, depuis 1937, Marlene n'avait pas tourné, les propriétaires américains des salles indépendantes la qualifiant - avec d'autres comme Greta Garbo ou Bette Davis - « d'épouvantail du box-office ». La Paramount, en février 1938 avait même préféré ne pas renouveler son contrat - alors qu'il stipulait qu'elle lui devait encore un film - et lui verser deux cent cinquante mille dollars d'indemnité[9]. Le cachet de Dietrich pour ce film sera d'ailleurs de soixante quinze mille dollars, assez peu finalement au regard de ses revenus précédent[2].
  • La scène dans laquelle Marlene se bat avec l'actrice Una Merkel est anthologique[5]. Le réalisateur préféra pourtant dans un premier temps faire doubler les deux femmes, devant les risques de blessures encourus. Néanmoins, l'énorme publicité qui pouvait ressortir du tournage de cette scène avec Marlene l'emporta, et une infirmerie fut installée près du studio, « au cas où... Marshall cria “coupez” et un tonnerre d'applaudissements éclata. La presse décrivit la scène comme “le plus beau match de boxe depuis Tunney et Dempsey[10]. »
  • Le film est un succès aux États-Unis et permet à l'actrice de redevenir une actrice de premier plan[5],[11].
  • Marlene Dietrich et James Stewart se retrouveront en 1951 sur le tournage du film Le Voyage fantastique sous la direction d'Henry Koster.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Encyclo-ciné
  2. a, b et c Homer Dickens, Marlene Dietrich, éditions Henri Veyrier, 1974, p. 143.
  3. Vincent Pinel, Le Siècle du cinéma, Bordas, 1994, p. 175-177.
  4. Alain Paucard, Femme ou Démon dans Jean Tulard (dir.), Guide des films, op. cit., p. 1150.
  5. a, b et c Thierry de Navacelle, op. cit., p. 95.
  6. Juliette Michaud, Il était une fois Hollywood, éditions Flammarion, 2013, p. 130.
  7. Jean Tulard, Guide des films, coll. Bouquins, Robert Laffont, tome 2, p. 2078.
  8. Maria Riva, Marlene Dietrich par sa fille, éditions Flammarion, 1992, p. 542.
  9. Maria Riva, op. cit., p. 482 et 502.
  10. Maria Riva, op. cit., p. 545.
  11. Maria Riva, op. cit., p. 546.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :