Auto-stop

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Auto-stoppeuse (Luxembourg 1977)
Gestuelle typique de l'auto-stoppeur ou pouceux.
Panneau indiquant un bon emplacement pour faire de l'auto-stop, aux Pays-Bas.

L'auto-stop ou autostop[1] est un moyen de transport économique, où le routard cherche à se faire transporter par le véhicule d'un automobiliste ou d'un camionneur. Il se positionne généralement sur le bord d'une route, et fait un geste reconnaissable (aux États-Unis, au Canada et en France, tendre le pouce, le poing fermé et le bras tendu ; en Inde et en Russie bras et main tendus), indiquant aux automobilistes et camionneurs qu'il souhaite se faire transporter, souvent gratuitement.

Cette activité peut porter plusieurs appellations : faire de l'auto-stop, faire du stop (fam.), lever/tendre le pouce (fam.), se faire voiturer (fam.), faire du pouce (qc)[2] ou poucer (qc). Une personne faisant de l'auto-stop est communément appelée un auto-stoppeur, stoppeur (fam.) ou pouceux (can)[3].

Motivations[modifier | modifier le code]

La distance parcourue peut varier d'un trajet court jusqu'à un long voyage de plusieurs auto-stops. Il existe de nombreuses raisons à ce choix de locomotion : nécessité (manque de moyens financiers, pas d'autre moyen de transport disponible), l'aventure (rencontrer des gens inconnus), l'écologie (une voiture transporte en moyenne 1,3 passager en France), un automobiliste dont une panne immobilise le véhicule…

Réglementation et pratiques nationales[modifier | modifier le code]

L'auto-stop est interdit sur autoroute dans la plupart des pays européens et toutes voies interdites aux piétons (chaussée, bas-côté…). Il est toléré au niveau des entrées d'autoroute, péages et des différentes aires.

Partout en Europe, il est relativement facile de trouver du transport. En Amérique, il est très fréquent de trouver un auto-stoppeur sur les routes. Il est, ou a été, néanmoins déconseillé voire interdit dans certains endroits (notamment certains États américains) pour des raisons de sécurité.

Technique[modifier | modifier le code]

L'auto-stoppeur prévoyant utilise généralement un écriteau pour signaler sa direction ou sa destination (peu pratiqué pour les trajets courts ou imprévus) ce qui permet aux automobilistes de se décider plus facilement. Généralement, il se positionne là où les voitures ralentissent ou s'arrêtent : feu rouge, rond-point, stop, péage, aire, croisement, avec suffisamment d'espace pour permettre à la voiture de se garer.

Dans les régions du monde où les voitures sont rares, le propriétaire ou conducteur demande la plupart du temps une participation financière au stoppeur pour payer l'essence. L'auto-stop permet de remplacer le taxi dans certaines villes[4].

Aspects juridiques (droit français)[modifier | modifier le code]

Lorsqu'un conducteur prend en charge un passager dans le cadre de l'auto-stop, il se conclut entre eux, implicitement mais nécessairement, un contrat de transport par lequel le conducteur contracte une obligation de sécurité.

Ceci a donc pour conséquence que si un accident survient, le passager est indemnisé par l'assurance-auto du conducteur. Le problème, évidemment, surgit quand le conducteur n'est pas assuré ou n'est plus assuré (exemple : résiliation en cas de non-paiement de primes d'assurance), ou lorsqu'il n'est assuré qu'à l'égard des tiers. Dans ce cas, l'indemnisation pourra avoir lieu par le Fonds de garantie automobile.

La jurisprudence écarte la notion de « consentement aux risques », qui est défavorable au passager.

Auto-stoppeurs connus[modifier | modifier le code]

Auto-stop en temps réel[modifier | modifier le code]

De nouveaux modes d'auto-stop ont commencé à ce mettre en place avec l'arrivée des Smartphones. Ces applications ont pour but de mettre en relation les auto-stoppeurs et les conducteurs.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Académie française, « Orthographe recommandée par le Conseil supérieur de la langue française » (consulté en 21.6.2009)
  2. Grand Dictionnaire Terminologique
  3. Grand Dictionnaire Terminologique
  4. C'est le cas à St-Petersbourg où on est pris de cette manière mais on convient d'un paiement à l'avance pour le trajet.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Hervé Décaudin & Fabien Revard, Tôt ou tard. Politique de l'auto-stop, Éditions Pontcerq, Rennes, 2010 (ISBN 9782919648030)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :