Augustin Cochin (historien)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Augustin Cochin.

Augustin Cochin

Description de l'image  Augustin Cochin.JPG.
Biographie
Naissance 22 décembre 1876
Paris
Décès 8 juillet 1916
Hardecourt-aux-Bois (Somme)
Nationalité Drapeau : France Français
Thématique
Formation École des chartes
Approche histoire de la Révolution française (théorie du complot)
Travaux * La Campagne électorale de 1789 en Bourgogne (1904)
  • La Crise de l'histoire révolutionnaire: Taine et M. Aulard (1909)
  • Les sociétés de pensée et la Révolution en Bretagne (1925)

Augustin Denis Marie Cochin est un historien et sociologue français, né le 22 décembre 1876 à Paris VIIe et mort à Hardecourt-aux-Bois, le 8 juillet 1916. « Mort pour la France » au cours de la Bataille de la Somme.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille bourgeoise anoblie au XVIIIe siècle, il est le fils du ministre Denys Cochin. Il fut catholique et légitimiste.

Il se forma à l'École des chartes et se spécialisa, à partir de 1903, dans l'étude de la période révolutionnaire et pré-révolutionnaire. La fortune familiale le dispensant du souci de travailler, il consacra sa brève existence à deux enquêtes :

  • l'une sur la campagne électorale de 1789, d'abord en Bourgogne puis en Bretagne ;
  • l'autre, centrée sur la Terreur, l'amena à élaborer un recueil de sources : les Actes du gouvernement révolutionnaire (23 août 1793-27 juillet 1794) dont le premier volume fut achevé en 1914 et publié en 1920.

C'est « probablement le plus méconnu des historiens de la Révolution française », écrivit à son propos l'historien François Furet qui lui consacra un chapitre[1] de son essai Penser la Révolution française (1978).

Pour Augustin Cochin, la Révolution française serait un coup d'État organisé à partir de sociétés de pensée qui auraient prévu et organisé leur prise de pouvoir et non un mouvement populaire spontané. Selon l'historien et philosophe Marcel Gauchet, l'expression « théorie du complot » est apparue en France en réaction à la parution de ses théories[2].

En 1909, il riposta à la critique adressée par Alphonse Aulard à l'œuvre de Taine par un essai brillant : La crise de l'histoire révolutionnaire : Taine et M. Aulard.

Mobilisé en 1914, le capitaine Augustin Cochin, du 146e régiment d'infanterie, est tué à l'ennemi le 8 juillet 1916 à Hardecourt-aux-Bois.

Après sa mort, son collaborateur, Charles Charpentier, fit paraître en 1925 son seul ouvrage achevé : Les sociétés de pensée et la Révolution en Bretagne. En 1921 et 1924, sa mère fit publier deux recueils d'essais : Les sociétés de pensée et la démocratie moderne et La Révolution et la libre pensée.

En 1979, le sociologue Jean Baechler réédita son texte de 1921 « Les sociétés de pensée et la démocratie moderne : Études d’histoire révolutionnaire » dans une collection de sociologie car selon lui « Cochin propose une théorie cohérente, profonde et féconde d'homo idéologicus [...] et offre un instrument conceptuel efficace pour étudier l'histoire que les hommes font sans le savoir ».

Thèses[modifier | modifier le code]

Ces livres désignent la franc-maçonnerie comme une des instigatrices de la révolution française[3] avec d'autres « sociétés de pensées » mais en cherchant à dépasser la thèse du complot lancée par l'abbé Barruel pour se baser sur une analyse plus factuelle du processus de la Révolution de 1789.

Pour cela il prit appui sur la méthode sociologique que venait d'introduire Émile Durkheim, en cherchant à en éliminer le déterminisme. Sa thèse principale est que la démocratie moderne est née d'une prise de pouvoir d'un genre radicalement nouveau, caractérisé par une dualité entre la réalité des rapports politiques et la fantasmagorie de leur représentation sociale, dualité rendue possible et durable par le mécanisme d'entraînement sophistique extrêmement efficace des « sociétés de pensée » (salons philosophiques, clubs politiques, loges maçonniques, plus tard, partis idéologiques).

Pour Cochin, une règle générale détermine le corps maçonnique : toute délibération officielle est précédée d’une délibération officieuse et déterminée par elle; autrement dit tout groupe franc-maçon est dirigé sans le savoir par un groupe plus restreint, assez peu nombreux pour être uni et avoir une ligne de conduite[4].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Notices d’autorité : Fichier d’autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Bibliothèque nationale de France
  • (et Charles Charpentier), La campagne électorale de 1789 en Bourgogne, Paris, H. Champion, 1904. Extrait de la Revue d'Action française. (Repris  dans « Les sociétés de pensée et la démocratie moderne: Études d’histoire révolutionnaire » et dans « L'Esprit du jacobinisme. Une interprétation sociologique de la Révolution française » ).
  • La Crise de l'histoire révolutionnaire: Taine et M. Aulard, Paris, H. Champion, 1909. (Repris dans « Les sociétés de pensée et la démocratie moderne: Études d’histoire révolutionnaire » et dans « L'Esprit du jacobinisme. Une interprétation sociologique de la Révolution française » ).
  • Quelques lettres de guerre par le capitaine Augustin Cochin, préface de Paul Bourget, Paris, Bloud et Gay ; Barcelone, 1917. Description matérielle : 63 p. ; In-16
  • (et Charles Charpentier), Actes du gouvernement révolutionnaire (23 août 1793 – 27 juillet 1794), édité par Michel de Boüard Paris, A. Picard et fils, puis H. Champion, 1920-1935.
  • Le patriotisme humanitaire, Extrait de la Revue universelle du 1er Avril 1920. Paris. Introduction de Antoine de Meaux (étude éditée à titre posthume de 14 pages).
  • Les sociétés de pensée et la démocratie moderne: Études d’histoire révolutionnaire, Paris, Plon-Nourrit et Cie, 1921, réédition Éditions du Trident, 2011, réédition Éditions des cimes, 2012.
  • La Révolution et la libre-pensée. La Socialisation de la pensée (1750-1789). La Socialisation de la personne (1789-1792). La Socialisation des biens (1793-1794), Paris, Plon-Nourrit et Cie, 1924.
  • Les sociétés de pensée et la Révolution en Bretagne (1788-1789), Tome I, Histoire analytique ; Tome II, Synthèse et justification, Paris, Plon, 1928.
  • Sur la politique économique du gouvernement révolutionnaire, Blois, J. de Grandpré, 1933.
  • Abstraction révolutionnaire et Réalisme catholique, Introduction de Michel de Boüard, Paris, Desclée De Brouwer et Cie, 1935.
  • L'Esprit du jacobinisme. Une interprétation sociologique de la Révolution française, préface ( 26 pages) de Jean Baechler, Paris, Presses universitaires de France, 1979. (Réédition, avec deux modifications introduites par le préfacier, de «Les sociétés de pensée et la démocratie moderne: Études d’histoire révolutionnaire» ).

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Augustin Cochin : la théorie du jacobinisme
  2. Marcel Gauchet, entretien paru dans les Collections de l'Histoire, no 33, octobre-décembre 2006, pp. 60-67.
  3. Revue Catholica - Dossiers spéciaux
  4. Monde et Vie, septembre 1966