Louve (outil)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Louve.
Louve de carrier.JPG

La louve est un outil en fer de la famille des pinces. Elle est constituée de deux branches amovibles reliées à deux chaînes et un anneau. Elle est utilisée par les carriers et les tailleurs de pierre pour le bardage des blocs de pierre et plus précisément leur levage. La partie dentelée de la louve se met à l'intérieur d'un trou conique fait au centre du lit d'attente ou du dessus d'une pierre. La louve est soulevée par une corde et une poulie ou un palan.

La Louve désigne aussi une machine de fer qu'on engage dans le lit supérieur d'une pierre qu'on veut enlever pour la mettre à la place qui lui est destinée : elle est composée de trois pièces, dont celle du milieu retient, le nom de louve, et les deux autres se nomment louveteaux - En 1814, Cette machine n'est presque plus en usage; Le Louveur est l'ouvrier qui est employé à faire, dans les pierres les trous pour placer la louve et l'y ajuster - On dit louver une pierre[M 1].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'usage de la louve remonte à la Grèce antique. Il s'agit au départ de pièces de bois - tout comme les goujons qui assujettissent les pierres entre elles - dont un côté au moins est oblique et vient se bloquer contre la paroi inclinée d'une mortaise taillée dans la pierre. À partir de l'époque classique, les louves sont en métal (en fer ou en bronze) et leur taille diminue (2 à 3 cm de large, une dizaine de cm de long et de profondeur). Lorsqu'elle est unique, la louve se trouve près du centre de gravité du bloc. On trouve aussi des louves doubles pour des blocs plus longs, voire des louves quadruples. Son usage, qui permet de placer un bloc verticalement y compris dans des situations difficiles (blocs clé) s'est généralisé à l'époque romaine.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Morisot J.M., Tableaux détaillés des prix de tous les ouvrages du bâtiment, Carilian,‎ 1814 (lire en ligne)

  1. p. 51

Liens internes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :