Andy Scott (ingénieur du son)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Andy Scott.

Andy Scott est un ingénieur du son anglais, né à Londres, en Angleterre le 16 janvier 1949.

Biographie[modifier | modifier le code]

Arrivé en France en 1971, il commence par se faire remarquer en mixant le groupe Wonder Wheel (Gary Wright ex Spooky Tooth, Mick Jones futur Foreigner), en première partie d'un concert de Johnny Hallyday. Il fait ensuite un passage au château d'Hérouville, il y travaille comme assistant sur des albums d'Elton John (Goodbye Yellow Brick Road), Pink Floyd (Obscured by Clouds, bande originale du film La Vallée de Barbet Schroeder), David Bowie (Pin Ups), Cat Stevens (Catch Bull at Four), Joan Armatrading et Hudson Brothers. Devenu freelance à la fin des années 1970, il réalise, entre autres, l'album Roman Photos pour Alain Bashung, et Cherchez le Garçon, single de Taxi Girl. En 1974, il se lie d'amitié avec Daniel Balavoine, pour qui il réalise tous ses disques et ce jusqu'à sa mort accidentelle en 1986.

Côté télévision, il s'occupe pendant dix ans des émissions des Enfoirés pour les Restos du Cœur, et de beaucoup de 'directs' pour divers grands événements télévisés. Il assure également la sonorisation des spectacles de beaucoup d'artistes : Jean-Jacques Goldman (avec qui il réalise à la fois disques et concerts), Patrick Bruel, Véronique Sanson, Jean-Michel Jarre, Deep Forest, L'Héritage des Celtes, Jacques Higelin, Eddy Mitchell, Alain Souchon, Lorie…

Il a depuis le début de sa carrière une prédilection pour les consoles de marque Midas et Soundcraft et travaille aujourd'hui assez souvent sur des consoles de marque Yamaha. Le choix de ces marques proposant des consoles de mixage simples d'utilisation ainsi que l'utilisation limitée de traitements du son illustrent la démarche avec laquelle il capte les sons et tente de les diffuser auprès du public sans jamais les dénaturer. Suite au krach de 2008 et l'attitude de certains producteurs, voire certains artistes, il prend sa retraite en 2014, et vit désormais au bord de l'océan dans le sud-ouest de la France.

Il est toujours le seul ingénieur du son à avoir gagné une Victoire de la musique pour un concert (Julien Clerc à Bercy en 1985).