Agnès Letestu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Agnès Letestu

Naissance 1er février 1971
Saint-Maur en France
Activité principale Danseuse étoile
Style Danse classique
Danse contemporaine
Activités annexes Répétitrice
Enseignante
Lieux d'activité Paris
Années d'activité Depuis 1987

Agnès Letestu, née le 1er février 1971 à Saint-Maur, est une danseuse française devenue étoile du Ballet de l'Opéra de Paris en 1997.

Biographie[modifier | modifier le code]

Agnès Letestu commence la danse à l'âge de 8 ans dans un Conservatoire en région parisienne et, sur les conseils de son professeur, entre à l'école de danse de l'Opéra de Paris en 1983. Claude Bessy, alors directrice, dira d'elle qu'elle était sa meilleure élève[1]. En 1987, elle est admise à l'âge de 16 ans dans le corps de ballet de l'Opéra ; à noter qu'elle culmine au-dessus des autres danseuses (traditionnellement plus petites) avec son mètre 77[2]. « Quand je suis entrée au ballet, en 1987, l'Opéra Bastille n'existait pas, il y avait moins de spectacles », se rappelle-t-elle quelques décennies plus tard. « Lorsqu'on débutait, on avait le temps de s'ennuyer ou d'observer. Rudolf Noureïev, alors directeur de la danse, était un despote. On ne parlait pas au tsar, on attendait que le tsar nous adresse la parole… Il m'a fait travailler Gamzatti dans La Bayadère, un rôle d'étoile – que je n'étais pas encore. Je ne me suis pas posé de questions : si Noureïev estimait que j'étais prête, c'est que je l'étais ! »[3]

Elle est promue coryphée en 1988, sujet en 1989 et première danseuse en 1993 (grâce à une variation imposée tirée de Diane et Actéon, et une variation libre extraite des Mirages de Serge Lifar). Elle est nommée danseuse étoile le 31 octobre 1997, à l'issue d'une représentation du Lac des cygnes. Elle danse cependant des rôles de premier plan depuis des années, et un de ceux qui la marque le plus est celui de Gamzatti dans La Bayadère : elle n'est que sujet lorsque Rudolf Noureev chorégraphie sa propre version, mais il la veut pour ce rôle et se battra pour qu'elle le danse lors des premières représentations.

Elle remporte le prix de l'Eurovision des jeunes danseurs en 1988, et la médaille d'or du Concours international de ballet de Varna en 1990. L'année suivante, elle se voit décerner le Prix public de l'AROP, ainsi que le Prix du Cercle Carpeaux. En 2004, elle est récompensée par le Prix Léonide Massine et, en 2007, par le Prix Benois de la danse pour son interprétation dans les Mirages de Serge Lifar. Elle est également décorée comme Officier des Arts et des Lettres, comme Chevalier de l'Ordre national du Mérite et comme Chevallier de la Légion d'honneur.

Agnès Letestu danse comme artiste invitée pour le Ballet du Mariinsky, le Ballet Nacional de Cuba, le Het Nationale Ballet d'Amsterdam, l'English National Ballet, le Tokyo Ballet ou encore pour le Ballet du Teatro Communale de Florence.

Elle est aussi créatrice de costumes, et a notamment dessiné les costumes des créations de José Martínez Les Enfants du Paradis, Mi favorita, Delibes Suite, ainsi que Scaramouche pour l’École de danse de l’Opéra de Paris. Elle a également dessiné les costumes des "Variations Golberg" de Hans Spoerli pour le Ballet du Rhin, de "Marie Antoinette" et de ""Windspiel" chorégraphiés par Patrick de Bana pour l'Opéra de Vienne.

Elle fait ses adieux officiels à l'Opéra de Paris le jeudi 10 octobre 2013 dans La Dame aux camélias de John Neumeier[4].

Agnès Letestu poursuit sa carrière en tant que répétitrice de plusieurs rôles-titres de ballets au sein de l'Opéra, et aussi en qualité de directrice artistique et pédagogique au sein de ACTS / Ecole Supérieure Pédagogique à Paris.

Répertoire[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Ballets de l'Opéra de Paris

Documentaire

  • Agnès Letestu : Regards sur une étoile de Marlène Ionesco, 2005
  • Agnès Letestu : L'Apogée d'une étoile de Marlène Ionesco, 2013 (Delange Productions)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "Agnès était ma meilleure élève. […] Je l'ai choisie pour interpréter Gourouli dans Les Deux Pigeons parce qu'elle avait la fraîcheur et la pureté nécessaires au rôle en plus de la technique. Elle est avec José Martinez (lui aussi nommé danseur étoile cette année) le futur de la danse classique non seulement en France mais dans le monde entier." (Culturekiosque, 8 novembre 1997)
  2. référence, citation ou lien
  3. Agnès Letestu : le finale d’une étoile sur telerama.fr du 12 octobre 2013
  4. Le Journal du Dimanche,"Agnès Letestu, l'étoile filante", 5 octobre 2013