Patrice Bart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Patrice Bart

Naissance En 1945
Paris
Activité principale Danseur étoile
Maître de ballet
Chorégraphe
Style Danse contemporaine
Danse classique
Danse néo-classique
Lieux d'activité Paris
Années d'activité Depuis 1959
Formation École de Danse de l'Opéra national de Paris
Maîtres Pierre Dupré
Serge Peretti
Raymond Franchetti
Alexandre Kalioujny
Serge Perrault
Récompenses Concours international de Moscou
Distinctions honorifiques

Commandeur des Arts et des Lettres
Officier de l'Ordre national du Mérite
Chevalier de la Légion d'honneur

Prix Nijinski

Scènes principales

Opéra national de Paris

Patrice Bart, né en 1945, est un danseur, maître de ballet et chorégraphe français.

Il est étoile du ballet de l'Opéra de Paris et y maître de ballet associé à la direction.

Sa mission, c'est de maintenir le haut niveau du Ballet de l'Opéra de Paris tout en perpétuant la tradition qu'il tient lui-même de ses maîtres, en premier lieu Rudolf Noureev.

A l’Opéra de Paris, c’est Patrice Bart qui incarne le plus parfaitement la descendance de Nouréev[1]. Il est le Gardien du Temple.

Patrice Bart prend sa retraite le 30 mars 2011 après une vie professionelle de 55 ans au ballet de l'Opéra de Paris.

Les débuts[modifier | modifier le code]

Patrice Bart entre à l'école de danse en 1957, à l'âge de 12 ans[2].

Petit rat, puis engagé dispensé dans le corps de ballet en 1959, il devient coryphée en 1963.

À cette époque, Patrice Bart reçoit le prix René Blum qui distingue les jeunes danseurs prometteurs.

Danseur étoile[modifier | modifier le code]

Désigné premier danseur, il remporte en 1969 la médaille d'or au Concours international de Moscou avec Francesca Zumbo.

Patrice Bart est nommé danseur étoile en 1972, à l'issue de son interprétation du rôle du prince dans Le Lac des cygnes de Vladimir Bourmeister.

Par la suite, il dansera tous les grands rôles du répertoire, de Petrouchka au prince de La Belle au bois dormant, de Don Quichotte au Fils prodigue, et fait partie des créations de Serge Lifar (Constellations, 1969), de Roland Petit (Mouvances, 1976), de Kenneth MacMillan (Métaboles, 1978), ou de Rudolf Noureev (le Rothbart du Lac des cygnes, 1984). Il fut souvent invité au London Festival Ballet, de 1970 à 1982.

Style[modifier | modifier le code]

La principale qualité de Patrice Bart, c'est la joie de danser[3].

Il aime être sur scène, il est heureux quand il est sur scène.

« Technicien accompli, partenaire brillant, interprète aimant jouer la comédie (Coppélia ou La Fille mal gardée), Patrice Bart n'hésite pas à se glisser dans des rôles de composition comme le grand-père du Casse-noisette de Noureev »[4]. C’est en outre un grand connaisseur de la danse classique et des ballets en général.

Bras droit de Rudolf Noureev[modifier | modifier le code]

Au cours des années, en tant qu'interprète et assistant, Patrice Bart travaille beaucoup avec Rudolf Noureev[3].

Il apprend par Rudolf Noureev comment est-ce qu'on construit une production. Comment est-ce qu'on choisit un décorateur, comment est-ce qu'on choisit les gens qui font la lumière, comment on travaille sur la partition pour lui donner une nouvelle vigueur, comment lui redonner de la vie pour que ce soit plus en osmose avec le rythme de la vie au XXIe siècle.

Rudolf Noureev a des idées très arrêtées, très fortes sur la vision, comment amener les grands ballets classiques avec une espèce de compréhension plus actuelle.

Patrice Bart apprend tout ça de lui.

À son avis, pour faire vivre les ballets classiques, c'est très important d'essayer de leur donner un aspect, pour les amener dans notre monde actuel.

Pour que, justement, les ballets ne soient pas des pièces de musée.

Dans les années de Rudolf Nouréev en tant que directeur du ballet, Rudolf Nouréev est le cœur et Patrice Bart l'âme du Ballet de l'Opéra national de Paris[1],[3].

Maître de ballet[modifier | modifier le code]

Sa passion du ballet et sa connaissance du répertoire l'ont conduit à préparer sa reconversion de danseur, en travaillant d'abord comme répétiteur dès 1986, puis comme maître de ballet en 1987 (avant même ses « adieux à la scène » en 1989).

Collaborant déjà étroitement à l'organisation artistique de la compagnie (avec Eugène Polyakov, il assurera l'intérim de la Direction de la Danse, au départ de Noureev en novembre 1989), il se voit « associé à la Direction de la Danse » en 1990. En 1992, il assiste Rudolf Noureev pour la réalisation de La Bayadère.

Depuis 1990, il exerce comme maître de ballet associé à la direction à l’Opéra de Paris aux côtés de Brigitte Lefèvre.

But[modifier | modifier le code]

Pour Patric Bart, d'abord, c'est très important que chaque danseur et danseuse soit au maximum de ses possibilités, à son niveau[3].

Il croit que c'est vraiment ça qu'il faut arriver à sortir. Tout le monde ne peut pas être danseur-se étoile, c'est clair.

Mais que les danseur et les danseuse soient au top à leur niveau, ça c'est très très important.

Chorégraphe[modifier | modifier le code]

En 1993, Patrice Bart, habitué à remonter les ouvrages des autres, signe sa propre chorégraphie de Don Quichotte pour le Staatsoper de Berlin, œuvre qu'il donne également en 1995 au Ballet de l'Opéra national de Finlande à Helsinki. En 1996, il monte Giselle à la Scala et donne à l'Opéra de Paris sa vision du ballet Coppélia. Cela constituera sa première grande chorégraphie pour la compagnie.

Il a par la suite beaucoup travaillé en Allemagne, présentant ses versions du Lac des cygnes (1997), de Verdiana, de Casse-noisette (1999), Roméo et Juliette (2002) ou encore Giselle (2000) au Staatsoper de Berlin et de La Bayadère à l'Opéra d’État de Bavière de Munich.

En 2003, il chorégraphie et met en scène La Petite Danseuse de Degas[5].

Après 55 ans au ballet de l'Opéra de Paris, Patrice Bart quitte son poste de maître de ballet lors de la dernière représentation de Coppélia, le 30 mars 2011.

Laurent Hilaire lui succède en tant que maître de ballet associé à la direction.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Patrice Bart est Officier des Arts et Lettres, Officier de l'Ordre national du Mérite et chevalier de la Légion d'honneur. Il reçoit le Prix Nijinski (Université de la Danse) en 1974.

Fait divers[modifier | modifier le code]

Apparemment, il n'a y pas des relations familiales entre Patrice Bart et Jean-Guillaume Bart, né en 1972, qui est danseur étoile et choregraphe de même[6].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Nathalie Aubin : Mes années Nouréev, entretien réalisé le 26 février 2004.
  2. Biographie de Patrice Bart sur le site du Mariinsky Théâtre.
  3. a, b, c et d Patrice Bart : « Je pars avec la sensation du travail bien fait », rencontre du 29 mars 2011 avec Patrice Bart aux côtés de Brigitte Lefèvre à l'occasion de son retraite de la scène de l'Opéra de Paris.
  4. Patrice Bart, consulté le 27 janvier 2011.
  5. La Petite Danseuse de Degas, Opéra de Paris, consulté le 27 janvier 2011.
  6. Note du 5 novembre 2004.