Aurélie Dupont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dupont ou Dupond (homonymie).

Aurélie Dupont

Naissance 15 janvier 1973 (41 ans)
Paris en France
Activité principale Danseuse étoile
Style Danse contemporaine
Danse classique
Danse néo-classique
Lieux d'activité Paris
Années d'activité Depuis 1989
Formation Ballet de l'Opéra national de Paris
Maîtres Gilbert Mayer
Patrice Bart
Laurent Hilaire
Conjoint Jérémie Bélingard
Descendants Deux enfants
Récompenses Concours de Varna
Prix de l'AROP
Prix Carpeaux
Distinctions honorifiques Chevalier dans l'ordre des Arts et des Lettres

Scènes principales

Opéra national de Paris

Aurélie Dupont, née le 15 janvier 1973 à Paris, est une danseuse française, étoile du Ballet de l’Opéra national de Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeune, Aurélie Dupont semble prédestinée au piano[1], mais pratiquant la gymnastique et aimant beaucoup la musique, elle se retrouve un jour dans un cours de danse.

C'est le cours de Liane Daydé qui choisit de la présenter à l'École de danse de l'Opéra de Paris.

À l’âge de dix ans, en 1983, Aurélie Dupont entre à l’École de Danse de l’Opéra national de Paris.

En 1989, ayant parcouru toutes les classes de l'école de danse, elle est engagée dans le Corps de Ballet de l’Opéra national de Paris[2]. En 1991, elle est promue Coryphée avec la cinquième variation de Variations. Puis, en 1992, elle devient Sujet avec la Cigarette de Suite en blanc. En 1996, elle est promue Première Danseuse avec la variation d’Henriette dans le deuxième acte de Raymonda.

Enfin, le 31 décembre 1998, à l’issue de la représentation de Don Quichotte de Rudolf Noureev, elle est nommée Étoile.

Aurélie Dupont est la sœur de Benjamine Dupont, qui était danseuse au Ballet royal de Flandre de 1993 à 1998, au Ballet national de Marseille de 1998 à 2006 et au Ballet de l'Opéra de Lyon de 2008 à 2009 et qui est également professeur de danse.

Aurélie Dupont a dansé les rôles titres des plus grands ballets classiques. Danseuse polyvalente, elle danse également dans des ballets néo-classiques de George Balanchine à Roland Petit, ou des ballets plus contemporains de Pina Bausch à Wayne McGregor en passant par Sasha Waltz. Elle est également très appréciée de Benjamin Millepied avec qui elle a créé deux ballets.

Invitée dans le monde entier, elle danse notamment Roméo et Juliette sur la scène du Théâtre Mariinsky, en mars 2002; et est conviée par l'ABT à danser le pas de deux de Rubis de Joyaux de George Balanchine en novembre 2009. Elle également invitée par la compagnie Karas pour une création de Saburo Teshigawara au Japon en août 2014. Aurélie Dupont fera ses adieux en mai 2015.

Style[modifier | modifier le code]

L'attitude de Aurélie Dupont de s'efforcer vers une technique très solide, irréprochable à tout prix et l'arborer comme une armure entraîne une fracture au cartilage du genou, qu'elle a eu depuis plus d’un an, et elle se fait opérer dans l'année qui suit sa nomination comme danseuse étoile.

À la veille de sa nomination comme danseuse étoile, quand Aurélie Dupont a 24 ans et est encore première danseuse, elle rencontre la chorégraphe allemande Pina Bausch, qui l'influence beaucoup et l'incite à changer son style de danser en laissent tomber de "travailler comme une malade pour être irréprochable"[3] en faveur d'une style plus vulnérable.

Pina Bausch dit à Aurélie Dupont:

”Okay, you’re a very tough woman, you’re a very tough dancer, but I’m sure you’re very sensitive, and that’s why I chose you, and I want you to show me this. Because your strength, your force—I don’t care. I want to see your heart.”[1]

«O.K., vous êtes une femme très dure, vous êtes une danseuse très dure, mais je suis sûre, que vous êtes sensible, et c'est la raison pour laquelle je vous ai choisie, et je veux que vous me le montriez. Car votre puissance, votre force, ça m'est égal. Je veux voir votre cœur.»

Il y a une correspondance du destin entre Aurélie Dupont et Mathias Heymann. Mathias Heymann devait se faire opérer à l' âge de 24 ans, deux ans après sa nomination comme danseur étoile à cause des fractures de fatigue du tibia de langue durée qu'il a ignoré quand il a gravi les échelons de sa carrière[4]. Celui-ci devait changer son style de danser aussi[5].

Sa carrière est très marque par le personnage Juliette dans le Roméo et Juliette de Sasha Waltz, un rôle, qu'elle ne danse que trois fois et dont Aurélie Dupont dit[6]:

« Juliette, cela a été un peu mon premier rôle, très fort... C’est vraiment moi dedans. »

Un autre chorégraphe qui influence Aurélie Dupont fortement, c'est le japonais Saburo Teshigawara[7].

Elle décrit sa façon de la manière suivante:

« Il est mystique à sa façon et dans la pureté du mouvement. Travailler avec lui, c’est comme revenir à la source. J’ai l’impression de n’avoir jamais dansé avant ! On avance avec des improvisations. Il y a un lâcher-prise total. Saburo obtient des choses de moi que je n’imaginais pas pouvoir donner. »

La danse d'Aurélie Dupont est notamment remarquée pour ses grandes qualités d'actrice et de tragédienne très appréciées dans ses interprétations des grands rôles romantiques du répertoire comme dans La Dame aux camélias de John Neumeier.

Future maître de ballet[modifier | modifier le code]

Bientôt âgée de quarante-deux ans et demi, l'âge de départ à la retraite[8], Aurélie Dupont fera ses adieux à la scène le 18 mai 2015 à l'occasion d'une représentation de l'Histoire de Manon.

Restant par la suite dans la même institution, elle deviendra Maître de ballet du Ballet de l'Opéra de Paris.

Là, elle s'avance au côté de Clotilde Vayer, qui a remplacé en juillet 2014 Laurent Hilaire comme maître de ballet associé à la direction[9].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Elle a été en couple avec l'humoriste Gad Elmaleh de novembre 2002 à juin 2006[10].

Depuis 2011, Aurélie Dupont est mariée[1] avec le danseur Jérémie Bélingard et est mère de deux garçons : Jacques, né en mai 2008 et Georges né en janvier 2011[10].

Répertoire[modifier | modifier le code]

  • George Balanchine
    • Les Quatre Tempéraments: Sanguin
    • Capriccio
    • Tchaïkovski-pas de deux
    • Symphonie en ut
    • Concerto Barocco
    • Agon : Deuxième Pas de trois et Pas de deux
    • Joyaux : Rubis Couple
    • Violin Concerto
    • Liebeslieder Walzer
    • Le Palais de Cristal : Pas de deux troisième mouvement
  • Pina Bausch
    • Le Sacre du printemps : L’Élue
  • Maurice Béjart
    • Le Concours : Ada
    • Boléro
  • Auguste Bournonville
    • Napoli : Pas de six
  • Trisha Brown
    • O Zlobony/O Composite
  • Sidi Larbi Cherkaoui et Damien Jalet
    • Boléro
  • Jean Coralli et Jules Perrot :
    • Giselle : Pas de deux des Paysans et Giselle
  • John Cranko
    • Onéguine : Tatiana
  • Birgit Cullberg
    • Mademoiselle Julie : Julie
  • Mats Ek
    • Giselle : Giselle
  • Mikhaïl Fokine
    • Les Sylphides
  • William Forsythe
    • In the Middle Somewhat Elevated
    • Woundwork 1
  • Victor Gsovski
    • Grand Pas classique
  • James Kudelka
    • Musings
  • Jiří Kylián
    • Stepping Stones
    • Bella Figura
    • Il faut qu’une porte...
  • Pierre Lacotte
    • La Sylphide : Pas de deux des Ecossais et la Sylphide
    • Paquita : Pas de trois et Paquita
  • Harald Lander
    • Études
  • Serge Lifar
    • Suite en blanc : La Cigarette et l’Adage
    • Les Mirages : L’Ombre
  • Kenneth MacMillan
    • L’Histoire de Manon :Manon
  • Wayne McGregor
    • L’Anatomie de la Sensation
  • Benjamin Millepied
    • Amoveo
    • Daphnis et Chloé : Chloé
  • Ohad Naharin :
    • Perpetuum
  • John Neumeier
    • Sylvia : Sylvia et Diane
    • Le Songe d’une nuit d’été: Titania
    • La Dame aux camélias : Marguerite Gautier
  • Rudolf Noureev
    • Casse-Noisette : Clara
    • Raymonda : Raymonda
    • Don Quichotte : une Amie de Kitri, la Demoiselle d’honneur et Kitri
    • La Bayadère : une Ombre, Gamzatti et Nikiya
    • La Belle au bois dormant : Aurore
    • Cendrillon : Cendrillon
    • Roméo et Juliette : Rosaline et Juliette
    • Le Lac des Cygnes : Odette/Odile
  • Roland Petit
    • Rythme de valses
    • Le Loup : la jeune Fille
    • Carmen : Carmen
  • Angelin Prejlocaj
    • Annonciation : Marie
    • Casanova
    • Le Parc
    • Siddhartha : l’Eveil
  • Alexeï Ratmansky
    • Psyché : Psyché
  • Jerome Robbins
    • In the Night
    • The Four Seasons : Le Printemps
    • En sol
    • Dances at a Gathering : Rose et Verte
  • Leo Staats
    • Soir de fête
  • Richard Tanner
    • Ancient Airs and Dances
  • Saburo Teshigawara
    • Darkness is Hiding Black Horses
    • Sleep
  • Antony Tudor
    • Dark Elegies
  • Sasha Waltz
    • Roméo et Juliette : Juliette

Filmographie[modifier | modifier le code]

Ballets[modifier | modifier le code]

Documentaires[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Aurélie Dupont a eu la médaille d’Or junior au concours de Varna en 1992, le Prix de l’AROP en 1993 et le Prix du Cercle Carpeaux en 1994. Elle a remporté le Benois de la Danse en 2001.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Aurélie Dupont est Chevalier des Arts et des Lettres depuis 2005[2],[14].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Aurélie Dupont talks about being the Paris Opera Ballet's shining étoile entretien avec Gia Kourlas, Time Out New York du 10 juillet 2010.
  2. a et b Aurélie Dupont sur le site de l'Opéra de Paris.
  3. Le travail d’une vie : Aurélie Dupont article par Patrice Piquard dans Harvard Business Review, issue le 19 mars 2014
  4. Comme chacun sait, les échelons inévitables pour un danseur respectivement pour une danseuse sont quadrille, coryphée, sujet, premier danseur/première danseuse, étoile, qu'on le veuille ou non.
  5. Interview de Mathias Heymann accordée à Laura Cappelle, publiée le 21 septembre 2013.
  6. Aurélie Dupont, la fée qui fait briller les étoiles, interview par Frédérique Jourdaa en 2014.
  7. La belle étoile d’Aurélie Dupont, interview mèné par Philippe Noisette, publié dans Paris-Match le 17 juillet 2014.
  8. La retraite des danseurs de l’Opéra national de Paris sur http://www.retraite.com, le site officiel de la retraite et des retraités.
  9. Ballet de l'Opéra : Benjamin Millepied pose sa nouvelle donne article au Figaro, publié le 29/05/2014
  10. a et b Aurélie Dupont : On m'a humiliée, dit des choses affreuses par Laureline Reygner sur le site http://www.purepeople.com le 20 septembre 2011.
  11. Fiche du film Les Enfants de la Danse sur le site du Forum des images.
  12. Aurélie Dupont, la belle étoile par Géraldine Catalano dans L'Express du 12 février 2010
  13. Annonce du film du 10 février 2010.
  14. Nomination ou promotion dans l'ordre des Arts et des Lettres arrêté du ministère de la Culture et de la Communication du juillet 2005