Bronislava Nijinska

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Bronislava Nijinska

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Bronislava Nijinska dans Petrouchka, programme du ballet, Théâtre des Champs-Elysées, Saison Russes, 23 Mai 1913. Harvard Theatre Collection, Houghton Library, Harvard University

Naissance 8 janvier 1891
Minsk (Biélorussie)
Décès 21 février 1972
Pacific Palisades (Los Angeles), États-Unis
Activité principale Danseuse et chorégraphe
Style Ballets russes
Lieux d'activité Kiev, Paris, Los Angeles
Maîtres Enrico Cecchetti, Fokine
Élèves Serge Lifar
Famille Vaslav Nijinsky (frère)

Œuvres principales

Les Noces (1923)
Les Biches (1924)

Bronislava Fominitchna Nijinska (en russe : Бронислава Фоминична Нижинская; en polonais : Bronisława Niżyńska) est une danseuse, chorégraphe et maîtresse de ballet russe née le 8 janvier 1891 à Minsk (Biélorussie) et morte à Pacific Palisades (Los Angeles) le 21 février 1972.

Formation[modifier | modifier le code]

Fille d'un couple de danseurs polonais (Eleonora Bereda et Thomas Nijinsky) et sœur du célèbre danseur Vaslav Nijinski, Bronislava Nijinska est initiée aux claquettes avec les danseurs Noirs américains, alors en tournée, les Johnson and Johnson. ses parents lui enseignent aussi de nombreuses danses folkloriques polonaise, hongroises et russes. Ensuite, elle est formée par Enrico Cecchetti puis à l'école impériale de ballet de Saint-Pétersbourg avec Nicolaï Legat et Fokine.

Elle acquiert ses premières expériences professionnelles avec le ballet du Théâtre Mariinsky. Dès 1909 elle fait partie, comme son frère Vaslav, des Ballets russes de Serge de Diaghilev. Elle danse dans Le Carnaval et Schéhérazade de Fokine. Elle est remarquée dans le rôle de la danseuse de rue dans Petrouchka (1911) de Fokine. Mais la plus grande influence dans la carrière de Nijinska est celle de son frère, Vaslav, qu'elle assiste dans sa création. Dans un premier temps elle répète secrètement L'Après-midi d'un faune (1912) avec lui. Elle est très influencé par l’abstraction de son geste dansé, ancré dans le sol, et par ses effets de groupe.

Chorégraphe[modifier | modifier le code]

En 1915, elle présente ses premiers solos, dont Feuilles d'automne. Suite à cela, elle ouvre en 1919 une école de danse à Kiev, l’École du mouvement. Le jeune Serge Lifar est l'un de ses premiers élèves.

Elle s'intéresse au Constructivisme grâce à l'artiste Alexandra Exter, avec laquelle elle collabore pour des costumes. Ce mouvement artistique sera une influence importante dans son œuvre: elle travaillera avec Goncharova et Larionov. En 1921, à la faveur d'une brouille de Serge Diaghilev avec son maître de ballet Léonide Massine, elle est engagée pour diriger les Ballets russes. Elle marque l'histoire de la compagnie en améliorant la technique académique. Parmi ses premiers ballets, Le Renard (1922) sur une musique de Stravinsky. Mais son chef-d'œuvre demeure sans doute Les Noces (1923), inspiré par la musique de Stravinski. Le ballet, racontant les noces de paysans russes, mêle l'inspiration primitiviste à la modernité du geste. Il s'agit aussi d'un rite érotique, qui rappelle la puissance du Sacre du printemps de Vaslav Nijinsky.

Elle chorégraphie divers ballets pour la compagnie, dont Le Train bleu et Les Fâcheux, sur une musique de Georges Auricen, en 1924, dans lequel Nijinska danse elle-même l'un des rôles masculins. La même année, elle crée un autre ballet important dans son œuvre: Les Biches, sur une musique de Francis Poulenc et avec des décors et costumes de Marie Laurencin.

On peut encore évoquer Boléro de Maurice Ravel en 1928, créé pour la première de l'œuvre.

En 1931, aux côtés de Anton Dolin, elle chorégraphie ''La Belle Hélène'' pour la danseuse étoile Nini Theilade à Stockholm, sur une mise en scène de Max Reinhardt.

De 1932 à 1937 elle dirige sa propre compagnie de danse puis déménage à Los Angeles pour y ouvrir une école de danse et pour y travailler en tant que chorégraphe invitée par d'autres compagnies et théâtres. C'est après 1945 qu'elle sera à nouveau amenée à travailler en Europe avec, entre autres, le marquis de Cuevas.

En 1964, le danseur et chorégraphe britannique Frederick Ashton, qui dirige le Royal Ballet, invite Nijinska à remonter Les Biches.

Bronislava Nijinska s'éteint aux États-Unis en 1972.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bronislava NIJINSKA, Mémoires 1891-1914, [1981), trad. MANONI G., Paris, Ramsey, 1983.