Șișești (Maramureș)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Șișești
Blason de Șișești
Héraldique
Administration
Pays Roumanie Roumanie
Région Transylvanie
Département Maramureș
Maire
Mandat
Gheorghe Bud P D
2008
Code postal 437 325
Indicatif téléphonique international +(40)
Démographie
Population 5 473 hab. (2007)
Densité 61 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 23′ N 23° 25′ E / 47.38, 23.42 ()47° 23′ Nord 23° 25′ Est / 47.38, 23.42 ()  
Altitude 400 m
Superficie 9 002 ha = 90,02 km2
Divers
Fondation 1411
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Roumanie (administrative)

Voir la carte administrative de Roumanie
City locator 14.svg
Șișești

Géolocalisation sur la carte : Roumanie (relief)

Voir la carte topographique de Roumanie
City locator 14.svg
Șișești
Liens
Site web http://www.sisesti-mm.ro

Șișești (Lacfalu en hongrois) est une commune roumaine du județ de Maramureș, dans la région historique de Transylvanie et dans la région de développement du Nord-Ouest.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Șișești est située dans le centre du județ, à 5 km au sud de Baia Sprie et à 15 km à l'est de Baia Mare, la préfecture du județ, au cœur du Pays Chioar (Țara Chioarului), sur les premières collines du massif volcanique des Monts Gutâi (Munții Gutâiului).

Elle est composée de sept villages. En 2002, la répartition de la population entre les différents villages s'établissait comme suit (nombre d'habitants) :

  • Șișești, siège de la municipalité (1 407).
  • Bontăieni (249).
  • Cetățele (667).
  • Dănești (615).
  • Negreia (519).
  • Plopiș (522).
  • Șurdești (1 500).

Histoire[modifier | modifier le code]

La première mention écrite du village de Șurdești date de 1411 où il apparaît en tant que propriété de la famille Dragomirești. Au milieu du XVe siècle, il est signalé comme propriété des villes minières de Baia Sprie et Baia Mare.

Pour le village de Plopiș, il s'agit de 1583, où le village est comptabilisé comme localité de la cité de Chioar.

La première mention écrite du village de Șișești date, elle, de 1566.

La commune a fait partie du Comitat de Maramures dans le Royaume de Hongrie jusqu'en 1920, au Traité de Trianon où elle est attribuée à la Roumanie avec toute la Transylvanie.

Religions[modifier | modifier le code]

En 2002, 55,3 % de la population était de religion orthodoxe et 40,7 % appartenait à l'Église grecque-catholique roumaine.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 1910, le village comptait 3 934 Roumains (97,5 % de la population) et 62 Hongrois (1,5 %)[1].

En 1930, les autorités recensaient 3 862 Roumains (98,8 %) ainsi qu'une petite communauté juive de 39 personnes (1 %) qui fut exterminée par les Nazis durant la Seconde Guerre mondiale.

En 2002, le village comptait 5 457 Roumains (99,6 %) [2].

Évolution démographique
1880 1900 1910 1930 1956 1977 1992 2002 2007
3 071 3 503 4 035 3 910 4 691 5 711 5 716 5 479 5 473[3]


Économie[modifier | modifier le code]

La commune dispose de 4 610 ha de terres agricoles et de 3 829 ha de forêts. L'économie de la commune est basée sur l'élevage, la productino de fruits et l'exploitation forestière.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Șurdești, église en bois des Saints Archanges Michel et Gabriel (Sfinții Arhangeli Mihail și Gavriil) inscrite avec sept autres églises du județ sur la liste du Patrimoine mondial par l'UNESCO en 1999[4].

L'église, construite en 1766, après la destruction de l'édifice précédent par l'invasion tatare de 1717, agrandie au XIXe siècle d'un portique à deux niveaux, est un exemple de perfection structurale et esthétique. Elle a été décorée de fresques intérieures en 1783 et elle possède un clocher de 54 m de hauteur[5].

  • Plopiș, église en bois des Saints Archanges Michel et Gabriel (Sfinții Arhangeli Mihail și Gavriil) inscrite avec sept autres églises du județ sur la liste du Patrimoine mondial par l'UNESCO en 1999[4].

L'église, construite en 1796 est située dans un cadre qui en fait un idéal de symbiose entre relief, nature et création humaine. Ses fresques datent de 1811[6].

  • Cetățele, église en pierre Cuviasa Paruschiava, de 1794.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]