Cavnic

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cavnic
Blason de Cavnic
Héraldique
Administration
Pays Roumanie Roumanie
Région Transylvanie
Département Maramureș
Maire
Mandat
Alexandru Dragoș indépendant
2008
Indicatif téléphonique international +(40)
Démographie
Population 5 240 hab. (2007)
Densité 222 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 23′ N 23° 30′ E / 47.39, 23.547° 23′ Nord 23° 30′ Est / 47.39, 23.5  
Superficie 2 359 ha = 23,59 km2
Divers
Fondation 1336
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Roumanie (administrative)

Voir la carte administrative de Roumanie
City locator 14.svg
Cavnic

Géolocalisation sur la carte : Roumanie (relief)

Voir la carte topographique de Roumanie
City locator 14.svg
Cavnic
Liens
Site web http://www.cavnic.ro
Cavnic
Une vue aérienne de la station serait la bienvenue.
Administration
Pays Roumanie
Géographie
Coordonnées 47° 39′ 39″ Nord 23° 52′ 40″ Est / 47.660833, 23.877778  
Massif Carpates
Altitude 550-1 050 m
Altitude maximum 1 280 m
Altitude minimum 950 m
Ski alpin
Remontées
Nombre de remontées 5
Téléskis 5
Pistes
Nombre de pistes 7
     Noires 1
     Rouges 2
     Bleues 4
Total des pistes 7,4 km km

Cavnic (Kapnikbánya en hongrois, Kapnik en allemand) est une ville du nord de la Roumanie, située dans le județ de Maramureș, dans la région historique de Transylvanie. La ville compte 5 240 habitants en 2007[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Cavnic est située à 33 km à l'est de Baia Mare, chef-lieu du județ, entre les monts Lăpuș et les monts Gutâi. Elle a une superficie de 2 359 ha dont la plus grande partie consiste en pâturages et forêts (1 458 ha) de conifères et de hêtres.

Climat[modifier | modifier le code]

Cavnic a un climat continental avec des étés où la température peut monter à 30 °C et des hivers où elle descend quelques jours à -20 °C.

La neige est présente durant plusieurs mois et favorise le développement d'un tourisme hivernal.

Histoire[modifier | modifier le code]

La première mention officielle de la ville date de 1336 mais ses mines étaient sûrement exploitées dès l'époque romaine.

Au XVe siècle, Cavnic est un centre minier de première importance. Le siècle suivant entraîne la stagnation en raison des rivalités pour sa possession entre les rois de Hongrie et les princes de Transylvanie.

En 1717, Cavnic subit une attaque des Tatars de Crimée mais elle se relève très vite et ses mines se développent tout au long du siècle. En 1786, une route est construite pour rejoindre Baia Sprie.

Le XIXe siècle voit l'apogée de l'exploitation des mines de métaux non ferreux de la cité. On construit aussi des fonderies (d'or notamment).

Cette activité s'est maintenue au XXe siècle.

En 1968, Cavnic obtient le statut de ville.

Politique[modifier | modifier le code]

Le Conseil Municipal de Cavnic compte 15 sièges de conseillers municipaux. À l'issue des élections municipales de juin 2008, Alexandru Dragoș (candidat indépendant) a été élu maire de la Ville[2].

Élections municipales de 2008[3]
Parti Nombre de conseillers
Parti national libéral (PNL) 4
Parti social démocrate (PSD) 4
Parti démocrate-libéral (PD-L) 2
Parti conservateur (PC) 2
Union démocrate magyare de Roumanie (UDMR) 1
Parti populaire et de la Protection sociale (PPPS) 1
Candidat indépendant 1

Religions[modifier | modifier le code]

En 2002, 74,4 % de la population étaient orthodoxes et 1,9 % catholiques.

Démographie[modifier | modifier le code]

Comme beaucoup de villes de Transylvanie, le recensement de 1910 comptabilise une majorité hongroise : 1 604 Roumains (soit 45,6 %) et 1 864 Hongrois (53 %)[4].

La tendance s'inverse après le rattachement de la ville à la Roumanie en 1918 et au recensement de 1930, les Hongrois ne sont plus que 752 (33 %) pour 1 425 Roumains (63 %).

Le recensement de 2002 comptabilise lui 4 205 Roumains (80,8 %) et 911 Hongrois (17,5 %)[5].

Évolution démographique
1880 1900 1910 1930 1956 1977 1992 2002 2007
3 320 4 665 3 517 2 262 3 982 6 033 5 778 5 205 5 240


Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de la ville a longtemps été basée sur l'extraction des métaux non ferreux qui s'est trouvée en grande difficulté après 1989.

Le tourisme pourra être un nouvel axe de développement, le potentiel de la ville étant très élevé. Une petite station de sports d'hiver voit le jour (trois pistes, deux remonte-pentes) avec plusieurs hôtels. L'escalade, le parapente et surtout la randonnée ont aussi de grandes possibilités de développement.

La réserve naturelle du "Jardin du Roi" avec sa forêt de mélèzes (larix decidua) est d'un grand attrait.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :