Étiquette de danger des substances chimiques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux ou non latins. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation…), consultez la page d’aide Unicode.
Pictogramme monochrome représentant une tête de mort surmontant deux tibias croisés.
Le pictogramme « tête de mort », un avertissement usuel contre le risque d'empoisonnement, a été repris et précisé par la normalisation internationale ISO.

Les étiquettes de danger des substances chimiques sont des dessins conventionnels conçus pour signaler des substances ou des dépôts de matières dangereuses. L'emploi de ces pictogrammes est régi par la loi dans la plupart des pays et doit se conformer aux normes et recommandations internationales. La couleur du dessin et du fond du pictogramme, la forme du cadre et les mentions littérales éventuelles sont spécifiques de chaque type de risque.

Signalétique usuelle[modifier | modifier le code]

Nom Symbole Unicode Image
Poison U+2620
Danger U+2621
Radiations U+2622
Rayonnement ionisant ? ?
Rayonnement non-ionisant ? ?
Danger biologique U+2623
Danger U+26A0
Haute tension U+26A1
Arme chimique
(U.S. Army)[1]
N/A N/A
Rayon laser ? ?
Pollution lumineuse ? ? Avertissement sur les rayons lumineux, symbole D-W009 introduit par la norme allemande DIN 4844-2
D'autres panneaux de danger sont représentés ici

Risques particuliers[modifier | modifier le code]

Risques liés à la radioactivité[modifier | modifier le code]

Danger radioactif (1946). Danger radioactif (1946).
Danger radioactif (1946).
Danger radioactif (actuel).
Panneau rouge représentant le trèfle nucléaire en train d'irradier un crâne et un homme en train de s'enfuir.
Signalisation proposée par l'IAEA et l'ISO en 2007.

Le pictogramme international signalant la présence de radiations (aussi appelé trèfle) fut proposé en 1946, par le Laboratoire de radioactivité de l'University of California, Berkeley. À l'époque, c'était un dessin de couleur magenta sur fond bleu[2] (ci-contre à droite). La version actuelle est noire sur fond jaune, et le module du dessin est tel que, si le cercle central est de rayon R, les trois ailettes (séparées par des secteurs de 60° d'ouverture) sont inscrites entre un cercle de rayon de 1,5R et un cercle[3] de rayon 5R.

Le 15 février 2007, l'Agence internationale de l'énergie atomique et l'Organisation internationale de normalisation ont proposé un nouveau pictogramme signalant un rayonnement ionisant pour compléter le « trèfle » de radioactivité[4].

Danger biologique[modifier | modifier le code]

Pictogramme monochrome de danger biologique : un cercle central surmonté de pointes.
Danger biologique.

Ce pictogramme a été conçu par le groupe Dow Chemical dans les années 1960 pour le conditionnement de ses produits[5].

Selon Charles Baldwin[6], un ingénieur du génie sanitaire impliqué dans cette signalétique :

« Nous recherchions quelque chose n'ayant pas de signification particulière mais de facile à retenir, pour que nous puissions y former nos ouvriers. »

On peut construire le logogramme de danger biologique entièrement à la règle et au compas. Le contour de base du logo est un trèfle simple, obtenu comme trois cercles identiques se coupant mutuellement, comme un triple diagramme de Venn, dont on gomme ensuite l'intersection. Le diamètre de l'intersection centrale est la moitié du rayon du rayon R d'un cercle. Puis on évide les cercles de base par trois cercles tangents intérieurement, de rayon 2R/3. On trace un petit cercle au centre, de diamètre R/2, et les arcs sont gommés à 90°, 210° et 330°. On connecte les arcs des cercles tangents intérieurement au petit cercle par un trait. Enfin, on trace un anneau, limité par le cercle passant par les trois centres des cercles de base, et le cercle passant par les trois centres des cercles tangents intérieurement[7].

Danger d'empoisonnement[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tête de mort.
Pictogramme monochrome représentant une tête de mort et deux tibias croisés.
Tête de mort.

Le logo à tête de mort, formé d'un crâne humain et de deux tibias entrecroisés sous le crâne, qui a toujours été symbole de danger, signale aujourd'hui spécifiquement les poisons et les substances toxiques.

Pictogramme vert représentant un visage grimaçant, surmonté d'une mention indiquant : « Poison ! » et le numéro de téléphone d'un centre antipoison.
Pictogramme Mr. Yuk.

Ce symbole, avec toutes ses variantes, est bien sûr d'abord celui du Jolly Roger, le pavillon traditionnel des pirates d'Europe et des États-Unis. Or aux USA, des associations de consommateurs ayant montré que les étiquetages à tête de mort, par suite de l'association avec la piraterie, incitaient parfois les enfants à jouer avec des produits dangereux, un nouveau logo : Mr. Yuk, a fait son apparition pour les produits à usage domestique.

Risque chimique[modifier | modifier le code]

Pictogramme en forme de diamant composé de 4 cases colorées pour dénoter chaque niveau de risque.
Autocollant de niveau de risque selon la recommandation américaine NFPA 704.
Pictogramme orange sur lequel sont mentionnés deux nombres en noir.
Un pictogramme européen pour les matières dangereuses : ici, il faut lire hautement inflammable (33) - essence (1203)

Le pictogramme Matières dangereuses s'applique aux conteneurs de produits chimiques présentant un risque particulier, chaque type de risque faisant l'objet d'une codification spécifique.

Monde anglo-saxon. - La National Fire Protection Association (NFPA), une organisation américaine, a émis une recommandation dite NFPA 704 pour la codification des produits inflammables. Cette codification, qui se répand dans le monde anglo-saxon, repose sur l'emploi d'un losange divisé en quatre quadrants colorés, portant un chiffre lié à la dangerosité (0 pour un risque nul, 4 pour un risque maximum) :

  • le quadrant rouge indique le caractère inflammable ;
  • le quadrant bleu a trait à la nocivité pour l'homme ;
  • le quadrant jaune signale le caractère détonant (explosif) ;
  • le quadrant blanc codifie toute autre sorte de danger n'entrant pas dans les trois premières catégories.

En Europe, la réglementation a été fixée par l'ADR-Agreement en ce qui concerne le transport par route. Les transports de matières dangereuses doivent être signalés par un panneau orange, où le chiffre du haut indique la nature du risque, et le chiffre du bas codifie le produit transporté.

Pictogrammes européens[modifier | modifier le code]

La codification des emballages et des substances dangereuse en Union européenne est réglementée dans la directive 93/21/CEE.

La signalétique des matières dangereuses est codifiée dans l'annexe II de la Directive 67/548/EEC. Une nomenclature consolidée avec les équivalences pour toutes les langues officielles de l'Union européenne est donnée dans la Directive 2001/59/EC.

Depuis 2010, ces symboles sont en cours de remplacement par les symboles internationaux.

Pictogrammes internationaux[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Système général harmonisé.

Depuis 2010, les symboles sont sur fond blanc dans un losange rouge (pictogrammes de l'UNECE, Globally Harmonized System of Classification and Labelling of Chemicals, GHS ou SGH, Système général harmonisé). Leur date d'introduction ou de remplacement obligatoire des anciens symboles varie par pays et diffère entre les substances et les préparations. Ils sont toutefois déjà reconnus de manière internationale. Le changement coïncide avec celui des Phrases_R (Risque) et Phrases_S (Sécurité), remplacés par les phrases H (Hazard = Danger) et P (Précaution).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://en.wikipedia.org/wiki/Weapon_of_mass_destruction#Common_hazard_symbols
  2. « Origin of the Radiation Warning Symbol (Trefoil) »
  3. « Biohazard and radioactive Symbol, design and proportions ».
  4. Ce pictogramme est inclus dans la norme ISO 21482:2007. Mais la norme internationale ISO étant protégée par copyright, il faut payer des droits à l'ISO ou à ses membres (cliquez sur iso pour en savoir plus). Note : l'association ISO n'a pas validé cette assertion. « New Symbol Launched to Warn Public About Radiation Dangers » (consulté le 15 février 2007)
  5. « Biohazard Symbol History »
  6. (en) Biohazard Symbol History
  7. « Biohazard and radioactive symbol, design and proportions »

Voir aussi[modifier | modifier le code]