Établissements Billard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Billard (homonymie).
Une draisine Billard, circulant jadis sur le Réseau Breton et préservée par l'ACFCdN .

Les établissements Billard étaient une entreprise de construction de matériel ferroviaire basée à Tours et spécialisée dans la construction d'autorails légers et de matériels à voie métrique et étroite. L'entreprise a cessé son activité en 1965 et est depuis devenue Socofer.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1920 la société Billard, Chatenay et Cie est créée à Tours, elle construit des draisines pour les grands réseaux et certaines compagnies de chemin de fer secondaires.

En 1928, une nouvelle entreprise est créée la Société anonyme des anciens établissements Billard , spécialisée dans la construction de draisine et locotracteurs.

Production[modifier | modifier le code]

Les draisines[modifier | modifier le code]

Les locotracteurs[modifier | modifier le code]

Locotracteur Billard Y 7200

L'entreprise a construit des locotracteurs à voie étroite et à voie normale :

À voie étroite (60 cm)

La lettre T indique tracteur, le numéro la puissance du moteur, le D pour diesel, et le dernier numéro pour le nombre d'essieux.

Par ordre chronologique de construction, on trouve les :

  • T50D
  • T50D3
  • T80D3
  • T75D
  • T75P
  • T75G
  • T100D

Ils sont avant tout conçus pour l'industrie, en particulier pour le transport de betteraves (T50D2 et T80D3), ou pour les chemins de fer militaires français. Ils seront utilisés entre autres pour la desserte de la ligne Maginot, mais surtout par les troupes d'occupation allemandes et l'organisation Todt.

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, les T75D et les T100D furent utilisés à leur tour dans les industries telles que les sablières de Nemours ou dans les industries betteravières .

À voie normale 

Différents types de locotracteurs, dont une partie de la série Y 7100, sont réalisés pour la SNCF.

Les autorails[modifier | modifier le code]

Autorail Billard N° 314, type A 80D, du Chemin de fer du Vivarais
  • Type A 80 D,
  • Type A 135 D,
  • Type A 150 D,
  • Type A 210 D,

Divers réseaux européens

Une rame construite par Billard pour le chemin de fer de Diakofto (Grèce), composée de deux voitures dont une motorisée encadrant un fourgon contenant un groupe électrogène pour alimenter les moteurs de traction.


  • En Grèce
  • En Espagne
  • En France
    • Une Micheline a été construite dans les années 30,pour le PO
    • Trois autorails à bogies sur châssis long ont été livrés au Nord-Est.
    • Une série d'autorails à deux essieux a été réalisée pour les CFD et la SNCF en 1949-50
    • Une série d'autorails FNC a été livrée à la SNCF

La solidité de son matériel et la simplicité de sa construction, font que beaucoup d'engins de cette firme circulent toujours aujourd'hui.

Le matériel Billard préservé[modifier | modifier le code]

Locotracteurs[modifier | modifier le code]

type T 50

type T 60D, sur le Petit train d'Artouste

type T 75, en plusieurs variantes (dont le prototype de la série, et des exemplaires militaires) sur le Tacot des Lacs, au Train Touristique de Saint Trojan ou bien encore à l'APPEVA, au Chemin de fer touristique du Tarn ainsi qu'au Fort d'Uxegney

type T 100,

Autorails[modifier | modifier le code]

Voie métrique[modifier | modifier le code]

type A 150 D1 construit pour les tramways d'Ile et Vilaine
type A 135 D
type A 150 D
type A 80 D
L'autorail Billard A 80 D 313 des Voies ferrées du Velay.
type A 150 D2 Articulé
type A 150 D8
Remorques R 210
Remorques issues de la transformation d'autorail A 135 D
Remorques messageries

Voie normale[modifier | modifier le code]

type A 75 D
  • X 901, Chemin de fer touristique de la Sarthe ex Chemin de fer Mamers-Saint Calais (MStC)
  • X 902, Trains à vapeur de Touraine accompagné d'une remorque
  • X 903, Chemin de fer touristique de la Sarthe ex Chemin de fer Mamers-Saint Calais (MStC)

Véhicules transformés et modernisés[modifier | modifier le code]

remorque X 1337 des chemins de fer de Provence, transformée par les établissements Garnéro

Galerie photo[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Pierre Crozet, « Les autorails Billard-Soulé », sur LE CHEMIN DE FER FRANCO-ÉTHIOPIEN de DJIBOUTI à ADDIS-ABEBA de 1900 à 1980,‎ 2008 (consulté le 21 avril 2009)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Claude Riffaud, Les automotrice Billard, monographie parue dans le N° 24 (1982-4) de la revue Magazine des tramways à vapeur et des secondaires
  • Yves Broncard, Autorails de France : Les Autorails légers des années 1930, Les Autorails légers des années 1940, Billard (Band 4), Édition La Vie du rail, Paris, 2007 ISBN 2-915034-68-0

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]