Vicky Krieps

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Vicky Krieps
MJK 08173 Vicky Krieps (Berlinale 2018).jpg
Vicky Krieps à la Berlinale 2018.
Biographie
Naissance
Nationalité
Domicile
Formation
Activités
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Jonas Laux (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Parentèle
Robert Krieps (grand-père)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Site web
Films notables
Œuvres principales

Vicky Krieps, née le à Luxembourg, est une actrice luxembourgeoise.

Après de nombreux petits rôles dans des productions luxembourgeoises et allemandes, elle acquiert une renommée internationale grâce à son rôle dans le drame Phantom Thread de Paul Thomas Anderson sorti en 2017.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle naît à Luxembourg, d'une mère allemande et d'un père luxembourgeois. Ce père, issu d'une famille d’avocats luxembourgeois, a créé une petite entreprise qui acquiert de vieilles copies d'anciens films européens en noir et blanc, les restaure et les revend ensuite. C'est la vision d'un de ces films, La Belle et la Bête, de Jean Cocteau, qui est, dit-elle, à l'origine de son intérêt pour le cinéma[1]. Son père, Bob Krieps, est le directeur général du ministère de la Culture de Luxembourg[2], l'ancien directeur de la Sacem Luxembourg[3], et l'ancien président du Film Fund Luxembourg[4],[5]. Plusieurs films avec l'actrice ont été financés par le Film Fund Luxembourg[6], qui est supervisé par le ministère de la Culture, qui décide ensuite quels films seront financés par des subventions étatiques[7],[8],[9]. Son grand-père paternel, Robert Krieps, était un ancien résistant et homme politique luxembourgeois[10], lui-même fils du député Adolphe Krieps. Elle suit une formation au lycée de garçons à Luxembourg. Elle parle l'allemand, le français, le luxembourgeois et l'anglais[1]. Par la suite, elle étudie à la Haute École d'art de Zurich en Suisse[11].

À 20 ans, elle part pour l’Afrique du Sud travailler dans l'humanitaire pour des enfants séropositifs dans un township. Elle y rencontre une femme sangoma et traverse avec elle l'Afrique de l'Est orientale : le Mozambique, la Tanzanie, jusqu'au Kenya[1].

Elle débute quelques années plus tard un parcours d'actrice, dans des films luxembourgeois, belges, européens, puis américains. Elle vit à Berlin. Un des rôles qui ont renforcé sa notoriété est son interprétation d'Alma Elson, un des personnages principaux de Phantom Thread, film dramatique britannico-américain écrit et réalisé par Paul Thomas Anderson sorti en 2017[1],[12]. En 2021, elle est présente au Festival de Cannes pour le film de Mia Hansen-Løve, Bergman Island, présenté en compétition officielle, où elle interprète là encore un des rôles principaux[1],[12]. Elle confirme son statut d'actrice dramatique avec ses rôles dans les films Serre-moi fort de Mathieu Amalric pour lequel elle est nommée au César de la meilleure actrice puis avec Plus que jamais, qui signe sa seconde collaboration avec la réalisatrice allemande Emily Atef après un petit rôle dans Trois Jours à Quiberon sorti en 2018.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Vicky Krieps est en couple avec l'acteur allemand Jonas Laux (de)[13]. Ils sont parents de deux enfants, une fille, née en 2011, et un fils, né en 2015. Ils vivent ensemble à Berlin[13],[14],[15].

Krieps a déclaré à propos du Mouvement #MeToo, dans une interview pour le magazine américain Variety en 2018 : « C'est peut-être très européen, mais je vois toujours les deux côtés. Je suis vraiment désolée pour les personnes qui ont été harcelées, mais je suis aussi très désolée pour les personnes qui ont vécu une vie où ils ont harcelé des gens. Vous ne pouvez pas me dire qu'aucune de ces personnes n'est vraiment heureuse, c'est plus comme une maladie. »[16]

En avril 2021, Krips faisait partie de la polémique campagne #allesdichtmachen ("fermez tout"), qui mettait en vedette 50 acteurs germanophones se moquant des mesures de protection de l'Allemagne contre le COVID 19[17]. Dans sa vidéo, elle dit, entre autres, que jouer l'a aidée à gérer sa peur des gens : « Pendant ce temps, nous avons tous appris à quel point il est bon de s'évader enfin. S'aliéner, ne pas toujours devoir laisser les autres s'approcher de soi. Surtout, vous ne savez pas si les gens que vous rencontrez sont lavés. »[17]. La campagne a été très critiquée en Allemagne comme étant "insipide" ou "digne de grincer des dents", tandis que les négationnistes du COVID se réjouissaient de trouver du matériel soutenant leur propre critique de la gestion de la pandémie par les autorités[18].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Années 2000[modifier | modifier le code]

Années 2010[modifier | modifier le code]

Années 2020[modifier | modifier le code]

prochainement[modifier | modifier le code]

Courts métrages[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Téléfilms[modifier | modifier le code]

Série télévisée[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nomination[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Laurent Carpentier, « Cannes 2021 : Vicky Krieps, Européenne avant tout », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  2. Marie-Laure Rolland, « Mon journal de Cannes (III): Dieu fait débat sur la Croisette », sur wort.lu,
  3. « Start from scratch », sur land.lu,
  4. (de) « Bob Krieps neuer Präsident des Luxemburger Filmfonds », sur wort.lu,
  5. « Année 2013 fructueuse: Le Fonds national de soutien à la production audiovisuelle dresse son bilan », sur Film Fund Luxembourg,
  6. « Vicky Krieps », sur Film Fund Luxembourg
  7. « Le système luxembourgeois d'aide à la production audiovisuelle », sur forum.lu,
  8. « Luxembourg Film Fund », sur luxembourg.public.lu
  9. « La justice saisie dans l’affaire du Film Fund », sur Paperjam News,
  10. (en) Bernard, « Vicky.Krieps », sur www.vickykrieps.com (consulté le ).
  11. « Theater der Künste  » Archiv  » Vicky Krieps », sur www.theaterderkuenste.ch (consulté le ).
  12. a et b Sandra Onana, « Vicky Krieps, comme un charme », Libération,‎ (lire en ligne).
  13. a et b « 'I'm lucky: the right things have always come my way' », sur Belfast Telegraph, .
  14. Kate Kellaway, « Actor Vicky Krieps: ‘I spent a whole day staring into greenery to avoid Daniel Day-Lewis’ », sur The Guardian, .
  15. Oliver Grady, « Vicky Krieps: 'I wanted to disappear and pretend none of it happened' », sur The Sunday Times, .
  16. (en) Andrew Barker, « Vicky Krieps on ‘Phantom Thread,’ Her Future, Her Influences, and #MeToo », sur Variety, .
  17. a et b (de) « Vicky Krieps protestiert gegen Lockdown-Politik » [« Vicky Krieps proteste contre la politique de confinement »], sur L'Essentiel,
  18. (en) Elizabeth Grenier, « German actors' COVID videos spark controversy », sur Deutsche Welle,

Liens externes[modifier | modifier le code]