Township (Afrique du Sud)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le township désigne, en Afrique du Sud, des quartiers pauvres et sous-équipés réservés aux non-Blancs. Ces zones urbaines sont principalement occupées par des populations noires ou coloured, mais aussi par des travailleurs indiens déplacés de force au nom des lois sur l'Apartheid[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Les townships ont généralement été construits en périphérie des villes de la fin du XIXe siècle jusqu'à la fin de l'Apartheid[2],[3].
Le plus grand Township d'Afrique du Sud est, de loin, celui de Soweto, situé au sud-ouest de Johannesburg (d'où son nom qui signifie South Western Township). Il compte plus d'un million d'habitants.
Ce terme a également une signification légale précise sans connotations raciales[4],[5]. Il est utilisé pour désigner un terrain subdivisé en erfs (stands) dans le cadastre[6]. On parle par exemple de « holiday township » (exemple: Marloth Park).
Historiquement, le mot township est un échelon du zonage par paroisse en Angleterre au XIe siècle. Le terme s’est diffusé dans le monde anglo-saxon avec la colonisation et revêt plusieurs significations dont le poids idéologique est variable entre les pays[7].

Principaux Townships[modifier | modifier le code]

Soweto, Johannesburg
2011-02-08 Mitchells Plain, Le Cap
Townships classés selon leur population (recensements de 2001 et 2011)
Township Population (2001) Population (2011) Ville proche
Soweto 858 644 1 271 628 Johannesburg
Mitchell's Plain 398 650 310 485 Le Cap
Umlazi 388 687 404 811 Durban
Katlehong 349 866 407 294 Alberton
Tembisa 348 693 463 109 Kempton Park
Khayelitsha 329 002 391 749 Le Cap
Soshanguve 311 223 403 162 Pretoria
Mamelodi 256 117 334 577 Pretoria
Ibhayi 255 826 237 799 Port Elizabeth
Sebokeng 222 045 218 515 Vanderbijlpark
Mangaung 217 076 209 262 Bloemfontein
Mabopane 192 914 110 972 Pretoria
KwaMashu 175 913 175 663 Durban
Botshabelo 175 822 181 712 Bloemfontein
Mdantsane 175 789 156 835 East London
Alexandra 166 968 179 624 Johannesburg
Orange Farm 163 877 76 767 Johannesburg
Inanda 153 098 158 619 Durban
Vosloorus 150 277 163 216 Boksburg
Thabong 148 206 126 013 Welkom
Tsakane 144 289 135 994 Brakpan
Evaton 143 157 132 851 Vanderbijlpark
Meadowlands 138 354 138 354 Roodepoort
Daveyton 131 390 127 967 Benoni
Etwatwa 124 435 151 866 Benoni
Motherwell 117 319 140 351 Port Elizabeth
Madadeni 116 798 119 497 Newcastle
Ntuzuma 114 579 125 394 Durban
Ivory Park 112 516 184 383 Midrand
Jouberton 104 977 186 515 Klerksdorp
Diepsloot 104 096 138 329 Johannesburg
Kagiso 100 940 115 802 Krugersdorp
Mpumalanga 99 720 62 406 Pinetown
Kwa-Thema 99 517 103 727 Springs
Saulsville 95 676 105 208 Pretoria
Embalenhle 91 751 118 889 Secunda
KwaNobuhle 87 585 107 474 Uitenhage
Thokoza 85 106 105 827 Alberton
Msogwaba 82 509 nc Nelspruit
Guguletu 80 277 98 468 Le Cap
Osizweni 80 265 77 845 Newcastle
Edendale 79 573 140 891 Pietermaritzburg
Imbali 79 115 30 157 Pietermaritzburg
Hlubi 73 931 nc Newcastle
Duduza 71 960 73 295 Nigel
Seshego 71 290 83 863 Pietersburg
Ga-Rankuwa 71 279 90 945 Pretoria

Caractéristique idéologique[modifier | modifier le code]

Le township est une forme urbaine répressive inspirée par une volonté hygiéniste. Elle a pour but de maintenir une certaine stabilité sociale grâce à l’immobilité qu’induit sa structure. Les townships sont découpés en parcelles résidentielles égales où s’implantent les « matchboxes », des maisons en forme de « boite d’allumettes » produites en série à bas coût. Les urbanistes s'inspirent des théories d’organisation spatiale des cités-jardins et de Le Corbusier. Pour eux, une organisation spatiale stricte devrait garantir l’ordre social[7].

Un terme à plusieurs sens[modifier | modifier le code]

Le mot township sous-entend un dédoublement sémantique. Il est à la fois un concept juridique défini et délimité mais également la conception d'un ordre social discriminatoire. Ces deux définitions, à la fois techniques et pragmatiques, se recoupent et s’opposent en fonction des volontés politiques du gouvernement. Durant la période de l'Apartheid, l’état possède le monopole sur la production foncière, ce qui lui permet de restreindre l’accès à la propriété des populations noires et métisses. Le township a permis, par le développement séparé des populations sous des politiques discriminatoires, d’accentuer la marginalisation de ces populations[7].

Le township « technique »[modifier | modifier le code]

Le township est un instrument défini par le cadastre. Il est aussi un modèle d’urbanisme car sa mise en place repose sur une internalisation de théories comme celle des cités-jardins et de Le Corbusier. La conception du township requalifié comme outil technique se déleste des idéologies[7].

Les Townships en Namibie[modifier | modifier le code]

En 1920, la Namibie est administrée par l’Union sud-africaine en vertu d’un mandat de la Société des Nations. Le gouvernement applique alors le régime de l’Apartheid et celui des townships. Les townships namibiens sont des lieux associés à l’activité urbaine. Les premiers townships sont de véritables villes liées à des localités déjà existantes. La limite du township permet aux aménageurs de définir l’urbain et le non-urbain avec des espaces formant une zone tampon concentrique autour de la ville centre.

En 1963, une définition du township est mise en place dans le cadre de planification urbanistique par le texte juridique « Township and division of land Ordinace ». Le township se définit alors comme un espace « dont le lotissement a fait l’objet d’une planification et dont les titres fonciers ont été enregistrés au cadastre ».

Le township se définit donc comme une unité cadastrale ayant fait l’objet de planification par le gouvernement central. Il devient alors un instrument pour la planification qui permet au gouvernement de mettre en œuvre les politiques de ségrégation et de séparation des populations durant l’Apartheid. De plus, on peut remarquer que le terme de township remplace le terme de "locations" utilisé auparavant. S'ajoute alors une dimension technique, normée, mais aussi législative et ethnique. [7]

Le township de Katutura proche de la ville de Windhoek est un cas particulier. Aménagé en 1960, il n’est reconnu légalement comme étant un township qu'en 1979 lorsque la politique de l’Apartheid s’assouplit et met fin aux « mesures discriminatoires ». Juridiquement, le township de Katutura n’a pas été reconnu comme tel afin d’accentuer l’emprise de l’état sur les populations. On ne permet pas aux résidents d’accéder à la propriété comme dans les autres townships[7].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Frédéric Giraut Céline Vacchiani-Marcuzzo, Territoires et urbanisation en Afrique du Sud Atlas et base de données géo-historique, page 14
  2. (en) Charles Pettman, Africanderisms; a glossary of South African colloquial words and phrases and of place and other names, Longmans, Green and Co., (lire en ligne), p. 298
  3. (en) International Encyclopedia of the Social Sciences (lire en ligne), p. 406
  4. http://www.lawsoc.co.za/webs/surveyorgeneral/survey_system_sa/survey_system_sa.doc
  5. http://www.info.gov.za/view/DownloadFileAction?id=70824
  6. http://www.lts.co.za/projectcycle.html
  7. a b c d e et f Christophe Sohn, « LES AVATARS DU TOWNSHIP DANS LA VILLE POST-APARTHEID. LEÇONS NAMIBIENNES SUR LE MOT ET LA CHOSE », « L’Espace géographique »,‎ , pages 1 à 13