La Bâtie-des-Fonds

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Bâtie-des-Fonds
La Bâtie-des-Fonds
Restes du village.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Die
Intercommunalité Communauté de communes du Diois
Maire
Mandat
Brigitte Chevrot
2020-2026
Code postal 26310
Code commune 26030
Démographie
Gentilé Bâtillonnais, Bâtillonnaises
Population
municipale
hab. (2017 en diminution de 33,33 % par rapport à 2012)
Densité 0,33 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 30′ 55″ nord, 5° 38′ 22″ est
Altitude Min. 872 m
Max. 1 640 m
Superficie 12,12 km2
Élections
Départementales Canton du Diois
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
La Bâtie-des-Fonds
Géolocalisation sur la carte : Drôme
Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
La Bâtie-des-Fonds
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Bâtie-des-Fonds
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Bâtie-des-Fonds

La Bâtie-des-Fonds est une commune française située dans le département de la Drôme, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants sont appelés les Bâtillonnais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La Bâtie-des-Fonts est située à 45 km de Die et 27 km de Luc-en-Diois.

C'est l'une des plus petites communes de la Drôme. Elle se situe à l'est du département, dans le Haut-Diois.

La rivière Drôme y prend sa source à 1 060 m d'altitude.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations[modifier | modifier le code]

Dictionnaire topographique du département de la Drôme[1] :

  • 1220 : Bastida Vallis Dromae (Mém. pour l'évêché de Die, 37).
  • 1661 : La Bastye des Fons (archives de Vaunaveys).
  • 1891 : La Bâtie-des-Fonts, commune du canton de Luc-en-Diois.

Non daté : La Bâtie-des-Fonds[réf. nécessaire].

Étymologie[modifier | modifier le code]

En occitan, les fonts sont le nom donné aux petites sources[réf. nécessaire].

Histoire[modifier | modifier le code]

Du Moyen Âge à la Révolution[modifier | modifier le code]

La seigneurie[1] :

  • Les Isoard d'Aix.
  • 1320 : les princes d'Orange de la maison des Baux (par alliance).
  • La terre est unie à celle de Valdrôme.

Avant 1790, la Bâtie-des-Fonts était une communauté de l'élection de Montélimar, subdélégation de Crest et du bailliage de Die, formant une paroisse du diocèse de Die. Son église était sous le vocable de Saint-Martin :

  • XIVe siècle : Capella Bastide Foncium (Pouillé de Die).
  • 1509 : Ecclesia Bastide Fontium (vis. épisc.).

Les dîmes appartenaient au commandeur de Valdrôme, qui nommait à la cure[1].

De la Révolution à nos jours[modifier | modifier le code]

En 1790, cette commune fut attribuée au canton de Valdrôme, mais la réorganisation de l'an VIII l'a fait entrer dans celui de Luc-en-Diois[1].

 : le village subit un glissement de terrain qui emporte une partie du village. Ce glissement avait commencé lentement à la fin de l'année 1935. Il n'y a pas eu de victimes mais le village s'est trouvé défiguré et a même failli être abandonné[2] : au total 200 hectares de champs et de bois détériorés, 1 500 mètres de route dégradées, quinze maisons détruites[3]. Seule la partie plus ancienne du village (au-dessus de la route) construite sur un sol calcaire est restée intacte.

La commune subira un autre éboulement, celui-ci survenant en contrebas du village, coupant la route descendant vers la vallée et le village de Valdrôme. L'ampleur de cet éboulement obligera de reconstruire la route sur un tracé différent, passant dans le fond de la vallée pour remonter et rejoindre la route originale.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1988 ? Émile Blanc    
mars 2001 mars 2008 Jean-Marc Deloupy Dobin    
mars 2008 En cours
(au 31 octobre 2014)
Brigitte Chevrot[4] SE Retraitée

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[6].

En 2017, la commune comptait 4 habitants[Note 1], en diminution de 33,33 % par rapport à 2012 (Drôme : +4,12 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
257150302260237212193192182
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
159149140138108106105100100
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
908460574041221611
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1411917810888
2013 2017 - - - - - - -
54-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

En 1992 : Forêt (bois), pâturages (ovins)[9].

Loisirs et tourisme[modifier | modifier le code]

  • Village retiré : « une quinzaine de bâtisses cousues à la montagne »[9].
  • Panorama du col de Carabès (1261 m)[9].
  • Source de la Drôme[9].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune a la particularité de ne pas avoir d'église.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d J. Brun-Durand, Dictionnaire topographique du département de la Drôme, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), page 24
  2. Paul Méjean, « Le glissement de La Batie-des-Fonds (Haut-Diois) », Revue de géographie alpine, vol. 24, no 4,‎ , p. 950–954 (DOI 10.3406/rga.1936.3558, lire en ligne, consulté le 14 avril 2016)
  3. « Les risques majeurs dans la Drôme », sur www.drome.gouv.fr, (consulté le 15 avril 2016)
  4. La Bâtie-des-Fonds sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de la Drôme (consulté le 31 octobre 2014).
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  9. a b c et d Michel de la Torre, Drôme, le guide complet de ses 371 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, (ISBN 2-7399-5026-8), p. La Bâtie-des-Fonds

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]