Terre de Liens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Terre de Liens
Cadre
Zone d’influence France
Fondation
Fondation
Identité
Siège 10 rue Archinard, 26400 Crest

Terre de Liens est un mouvement citoyen français dont l'une des ambitions est de supprimer le poids de l'acquisition foncière pour les agriculteurs[1], ainsi que d'œuvrer à la préservation du foncier, en luttant notamment contre la spéculation foncière et l'artificialisation des terres agricoles. Il est né en février 1998[2].

La structure[modifier | modifier le code]

Terre de Liens est depuis devenue trois entités : une association, une foncière et un fonds de dotation.

  • L'association Terre de Liens existe depuis 2003. Elle assure le fonctionnement bénévole de la foncière[3],[4],[5].

L'association nationale fédère les associations régionales, présentes à l'heure actuelle dans toutes les régions de France, à l'exception de la Corse.

La Foncière Terre de Liens est un outil permettant d'émettre des actions afin de recueillir de l'épargne citoyenne, à partir de 100 par action[8]. Celle-ci est utilisée pour acquérir des fermes en vue de l'installation de paysans pratiquant l'agriculture paysanne, biologique ou biodynamique. Ces agriculteurs louent les terres à Terre de Liens selon les principes du fermage. Terre de Liens signe avec ses fermiers des baux ruraux environnementaux, qui possèdent des clauses obligeant le fermier à respecter des règles environnementales (agriculture biologique, préservation de haies, mares, zones humides, etc.)

Terre de Liens publie la revue Chemins de terre, pour informer ses adhérents et ses actionnaires des actions menées par l'organisation et des politiques agricoles menées en France.

Les réalisations[modifier | modifier le code]

Fin 2007, la Foncière Terre de Liens comptait 160 actionnaires physiques ou personnes morales, pour un capital de 800 000 [9].

Fin 2008, elle possédait huit fermes[10] : maraîchage en biodynamie dans la Creuse, céréales bio pour un paysan-boulanger dans la Drôme, élevage bio en Isère, vigne en biodynamie dans le Jura[11]...

En 2012, 25 000 000 ont été collectés et 70 projets accompagnés. En 2016, la Foncière Terre de Liens comptait 11 460 actionnaires, 50 M€ de capital, 202 fermiers installés pour 122 fermes acquises[12]. En mars 2017, la foncière possédait 139 fermes[13].

Aménagement du territoire[modifier | modifier le code]

Terre de Liens est régulièrement contactée par des agences de gestion de l'eau et des collectivités rurales pour établir un aménagement concerté des territoires, pour renforcer la ceinture verte des villes par exemple[8].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « La charte de Terre de Liens », Terre de Liens (consulté le 5 mars 2016)
  2. « Site officiel », Terre de Liens (consulté le 5 mars 2016)
  3. « Un mouvement, trois piliers », Terre de Liens (consulté le 5 mars 2016)
  4. « Une association rachète des terres pour les louer aux paysans », Terre-net Média, (consulté le 5 mars 2016)
  5. « Foncier. Terre de liens a installé 120 fermes », Le Télégramme, (consulté le 5 mars 2016)
  6. « Pourquoi une SCA ? », sur terredeliens.org.
  7. « Vif-argent », , le journal de La Nef.
  8. a et b Bénédicte Manier, Un million de révolutions tranquilles : Comment les citoyens changent le monde, Les Liens qui Libèrent (LLL), , 328 p. (ISBN 979-10-209-0009-8, lire en ligne), p. 142-143.
  9. David Naulin, « Terre de liens : s’unir pour agir », sur Cdurable, .
  10. « France Culture »,
  11. « Achetez des terres pour la bio », L'Écologiste, no 27,‎ , p. 10.
  12. « Chiffres clefs », Terre de Liens (consulté le 23 octobre 2016)
  13. « Retour à la terre grâce à une association », sur franceinter.fr, (consulté le 25 mars 2017).