Tentacule érotique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2016).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Le Rêve de la femme du pêcheur, dessin d'Hokusai datant de 1814 et représentant une femme au cours d'un rapport avec deux monstres tentaculaires.
Tamatori dérobant le diamant du Roi des Dragons, par Utagawa Kuniyoshi

Viol par des tentacules (触手強姦, shokushu goukan?) ou tentacules érotiques est un concept retrouvé dans quelques hentai décrivant des scènes d'horreur au cours desquelles des créatures munies de tentacules (habituellement des monstres) violent ou pénètrent des femmes, d'autres créatures, des futanari et/ou, moins fréquemment, des hommes.

Ce genre d'érotisme est très apprécié au Japon où il est même fréquemment parodié. En occident, les tentacules érotiques sont souvent associées aux hentai et constituent un phénomène culturel[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Les créatures munies de tentacules ont fait leur apparition dans l'érotisme japonais bien avant la pornographie animée. Les illustrations du roman Kinoe no komatsu écrit par Katsushika Hokusai en 1814 en sont un exemple fameux — et probablement le premier. Il s'agit d'une shunga (gravure érotique japonaise) qui a inspiré nombre d'artistes. L'Australien David Laity l'évoque en une toile du même nom et Masami Teraoka (en) remet l'image au goût du jour avec son ouvrage de 2001 Sarah and Octopus/Seventh Heaven partie de la collection Waves and Plagues.

Un travail de Danielle Talerico[2] montre que si les Occidentaux ont souvent interprété la fameuse gravure d'Hokusai comme un viol, les Japonais de l'époque d'Edo la considèrent plus volontiers comme un acte sexuel consensuel illustrant la légende de Tamori, la pêcheuse d'ormeaux, où Tamori vole le diamant du roi des Mers. Ce dernier, aidé de sa troupe (dont des pieuvres) la poursuit. Dans le texte accompagnant la gravure, la plongeuse et deux pieuvres éprouvent une jouissance mutuelle.

Culture populaire[modifier | modifier le code]

En 1990, Demon Beast Invasion (en), un manga de Toshio Maeda (en), est à l'origine d'un « paradigme moderne de pornographie » basé sur des tentacules dans laquelle les éléments d'une agression sexuelle sont exacerbés. Maeda explique qu'il a inventé le genre pour rester dans les limites strictes de la censure japonaise qui interdit la visualisation d'un pénis mais apparemment pas une pénétration par un tentacule ou un appendice similaire (souvent celui d'un robot).

L'utilisation d'appendices sexuels existe également, bien qu'avec une fréquence moindre, dans les films européens et américains. Le contexte historique de tentacules érotiques est indéniablement un phénomène d'origine japonaise. Cependant, son apparition dans les films actuels, à la fois ceux de science fiction (films B) et ceux destinés aux adultes, a reçu une impulsion après la parution de Galaxy of Terror (Roger Corman) en 1980. Dans ce film, une astronaute, interprétée par Taaffe O'Connell (en), est capturée, violée et tuée par un ver géant. Le ver utilise ses nombreux tentacules pour commencer par déshabiller l'astronaute avant de la pénétrer.

Mangas[modifier | modifier le code]

  • Comic Kairakuten (COMIC快楽天?, magazine)
  • Kill Time Communication (en) (éditeur japonais)[3]
    • 2D Dream Magazine (二次元ドリームマガジン?, magazine)
    • Comic Unreal (コミックアンリアル?, magazine)
  • Core Magazine (en) (コアマガジン?, éditeur japonais)
  • Akane Shinsha (éditeur japonais)[4]
  • Wakoh Shuppan (éditeur japonais)

Anime[modifier | modifier le code]

Wikitext.svg
La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).
Découvrez comment la « wikifier ».
  • La Blue Girl
  • La Blue Girl Returns 2001 d'Hiroshi Ogawa
  • Demon Beast Invasion (妖獣教室 Yōjū Kyōshitsu) 3 vol de Toshio Maeda
  • Urotsukidoji (1993) - II, III & Urotsukidôji IV (1994)...
  • Blood Royal Princess (ブラッドロイヤル) ova (Jyuhachi Minamizawa & Johichi Michigami)
  • Tentacle and Witches Vol.1-3 (テンタクル アンド ウィッチーズ) ova[5]
  • Rei Zero (OAV) & Tokumu Sōsakan Rei & Fuko[6]
  • Alien from the Darkness (淫獣エイリアン/, Inju Alien, 1996)[7]
  • Idol of Darkness (淫獣ねらわれたアイドル, Inju Nerawareta Idol, 1997)
  • Mission of Darkness (淫獣大決戦, Inju Daikessen, 1997)
  • Tina, mercenaire de l'espace (Advancer Tina /アドバンサー・ティナ) 1996[8],[9]
  • Inma Dai Toshi - Beast City (淫魔大都市) vol 1-3 de Shinichi Watanabe[10]
  • Armored Knight Iris (Soko Kijo Iris /装甲騎女イリス) 2007 de Rousuke Takahashi[11]
  • Sexy Magical Girl (Mahō Shōjo Ai /魔法少女アイ) 2006 de Hirohide Shikishima
  • Space Pirate Sara (Uchu Kaizoku Sara /宇宙海賊サラ) OAV 2008
  • Cambrian (カンブリアン) OAV 2005
  • Gitai Saimin (擬態催眠) OAV 2011[12]
  • Wicked City (film) 1987 de Yoshiaki Kawajiri d'après Hideyuki Kikuchi
  • Venus 5 (セーラー戦士·ビーナス·ファイブ Sailor Senshi Venus Five) 1994 d'Osamu Inoue
  • Sex Demon Queen (ヤーリマクィーン / Yarima Queen) 2000 de Takeshi Aoki

Autres média[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Mariana Ortega-Brena « Peek-a-boo, I See You: Watching Japanese Hard-core Animation », ed. Springer New York, Sexuality & Culture, New York, 2009, volume13, numéro 1, pp. 17–31, (ISSN 1095-5143), DOI:10.1007/s12119-008-9039-5 (Lecture de l'article sur Internet payante).
  2. (en) Danielle Talerico, Interpreting Sexual Imagery in Japanese Prints: A Fresh Approach to Hokusai’s Diver and Two Octopi, in Impressions, The Journal of the Ukiyo-e Society of America, Vol. 23 (2001).
  3. Kill Time Communication ktcom.jp
  4. akaneshinsha.co.jp
  5. animenewsnetwork.com fiche
  6. Hideki Araki, Hajime Yamaguchi (production Lilith/Pixy)
  7. Norio Takanami, Shino Taira de Kitty Media
  8. fiche scifi-universe.com
  9. fiche imdb
  10. (Comstock, Ltd.)
  11. fiche animenewsnetwork.com Production: Pixy/Lilith
  12. inspiré d'un jeu pc Vanilla Series (en) /Black Rainbow/Production: Digital Works [1]

Liens externes[modifier | modifier le code]