Tarcea

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Tarcea
Coa Romania Town Értarcsa.svg
Reformed Church, Tarcea.jpg
Nom local
(ro) TarceaVoir et modifier les données sur Wikidata
Géographie
Pays
Județ
Chef-lieu
Tarcea (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Superficie
64,4 km2Voir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Tarcea jud Bihor.png
Démographie
Population
2 690 hab. ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Densité
41,8 hab./km2 ()
Fonctionnement
Statut
Chef de l'exécutif
Carol Bordaș (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Identifiants
Code postal
417570Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web

Tarcea, ou Értacsa en hongrois, est une commune roumaine du județ de Bihor, en Transylvanie, dans la région historique de la Crișana et dans la région de développement Nord-Ouest.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Tarcea est située dans le nord du județ, sur la rive gauche du Ier, dans la plaine de la Crișana, à 7 km au sud-est de Valea lui Mihai et à 58 km au nord d'Oradea, le chef-lieu du județ.

La municipalité est composée des trois villages suivants, nom hongrois, (population en 2002)[1] :

  • Adoni, Éradony (786) ;
  • Galoșpetreu, Gálospetri (985) ;
  • Tarcea, Értacsa (935), siège de la commune.

Histoire[modifier | modifier le code]

La première mention écrite du village de Tarcea date de 1163 sous le nom de Thorsa. Le village d'Adoni apparaît lui au XIIIe siècle sous le nom de Odon.

La commune, qui appartenait au royaume de Hongrie, en a donc suivi l'histoire. Le village de Tarcea a été complètement détruit par les Ottomans au XVIIe siècle. Ce n'est qu'au début du XVIIIe siècle qu'il repeuple lentement.

Après le compromis de 1867 entre Autrichiens et Hongrois de l'Empire d'Autriche, la principauté de Transylvanie disparaît et, en 1876, le royaume de Hongrie est partagé en comitats. Tarcea intègre le comitat de Bihar (Bihar vármegye).

À la fin de la Première Guerre mondiale, l'Empire austro-hongrois disparaît et la commune rejoint la Grande Roumanie au Traité de Trianon.

En 1940, à la suite du Deuxième arbitrage de Vienne, elle est annexée par la Hongrie jusqu'en 1944, période durant laquelle sa communauté juive est exterminée par les nazis. Elle réintègre la Roumanie après la Seconde Guerre mondiale au traité de Paris en 1947.

Politique[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2004 en cours Cartol Bordas UDMR  
Élections municipales de 2016[2]
Parti Sièges
Union démocrate magyare de Roumanie (UDMR) 8
Parti national libéral (PNL) 1
Parti social-démocrate (PSD) 1
Parti populaire hongrois de Transylvanie (PPMT) 1

Religions[modifier | modifier le code]

En 2002, la composition religieuse de la commune était la suivante[3] :

Démographie[modifier | modifier le code]

En 1910, à l'époque austro-hongroise, la commune comptait 3 256 Hongrois (94,79 %) et 177 Roumains (5,15 %)[1].

En 1930, on dénombrait 2 401 Hongrois (63,12 %), 1 276 Roumains (33,54 %), 73 Juifs (1,92 %), 31 Roms (0,81 %) et 14 Ukrainiens (0,37 %)[1].

En 1956, après la Seconde Guerre mondiale, 3 069 Hongrois (69,81 %)côtoyaient 1 327 Roumains (30,19 %)[1].

En 2002, la commune comptait 2 085 Hongrois (77,05 %), 454 Roumains (16,77 %) et 165 Roms (6,09 %)[3].

Évolution démographique
1880 1890 1900 1910 1920 1930 1941 1956 1966
2 6602 9303 3203 4353 3043 8043 8544 3964 363
1977 1992 2002 2007 - - - - -
3 5842 8812 7062 590[4]-----

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de la commune repose sur l'agriculture.

Communications[modifier | modifier le code]

Routes[modifier | modifier le code]

Tarcea est située sur la route nationale DN19 (Route européenne 671) Oradea-Valea lui Mihai-Carei-Satu Mare.

Voies ferrées[modifier | modifier le code]

La gare la plus proche est celle de Valea lui Mihai.

Lieux et Monuments[modifier | modifier le code]

  • Tarcea, église orthodoxe datant de 1846[5] ;
  • Tarcea, église réformée datant de 1834 ;
  • Adoni, église catholique Sf. Treime datant de 1786, classée monument historique[5] ;
  • Galoșpetreu, église réformée datant de 1621 ;
  • Galoșpetreu, église catholique datant de 1855 ;
  • Nombreuses maisons et caves à vin traditionnelles.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Carte interactive du județ de Bihor

Notes et références[modifier | modifier le code]