Millénarisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Seconde venue)
Aller à : navigation, rechercher

Le millénarisme, ou chiliasme (ou encore chialisme), est une doctrine religieuse qui soutient l'idée d'un règne terrestre du Messie, après que celui-ci aura chassé l'Antéchrist et préalablement au Jugement dernier.

Cette pensée est présente dans certains courants du judaïsme, dans l'Apocalypse de Jean, dans les écrits des Pères apostoliques et dans l'islam sunnite et chiite.

Depuis la fin du XIXe siècle on assiste à une résurgence du millénarisme à travers plusieurs communautés religieuses comme, par exemple, les Évangéliques, les Témoins de Jéhovah, l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours (les mormons), ou encore le mouvement rastafari.

Par extension de sens, des traditions similaires présentes dans d'autres religions, prophétisant le retour ou la venue d'une divinité instaurant un règne souvent précédé de phénomènes extraordinaires ou de calamités, sont parfois également appelées millénarisme.

Toujours par extension, le mot peut servir à désigner dans le langage courant des types de pensée non plus religieuses mais politiques.

Dans les textes[modifier | modifier le code]

Écrits Judaïques intertestamentaires[modifier | modifier le code]

Apocalypse de Jean[modifier | modifier le code]

  • 20:1 Puis je vis descendre du ciel un ange, qui avait la clef de l'abîme et une grande chaîne dans sa main.
  • 20:2 Il saisit le dragon, le serpent ancien, qui est le diable et Satan, et il le lia pour mille ans.
  • 20:3 Il le jeta dans l'abîme, ferma et scella l'entrée au-dessus de lui, afin qu'il ne séduisît plus les nations, jusqu'à ce que les mille ans fussent accomplis. Après cela, il faut qu'il soit délié pour un peu de temps.
  • 20:4 Et je vis des trônes ; et à ceux qui s'y assirent fut donné le pouvoir de juger. Et je vis les âmes de ceux qui avaient été décapités à cause du témoignage de Jésus et à cause de la parole de Dieu, et de ceux qui n'avaient pas adoré la bête ni son image, et qui n'avaient pas reçu la marque sur leur front et sur leur main. Ils revinrent à la vie, et ils régnèrent avec Christ pendant mille ans.
  • 20:5 Les autres morts ne revinrent point à la vie jusqu'à ce que les mille ans fussent accomplis. C'est la première résurrection.
  • 20:6 Heureux et saints ceux qui ont part à la première résurrection ! La seconde mort n'a point de pouvoir sur eux ; mais ils seront sacrificateurs de Dieu et de Christ, et ils régneront avec lui pendant mille ans.
  • 20:7 Quand les mille ans seront accomplis, Satan sera relâché de sa prison.
  • 20:8 Et il sortira pour séduire les nations qui sont aux quatre coins de la terre, Gog et Magog, afin de les rassembler pour la guerre ; leur nombre est comme le sable de la mer.

Pères Apostoliques[modifier | modifier le code]

Épître de Barnabé[modifier | modifier le code]

Chapître 15  :

  • 1 L'Écriture mentionne également le sabbat dans les dix paroles que Dieu dit à Moïse, sur le Mont Sinaï, lui parlant face à face. " Sanctifiez le sabbat du Seigneur avec des mains pures et un cœur pur "[1]
  • 2 Dans un autre endroit : " Si mes fils observent le sabbat, c'est alors que je répandrai sur eux ma miséricorde "[2]
  • 3 Du sabbat, il est fait mention dès le commencement, à la création : " Dieu fit en six jours les œuvres de ses mains ; le septième jour il les acheva et il se reposa le septième jour et le bénit "[3]
  • 4 Faites attention, mes enfants, à ce que signifient ces mots : " Il acheva son œuvre en six jours. " Cela veut dire qu'en six mille ans, le Seigneur achèvera toutes choses, car pour lui un jour signifie mille années. C'est lui-même qui l'atteste par ces mots : " Voici, un jour du Seigneur sera comme mille années "[4]. Donc, mes enfants, en six jours, c'est-à-dire en six mille ans, toutes choses auront achevé leur cours.
  • 5 " Il se reposa le septième " veut dire : lorsque son Fils sera venu mettre une fin au temps de l'"injuste", juger les impies, métamorphoser le soleil, la lune et les étoiles, alors il se reposera le septième jour.
  • 6 Mais il est encore dit : " Vous le sanctifierez avec des mains pures et un cœur pur "[5] . S'il y avait aujourd'hui un homme capable de sanctifier, par la pureté de son cœur, le jour que Dieu a rendu saint, l'erreur est totale.
  • 7 Mais remarquez-le bien, nous n'entrerons pleinement dans le repos pour le sanctifier, que lorsque nous serons nous-mêmes justifiés ; nous serons en possession de la promesse, lorsqu'il n'y aura plus d'injustice et que le Seigneur aura renouvelé toutes choses. Alors nous pourrons sanctifier le septième jour, ayant été nous-mêmes d'abord sanctifiés.
  • 8 De plus il dit : "Je ne supporte plus vos nouvelles lunes ni vos sabbats"[6] vous voyez ce qu'il veut dire, ce ne sont pas les sabbats du temps présent qui sont acceptables pour moi, mais celui que j'ai fait, dans lequel je donnerai repos et préparerai le début d'un huitième jour, qui est le début d'un autre monde.
  • 9 Ainsi nous célébrons aussi le huitième jour avec joie, car en celui-ci Jésus ressuscita des morts, et apparut, et monta aux cieux.

Papias[modifier | modifier le code]

D'après les fragments parlant de Papias nous savons qu'il soutenait l'idée d'un règne terrestre du Christ. Plusieurs de ces écrits parlent de ce que les saints mangeront lors du millenium.

  • (Adv. Hae. V, 33, 3): "Il viendra des jours où des vignes croîtront, qui auront chacune dix mille ceps, et sur chaque cep dix mille branches, et sur chaque branche dix mille bourgeons, et sur chaque bourgeon dix mille grappes, et sur chaque grappe dix mille grains, et chaque grain pressé donnera vingt-cinq métrètes de vin. Et lorsque l'un des saints cueillera une grappe, une autre grappe lui criera : Je suis meilleure, cueille-moi et, par moi, bénis le Seigneur ! De même le grain de blé produira dix mille épis, chaque épi aura dix mille grains et chaque grain donnera cinq chénices de belle farine ; et il en sera de même, toute proportion gardée, pour les autres fruits, pour les semences et pour l'herbe. Et tous les animaux, usant de cette nourriture qu'ils recevront de la terre, vivront en paix et en harmonie les uns avec les autres et seront pleinement soumis aux hommes." (trad. A. Rousseau).
  • il a dit qu'il y aura mille ans après la résurrection des morts et que le règne du Christ aura lieu corporellement sur cette terre. Je pense qu'il suppose tout cela après avoir compris de travers les récits des apôtres, et qu'il n'a pas saisi les choses dites par eux en figures et d'une manière symbolique…

Irénée[modifier | modifier le code]

Le livre V de [1] "Contre les hérésies"] traite du règne du Christ sur la terre avec ses élus (doctrine qualifiée de millénarisme et peu en faveur dans l'Église catholique).

Adv. Hae. V, 33, 2 :

C'est pourquoi le Seigneur disait : « Lorsque tu donnes un dîner ou un souper, n'invite pas des riches, ni des amis, des voisins et des parents, de peur qu'eux aussi ne t'invitent à leur tour et qu'ils ne te le rendent ; mais invite des estropiés, des aveugles, des pauvres, et heureux seras-tu de ce qu'ils n'ont pas de quoi te rendre, car cela te sera rendu lors de la résurrection des justes. » Il dit encore : « Quiconque aura quitté champs, ou maisons, ou parents, ou frères, ou enfants à cause de moi, recevra le centuple en ce siècle et héritera de la vie éternelle dans le siècle à venir. » Quel est en effet le centuple que l'on recevra en ce siècle, et quels sont les dîners et les soupers qui auront été donnés aux pauvres et qui seront rendus ? Ce sont ceux qui auront lieu au temps du royaume, c'est-à-dire en ce septième jour qui a été sanctifié et en lequel Dieu s'est reposé de toutes les œuvres qu'il avait faites : vrai sabbat des justes, en lequel ceux-ci, sans plus avoir à faire aucun travail pénible, auront devant eux une table préparée par Dieu et regorgeant de tous les mets.

(...)

Adv. Hae. V, 28, 2 :

Il animera cette image, au point qu'elle en vienne même à parler, et il fera mettre à mort tous ceux qui n'adoreront pas cette image. Il fera encore donner à tous une marque sur le front et sur la main droite, afin que personne ne puisse acheter ni vendre, s'il n'a la marque du nom de la bête ou le chiffre de son nom : ce chiffre, c'est six cent soixante-six », c'est-à-dire six centaines, six dizaines et six unités, pour récapituler toute l'apostasie perpétrée durant six mille ans.

Adv. Hae. V, 28, 3 :

Car autant de jours a comporté la création du monde, autant de millénaires comprendra sa durée totale. C'est pourquoi le livre de la Genèse dit : « Ainsi furent achevés le ciel et la terre et toute leur parure. Dieu acheva le sixième jour les œuvres qu'il fit, et Dieu se reposa le septième jour de toutes les œuvres qu'il avait faites. » Ceci est à la fois un récit du passé, tel qu'il se déroula, et une prophétie de l'avenir : en effet, si « un jour du Seigneur est comme mille ans » et si la création a été achevée en six jours, il est clair que la consommation des choses aura lieu la six millième année.

Historique[modifier | modifier le code]

Judaïsme[modifier | modifier le code]

L'eschatologie juive au temps du Christ peut se ramener à deux systèmes fondamentaux, se distinguant par la durée plus ou moins longue, éternelle ou temporelle attribuée au règne du Messie.

Dans le premier la venue de celui-ci coïncide avec la fin du monde : à son avènement les méchants se coalisent contre lui, il les défait, le jugement général a lieu, les méchants sont châtiés, les bons triomphent éternellement avec le Messie.

Dans le second, le règne du Messie s'achève avant la fin du monde. Après avoir vaincu ses ennemis, il gouverne un certain temps le peuple des justes, puis l'univers est transformé, les morts ressuscitent et sont jugés, chacun reçoit sa récompense ou sa peine : l'éternité commence.

Les points suivants se retrouvent dans les deux systèmes, bien que dans un ordre différent[7].

  • Les signes avant-coureurs de la catastrophe : bouleversement de la nature, phénomènes terrifiants, guerres, famines, apostasie universelle, etc.[8]
  • La venue d'Élie qui doit tout rétablir[9]
  • L'avènement du Messie, précédant, accompagnant ou suivant le jugement et la consommation dernière.
  • La coalition des impies contre lui sous la coalition d'un chef[10], qui n'est pas nommé, mais que les chrétiens appelleront Antéchrist.
  • La défaite et l'écrasement des coalisés tantôt par Dieu, tantôt et plus souvent par le Messie[11] .
  • Le règne messianique avec une Jérusalem nouvelle, purgée des idolâtres qui la souillaient[12] ou même descendue du ciel[13] avec tout le peuple juif -même les morts- rassemblé de sa dispersion[14] avec Dieu pour chef suprême et Roi absolu[15] avec sa postérité sans mélange, sa paix profonde, ses joies et sa félicité parfaite[16]
  • La transformation du monde par la consumation de ce que l'ancien avait de corruptible et de mortel[17]
  • La résurrection des morts

Christianisme[modifier | modifier le code]

Les premiers Pères de l'Église que furent Tertullien, saint Justin de Naplouse, Lactance, Papias ou saint Irénée croyaient en une première résurrection de la chair. Les nombreuses références au repas ou à la nourriture en témoignent.

Cette croyance repose aussi sur l'interprétation du Sabbat ou septième jour comme le règne terrestre du Messie.

Cette première résurrection aura lieu après que le Christ aura repoussé la coalition des rois de la terre dirigée par l'antéchrist et que Satan aura été lié pour mille ans.

Pendant cette période les martyrs sont associés au règne du Messie.

À la fin de ce règne Satan suscitera une deuxième rébellion qui amènera la venue de Dieu, le Jugement dernier et une nouvelle terre.

Les premiers chrétiens considéraient donc les textes selon leur sens littéral, traitant d'événements qui auront lieu dans les derniers temps.

Selon le spécialiste Jean Delumeau, le millénarisme a perduré au sein de l'Église chrétienne jusqu'à saint Augustin. Celui-ci a fait reculer la croyance millénariste car il voyait en elle des perspectives d'avenir trop charnelles ou matérielles et pas assez spirituelles. Il proposa donc une lecture symbolique de l'Apocalypse et enseigna que la naissance du Christ a fait commencer les mille ans de son règne terrestre. Les instances officielles de l'Église catholique romaine entérinèrent cette interprétation.

Les différentes interprétations actuelles[modifier | modifier le code]

Depuis que saint Augustin décida qu'un symbolisme spirituel était préférable à la lecture littérale, plusieurs conceptions du millénium sont apparues, que l'on peut classer globalement en trois catégories.

Amillénarisme[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Amillénarisme.

Les amillénaristes refusent la pensée d'un règne de Jésus-Christ sur Terre. Ils assimilent le millénium avec le règne éternel (chapitres 21 et 22 de l'Apocalypse) et appliquent les prophéties concernant le rétablissement d'Israël à l'Église. C'est la doctrine de l'Église catholique, de l'Église orthodoxe, de l'Église anglicane, de l'Église réformée et de l'Église luthérienne.

Postmillénarisme[modifier | modifier le code]

Les postmillénaristes situent la parousie, le retour du Messie, après les mille ans de règne.

Cette période prospère et bénie correspondrait à une victoire provisoire de l'Église du Christ après la chute de l'Empire romain (cf. Ap 18,21). En somme un temps de chrétienté, avant un retour offensif de l'esprit du mal (cf. Ap 20,7).

Parmi ceux-ci, Gaston Georgel exposa sa thèse dans Les quatre âges de l'Humanité. Il situe le millénium comme étant compris entre l'édit de Milan (313, phonétiquement 1 000 ans) et la destruction de l'ordre des Templiers (1313). Cette thèse basée sur les travaux d'un ecclésiastique, Mgr Decouvoux, fait du millénium l'âge d'or du christianisme, et conclut à un prélude au déchaînement de Satan à la fin du cycle.

Prémillénarisme[modifier | modifier le code]

Plus proches de la lecture littérale, les prémillénaristes conçoivent le retour de Jésus-Christ avant le millénium.

Évangéliques[modifier | modifier le code]

Ceux-ci associent le millénaire et l'Enlèvement de l'Église selon trois courants doctrinaux majeurs: pré-tribulationisme, mid-tribulationisme et post-tribulationisme (chacun dépendant du moment où l'Église sera enlevée, soit avant, au milieu ou à la fin des tribulations telles que décrites dans l'Apocalypse de Jean). Selon le courant le plus répandu, le pré-tribulationisme, dans un premier temps, l'Église sera enlevée (1 Thessaloniciens 4.16-18) et ainsi préservée des jugements qui frapperont le monde (Apoc 3.10) pendant 7 ans, puis sera unie au Messie (Apoc 19.7-8) avant que celui-ci ne vienne effectuer le millénium (Apoc 20.1-6), c'est-à-dire un règne de paix de 1 000 ans sur la terre. Après quoi viendra le Jugement dernier (Apoc 20.11-15), la fin du monde et l'entrée dans un monde nouveau (Apoc 21.1). C'est la conception des dispensationalistes (Darby, Ryrie...) en vigueur dans la plupart des églises évangéliques: Assemblées de Frères, églises baptistes et pentecôtistes...

Témoins de Jéhovah[modifier | modifier le code]

Les Témoins de Jéhovah ont hérité de (puis ré-interprété) la conception de Nelson Barbour et de Charles Taze Russell concernant la promesse de "retour" faite par le Christ. Pour eux, il s'agit non pas d'un retour physique, mais de la prise en main des affaires terrestres par le Royaume de Dieu. Ils justifient cette position par leur traduction du mot parousia, compris généralement comme le "retour", la "venue" ou "l'avènement" du Christ, qu'ils rendent par "présence" (laquelle peut être invisible), une acception stricte qu'ils estiment correspondre plus exactement à l'étymologie de ce mot en grec ancien, au détriment des autres sens que peut revêtir ce mot d'un point de vue "philologique". Cette "présence" longue et invisible, durant laquelle le Christ reste aux cieux, commença selon eux en 1914, et s'achèvera par la bataille d'Har-Maguédôn, où les humains opposés à Dieu seront détruits, puis le Christ règnera pour mille ans au cours desquels il ramènera des conditions paradisiaques sur terre et élèvera à la perfection les survivants et les ressuscités qui se positionneront pour la souveraineté de Jéhovah. À la fin de ce millénium, le Diable sera relâché pour tenter les humains après quoi tous les rebelles seront éliminés. Ceux qui demeureront en vie vivront pour toujours. Références : Jean 5,28-29 ; Apocalypse chapitres 20 et 21 ; Matthieu chapitres 24 et 25.

Saints des derniers jours (les mormons)[modifier | modifier le code]

Pour les saints des derniers jours, pendant le Millénium, qui commencera à la seconde venue du Sauveur et sera une époque de justice et de paix sur la terre, le Christ régnera en personne sur la terre et Satan sera lié, de sorte qu'il n'aura pas de place dans le cœur des gens. Tous les gens sur la terre seront bons et justes, même si beaucoup n'auront pas reçu la plénitude de l'Évangile. Par conséquent, l'œuvre missionnaire se poursuivra ainsi que l'œuvre du temple. À la fin des mille ans, Satan sera délié pour un peu de temps, afin de rassembler ses armées. Elles combattront les armées célestes, conduites par Michel. Satan et ses disciples seront alors vaincus et rejetés pour toujours.

Dans la théologie du mormonisme, la Seconde Venue fait référence à la seconde venue de Jésus-Christ. Lorsque Jésus-Christ est monté aux cieux à la fin de son ministère dans la condition mortelle, deux anges ont déclaré à ses apôtres : « Ce Jésus, qui a été enlevé au ciel du milieu de vous, reviendra de la même manière que vous l'avez vu allant au ciel » (Actes 1:11). Selon les Écritures, lorsque Jésus-Christ reviendra, il viendra en puissance et en gloire pour faire de la terre son royaume. Sa seconde venue sera un temps de peur et de lamentations pour les méchants mais elle sera un jour de paix et de victoire pour les justes. Les événements et les signes qui doivent précéder la Seconde Venue sont décrits dans les Saintes Écritures (Ésaïe 29:4-18, Joël 2:28-31 [ou 3:1-4 selon les éditions], Malachie 4:5-6 [ou 3:23-24 selon les éditions], Matthieu 24, Actes 3:19-21, 2 Thessaloniciens 2:1-3, 2 Timothée 3:1-7, Apocalypse 14:6-7). La Seconde Venue marquera le commencement du Millénium.

Église Adventiste du Septième Jour[modifier | modifier le code]

Voici brièvement l'enseignement concernant le millénium, tel que compris jusqu'à ce jour par l'église Adventiste du Septième jour, depuis ses débuts[18] :

  • Les élus sont ressuscités lors de "la première résurrection", qui a lieu pendant le retour en gloire du Christ, et ils vont au ciel avec le Christ. Les Adventistes voient des évidences de cela dans le fait que 1 Thessaloniciens 4.16, 17 présente un enlèvement "sur des nuées", pour aller "à la rencontre du Seigneur dans les airs (italique ajouté)", afin que s'accomplisse les promesses de Jésus, consignées en Jean 13.33-37 et Jean 14.1-3[19].
  • "Ils règnent [alors] avec Christ pendant mille ans, jugeant le monde et les anges déchus, c'est-à-dire, déterminant la punition devant être exécutée sur eux à la fin des mille ans[20]". Pendant ce temps, Satan est enchaîné dans "l'abîme" (versets 1 et 3), c'est-à-dire sur la Terre, qui, par les "jugements" des "sept dernières plaies[21]" décrites au chapitre 16 de l'Apocalypse, et par le moyen de ce qui arrivera durant la seconde venue du Christ (Apocalypse 19.11-21), aura été entièrement dévastée, et donc partiellement ramenée à son état d'origine, ainsi qu'entièrement dépeuplée des impénitents, qui auront tous été mis à mort[22][23], les termes hébreux présents en Genèse 1.2 pour décrire la Terre dans son état d'origine, que Louis Segond a traduit par "informe et vide", étant utilisés en Jérémie 4.23, texte très tôt considéré par les Adventistes du Septième jour comme étant une description de l'état de la Terre suite aux massives destructions des jugements déjà mentionnés (voir Jérémie 4.19-29[24]). Pour l'église Adventiste du Septième, depuis ses débuts[20], une confirmation de ce point de vue a été vue dans le fait que le mot grec ἄβυσσος --- décliné au génitif (ἀβύσσου) et à l'accusatif (ἄβυσσον) en Apocalypse 20.1 et 20.3[25], où il est traduit, dans les Bibles en langue française, par "abîme" --- est employé par la traduction grecque des Septante (LXX) dans le passage déjà mentionné de Genèse 1.2[26]. On voit d'ailleurs que dans la plupart des versions françaises de la Bible, le même mot (c'est-à-dire "abîme") a été choisi, pour traduire le mot hébreu תְהוֹם (téhôm) de Genèse 1.2[27] et le mot grec ἄβυσσος d'Apocalypse 20.1, 3. Ainsi, les jugements décrits (entre autres textes), en Jérémie 4.19-29 et 25.15-33[24], en Apocalypse chapitres 16 et 18, ainsi que dans les versets 11 à 21 du chapitre 19, laisseront la terre dans un état de désolation indicible. La vision décrit Satan lié "pour mille ans" par "une grande chaîne", jeté et enfermé dans "l'abîme", "afin qu'il ne séduisît [trompa] plus les nations jusqu'à ce que les mille ans fussent accomplis (Apocalypse 20.3)." Les Adventistes comprennent donc par ce langage, que Satan sera empêché de quitter la Terre, cette Terre où il n'aura alors plus personne à séduire, puisque ceux qui "revinrent à la vie" pour régner "avec Christ pendant mille ans", seront, comme les Adventistes du Septième jour le croient, au ciel, et puisque que, écrivit Jean, "les autres morts ne revinrent point à la vie jusqu'à ce que les mille ans fussent accomplis (versets 4 et 5)."
  • "Lorsque les mille ans seront écoulés, le Christ, accompagné de ses élus, descendra du ciel sur la terre avec la sainte cité. Les réprouvés morts seront alors ressuscités, et, avec Satan et ses anges, ils investiront la cité ; mais un feu venant de Dieu les consumera et purifiera la terre. Ainsi, l'univers sera libéré à jamais du péché et des pécheurs[28][29]." Contrairement à une grande partie du monde chrétien, les adventistes conçoivent que ce jugement aboutira à une destruction totale, non seulement de Satan et ses anges (les démons), mais aussi des impénitents de la race humaine, le jugement annoncé par la Bible n'étant pas une punition consistant en d'éternelles souffrances, qui ne seraient d'ailleurs pas méritées par le mal commis dans une vie humaine - si brève en comparaison de l'éternité -, eut-elle été la plus longue et la plus malfaisante de toutes[30][31][32] : "chacun" sera "jugé selon ses œuvres", "d'après", dit Jean, "ce qui était écrit dans ces livres" ; jugement de "l'étang de feu" qui est qualifié de "seconde mort " (Apocalypse 20.6, 12-15 ; italique ajouté). Dieu cherche à tout prix à éviter ce drame inqualifiable (voir 2 Pierre 3.9), mais, tragédie infinie!, beaucoup (Matthieu 7.13), par leur impénitence, Le contraindront à exercer un juste jugement[33]. Les Adventistes du Septième jour comprenant la mort comme étant un état de totale inexistence[34], ils croient donc que le jugement ne tourmentera personne pour l'éternité, mais qu'il réduira les pécheurs en "cendre", qui deviendront comme s'ils "n'avaient jamais été" (existé). (Malachie 4.1, 3 ; Abdias 15, 16[35][36]).
  • "De nouveaux cieux et une nouvelle terre sortiront par la puissance de Dieu des cendres de l'ancien, afin d'être, avec la Nouvelle Jérusalem pour métropole et capitale, l'héritage éternel des saints[37]", "où la justice habitera", et où "Dieu offrira aux rachetés une résidence définitive et un cadre de vie idéal pour une existence éternelle faite d'amour, de joie et de progrès en sa présence, car Dieu habitera avec son peuple, et les souffrances et la mort auront disparu. La grande tragédie sera terminée et le péché ne sera plus. Tout ce qui existe dans le monde animé ou le monde inanimé proclamera que Dieu est amour ; et il régnera pour toujours. Amen[38]". Voir 2 Pierre 3.13 ; Psaume 37.11, 29 ; Esaïe 35 ; 65.17-25 ; Matthieu 5.5 ; Apocalypse 21.1-7 ; 22.1-5 ; 11.15[39][40].

En tant qu'adjectif politique[modifier | modifier le code]

Dans le vocabulaire politique, l'expression « millénarisme » peut servir à désigner, de manière métaphorique, une forme de doctrine aspirant à une révolution radicale, qui aboutirait à la mise en place définitive d'un ordre social supposé plus juste, et sans commune mesure avec ce qui a existé jusqu'à présent. Dans cette acception, le terme a pu servir à qualifier aussi bien le communisme que le nazisme[41].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ex 20,8 Dt 5,12 Ps 23,4
  2. Jr 17,24-25 Ex 31,13-17
  3. Gn 2,2-3
  4. Ps 89,4 2P 3,8
  5. Ex 20,8 Ps 23,4
  6. Esaïe 1.13
  7. D'après J. Tixeront, Histoire des dogmes
  8. IV Esdras 5.1-13, 6.20-24, etc ; Jubilé 23.13-22 ; Apoc. Baruch 27, 48.31-41 etc
  9. Mat 17.10-11, Mc 11.10-12, cf Eccl. 48.10
  10. IV Esdras 13.33-sui. Enoch 90.16, Ap. Baruch 40
  11. Enoch 90.18-19 ; Assompt. de Moïse 10.3-7 ; Psaume de Salomon 17
  12. Ps. de Salomon 17.25-33
  13. Enoch 53.6 ; IV Esdras 7.26 ; cf Galt. 4.26 ; Hebr. 12.22 ; Apoc. 3.12, 21.2-10
  14. Ps. de Salomon 11.3-suiv, 17.28 ; IV Esdras 13.39-47
  15. Ps. de Salomon, 17.1,4,38,51 ; Assomption de Moïse 10.1-3
  16. Enoch, 10.16, 10 ; Ap. de Baruch 29.5-8, 73.2-7 ; Ps. de Salomon 17.26,29,36,48,etc
  17. IV Esdras, 7.30-31, Ap. de Baruch 74.2-3
  18. [Ce lien présente les 28 résumés des croyances fondamentales actuelles de l'église Adventiste du Septième jour mondiale. Les articles numéros 25-28 permettent de comprendre la position de l'église Adventiste du Septième jour au sujet du millénium.] « Adventiste - Les croyances fondamentales », sur http://adventiste.org/ (consulté le 3 mai 2015)
  19. [col. 3, paragr. 1] (en) J. H. Waggoner [pionnier adventiste], « The Atonement », The Review and Herald,‎ , p. 110 (lire en ligne)
  20. a et b [col. 4, article n° 23.] (en) « Fundamental Principles », The Signs of the Times,‎ , p. 3 (lire en ligne)
  21. "jugements" (dans les références suivantes, le mot est 3 fois au singulier - dans la version Segond 1910) : voir Apocalypse 15.4 ; 16.5, 7 ; 17.1 ; 18.10 ; 19.2. "sept dernières plaies" : traduit d'Apocalypse 15.1, King James Version (version principalement utilisée par les pionniers adventistes au XIXème siècle, qui utilisèrent donc l'expression "sept dernières plaies", tandis qu'en français, en tout cas dans la Segond 1910, nous lisons les mots "sept fléaux, les derniers".).
  22. [Le lien permet un accès direct à la page 823.] (en) Uriah Smith [pionnier adventiste], Daniel and the Revelation, Review and Herald Publishing Assn.,‎ (lire en ligne), p. 823-824, point n° 3.
  23. [Il s'agit d'une traduction française d'une révision faite en 1944 de l'ouvrage mentionné en note précédente.] Uriah Smith [pionnier adventiste], Daniel et l'Apocalypse (lire en ligne), Partie intitulée "L'abîme" (dès le 14è paragr. du chapître).
  24. a et b [col. 3, paragr. 2.] (en) J. H. Waggoner [pionnier adventiste], « The Atonement », The Review and Herald,‎ , p. 110 (lire en ligne)
  25. (grk) « Apocalypse 20.1 - Hébreu / Grec - Texte original - Bible --- TopChrétien », sur http://www.topchretien.com/ (consulté le 3 mai 2015)
  26. (grk+fr) « La Septante, Genèse, chapitre 1 », sur http://theotex.org/theotex_read_play.html (consulté le 3 mai 2015)
  27. (he+fr) « La Genèse - Chapitre 1 - בְּרֵאשִׁית », sur http://www.mechon-mamre.org/ (consulté le 3 mai 2015)
  28. [Article n° 27.] « Adventiste - Les croyances fondamentales », sur http://adventiste.org/ (consulté le 3 mai 2015)
  29. [Voir 2 Pierre 3.7-12 et Apocalypse 20.9, mentionnés en col. 4, article n° 24.] (en) « Fundamental Principles », The Signs of the Times,‎ , p. 3 (lire en ligne)
  30. [Lire points numéros 17 à 19.] (en) James White [pionnier adventiste], Appeal on Immortality (lire en ligne), p. 3-4
  31. [Lire de "For the doctrine" jusqu'à "endless torment."] (en) J. H. Waggoner, Vindication of the Doctrine of the Resurrection of the Unjust, Steam Press of the Seventh-day Adventist Publishing Association,‎ (lire en ligne), p. 3
  32. Ellen G. White [pionnière adventiste], La Tragédie des Siècles, Vie et Santé (lire en ligne), p. 579-584, surtout 582-584.
  33. Ellen G. White, La Tragédie des Siècles, Vie et Santé (lire en ligne), p. 680, paragr. 1.
  34. [Article n° 26] « Adventiste - Les croyances fondamentales », sur http://adventiste.org/ (consulté le 3 mai 2015)
  35. (en) Uriah Smith, Synopsis of Present Truth, Seventh-day Adventitst Publishing Association,‎ (lire en ligne), p. 147-159 (chap. XV)
  36. (en) « Fundamental Principles », The Signs of the Times,‎ , p. 3, col. 4, article n° 24. (lire en ligne)
  37. Ibid., article n° 25.
  38. [Article n° 28.] « Adventiste - Les croyances fondamentales », sur http://adventiste.org/ (consulté le 3 mai 2015)
  39. Ibid.
  40. (en) « Fundamental Principles », The Signs of the Times,‎ , p. 3, col. 4, article n° 25. (lire en ligne)
  41. Raymond Aron, Introduction à la philosophie politique. Démocratie et révolution, Éditions de Fallois, 1997, page 159

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Yves Delhoyse - Georges Lapierre, L'incendie Millénariste, Os Cangaceiros, 1987
  • Jean Delumeau. Une histoire du paradis, t. 2, Mille Ans de bonheur, Paris : Fayard, 1995
  • Henri Desroches, Dieux d'hommes. Dictionnaire des messianismes et millénarismes de l'ère chrétienne, Éditions Mouton, 1969.
  • Stephen Jay Gould, Millenium - Histoire naturelle et artificielle de l'an 2000, éd du Seuil, 1998, 125p
  • Alexandre Y. Haran, Le Lys et le globe. Messianisme dynastique et rêve impérial en France à l’aube des temps modernes, Seyssel, Champ Vallon, 2000
  • René Pache. Le retour de Jésus-Christ, Saint-Légier (Suisse) : Éd. Emmaüs, 1990
  • James E. Talmage, Le règne du Christ sur la terre (Articles de Foi, Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, Salt Lake City, 1890)
  • Joseph Tixeron Histoire des dogmes dans l'antiquité chrétienne (1905-1912), Paris, 3 voll.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Apocryphes juifs[modifier | modifier le code]

Pères apostoliques[modifier | modifier le code]

Interprétation[modifier | modifier le code]