Shekhina

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la religion image illustrant la culture juive ou le judaïsme
Cet article est une ébauche concernant la religion et la culture juive ou le judaïsme.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Shekhina (ou Chékhina, שכינה) est un mot féminin hébraïque signifiant Présence divine, utilisé pour désigner la présence de Dieu parmi son peuple, le peuple d'Israël ou l'immanence divine dans le monde. Particulièrement dans le Temple de Jérusalem.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le terme Shekhinah dérive de la racine hébraïque שכן. En hébreu biblique, le mot signifie littéralement être installé, habiter, ou résider, et est fréquemment employé dans la Bible hébraïque

Mention dans les sources juives[modifier | modifier le code]

Dans le Pentateuque[modifier | modifier le code]

La première occurrence de ce terme dans les sources juive se trouve dans le Pentateuque, Livre de l'Exode, chapitre 25, verset 8 : « Et ils me construiront un sanctuaire, pour que je réside au milieu d'eux »[1]. Ce terme apparaît ensuite dans le chapitre 29 du même Livre, verset 45 : « Et je résiderai au milieu des enfants d'Israël et je serai leur Divinité. »[2].

Dans le Livre d'Isaïe[modifier | modifier le code]

Le prophète Isaïe relate, chapitre 8, verset 18, que la Présence divine se manifeste sur le Mont Sion de Jérusalem sur lequel étaient construits le premier et le second Temple: « Voici, moi et les enfants que l'Eternel m'a donnés, nous servirons de signes et d'avertissements de la part de l'Eternel-Cebaot, qui réside sur le mont Sion.  »[3].

Dans la littérature midrashique[modifier | modifier le code]

Le Yalkout Shimoni, compilation d'allégories issues du Talmud et attribuée au rabbin Shimon Ashkenazi Hadarshan de Francfort[4], mentionne que depuis la destruction du Second Temple, « partout où le peuple d'Israël a été exile, la Shekhina l'a accompagné dans son exil: לכל מקום שגלו ישראל – גלתה שכינה עמם »[5].

Dans la liturgie juive[modifier | modifier le code]

Dans la 17ème bénédiction de la prière de la Amida, les fidèles s'inclinent en priant silencieusement Dieu de « ramener sa Présence à Sion: בָּרוּךְ אַתָּה יְהֹוָה, הַמַּחֲזִיר שְׁכִינָתוֹ לְצִיּוֹן »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L’Exode - Chapitre 25 - http://www.mechon-mamre.org/f/ft/ft0225.htm
  2. L’Exode - Chapitre 29 - http://www.mechon-mamre.org/f/ft/ft0229.htm
  3. Isaïe- Chapitre 8 - http://www.mechon-mamre.org/f/ft/ft1008.htm
  4. My sefer http://www.mysefer.com/product.asp?cookiecheck=yes&P_ID=1175&strPageHistory=cat
  5. Yalkout shimoni, Isaie 43, Samuel 1,2