Satillieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Satillieu
Satillieu
Au-dessus de l'ancien village, le château, l'église Saint-Priest (XIXe siècle) et l'église romane.
Blason de Satillieu
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ardèche
Arrondissement Tournon-sur-Rhône
Canton Lamastre
Intercommunalité Communauté de communes du Val d'Ay
Maire
Mandat
Pierre Giraud
2014-2020
Code postal 07290
Code commune 07309
Démographie
Gentilé Satilliens
Population
municipale
1 582 hab. (2015 en diminution de 1,68 % par rapport à 2010)
Densité 48 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 09′ 05″ nord, 4° 36′ 53″ est
Altitude Min. 433 m
Max. 1 225 m
Superficie 32,82 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte administrative de l'Ardèche
City locator 14.svg
Satillieu

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte topographique de l'Ardèche
City locator 14.svg
Satillieu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Satillieu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Satillieu

Satillieu, en occitan Satilhau, est une commune française, chef-lieu de canton jusqu'en 2014, située dans le département de l'Ardèche en région Auvergne-Rhône-Alpes, à 14 kilomètres au sud d'Annonay.

Géographie[modifier | modifier le code]

Un chef-lieu de canton en campagne.

La commune étend ses 32 km2 globalement autour de la vallée du Malpertuis, qui descend du col du Faux. Elle remonte jusqu'aux abords de Lalouvesc et jusqu'à 1 225 m au mont Chaix, mais aussi, au nord, jusqu'à la Croix de Boiray et au Suc de Vent.

Le village s'est installé dans la vallée, à la confluence du Malpertuis avec le Nant. Les deux ruisseaux réunis forment alors la rivière d'Ay.

La population a longtemps dépassé les 2000 habitants. Au XXe siècle, jusque dans les années 1960, elle s'est maintenue malgré l'exode rural grâce à ses industries textiles. Elle a chuté ensuite à 1 600 habitants, mais semble arriver à s'y maintenir.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Satillieu est limitrophe de 9 communes[1], toutes situées dans le département de l'Ardèche et réparties géographiquement de la manière suivante :

Rose des vents Vocance Saint-Alban-d'Ay, Saint-Romain-d'Ay Rose des vents
Saint-Symphorien-de-Mahun, Lalouvesc N Préaux
O    Satillieu    E
S
Lafarre Pailharès Vaudevant

Histoire[modifier | modifier le code]

Aux temps préhistoriques, Satillieu a dû connaître, comme tout le Nord Ardèche, la présence de tribus magdaléniennes; puis, à partir de 1000 av. J.-C., l'arrivée du peuple ligure, et un peu plus tard celle des Celtes.

La période romaine n'a pas laissé apparemment de traces archéologiques. Mais elle pourrait avoir donné son nom au village, en tant que « domaine de Satillius ». Satillieu se trouvait au carrefour de deux voies d'importance régionale: de Serrières vers Lalouvesc, Saint-Agrève et Le Puy ; de Tournon vers Mahun, Saint-Bonnet et Yssingeaux. Un fort de surveillance a pu être installé sur la butte du village et regrouper une première agglomération.

Le christianisme s'est installé dans la région à partir du Ve siècle. Une église, dépendante de l'abbaye de St-Claude dans le Jura, est attestée à « Satilliacum » dans une charte de 776. Un peu plus tard, un bref du Xe siècle l'attribue à l'abbaye St-Barnard de St-Pierre de Romans[2]. Elle est alors dédiée à Saint-Prix (appelé aussi Saint-Priest), martyr de Clermont-Ferrand décédé en 676. À partir du XIe siècle, Satillieu dépend de l'archiprêtré de Quintenas et du diocèse de Vienne.

Un château hérité de la féodalité.

Sous le régime féodal, Satillieu a été, à partir de 1023, sous la suzeraineté de l'archevêque de Vienne. À partir de 1244, l'administration en a été transmise à la puissante famille des Pagan, seigneurs de Mahun et d'Argental. Ils ont pris possession du fort de Satillieu, mais l'Église conservait le pouvoir sur ses prêtres et les biens paroissiaux. Par succession, le contrôle de la région est passé en 1362 à la famille des Retourtour, en 1382 à la famille des Tournon, en 1644 aux Lévis-Ventadour et en 1691 aux Du Faure, marquis de Satillieu.

La population semble avoir connu pendant longtemps une certaine tranquillité. Par contre, au XVe siècle, elle a eu à subir les pillages des « Routiers », qui ont détruit le château de Mahun vers 1420. La peste a frappé la région notamment en 1522-1523 et en 1586[3]. Pendant les Guerres de Religion, Satillieu, restée catholique, a connu peu de troubles, si ce n'est une prise momentanée de son château par les protestants en 1568.

Le développement du village[modifier | modifier le code]

Le village s'est d'abord installé sous l'enceinte défensive.

L'habitat le plus ancien s'est construit sur la pente exposée au sud. Au fil des siècles, le fort de Satillieu est passé progressivement de maison forte à château résidentiel pour la famille de Tournon et enfin pour les marquis de Satillieu. Deux salles au décor particulier sont maintenant classées. En 1848, les bâtiments ont été rachetés par la commune qui en a fait un nouveau presbytère. C'est maintenant la mairie qui y est installée. Elle jouxte la grande église construite en 1854 sur l'emplacement d'une ancienne aile du château. En face, l'ancienne église est toujours présente, et est utilisée comme salle paroissiale. En dessous de l'enceinte, les maisons du vieux village souffren d'une certaine désaffection et beaucoup mériteraient de sérieuses réhabilitations.

L'agglomération s'est ensuite étirée en longueur.

Le bas du village s'est développé peu à peu autour de la route principale et a fini par y développer ses services et ses espaces centraux : places, salle des fêtes, poste, collège, bureau du tourisme… C'est là aussi que se sont établies les usines de soieries, à partir de 1850.

Une vie collective toujours animée.

Malgré la fermeture des usines, en 1992, le village conserve encore de l'animation avec une vingtaine de commerces, des services assez complets, le marché du mardi matin et les fêtes en plein air. Des maisons individuelles plus récentes se sont installées sur les extérieurs ou en situation plus élevée.

Aujourd'hui, le maintien de la population est encourageant. La vie collective retrouve même un regain d'animation grâce à  des associations nombreuses et actives. L'hébergement est une activité non négligeable, avec deux hôtels, le camping, la maison de retraite et divers gîtes ruraux. L'agriculture, qui reste importante avec une dizaine d'agriculteurs, maintient à l'environnement son charme campagnard.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château[modifier | modifier le code]

Un bâtiment bien conservé.

Le château de Satillieu est installé sur une plateforme qui domine le vieux village. Il est extérieurement bien conservé et sert actuellement de mairie. Cette ancienne maison forte a été aménagée au XVIe siècle en résidence d'été par les seigneurs de Tournon. Plus tard, le château a été embelli par les Du Faure, marquis de Satillieu. Il en a conservé certains de ses embellissements intérieurs, avec deux salles classées Monuments Historiques: la Chambre de la Marquise[4] est tapissée de papiers peints du Premier Empire sur des sujets champêtres. Le Grand Salon qui sert de salle de mariages possède des tapisseries du XVIIIe sur Don Quichotte[5]qui ont été restaurées en 1968.

En 1848, le dernier propriétaire privé du château a vendu les bâtiments et leur parc à la commune qui en a fait le presbytère. C'est maintenant la mairie qui y est installée.

Les églises[modifier | modifier le code]

L'église actuelle, qui trône elle aussi sur la butte, a été construite de 1851 à 1854 sur l'emplacement d'une aile du château. Elle est placée sous le vocable de Saint-Priest. Mais l'église précédente est toujours debout en face. On en sait seulement qu'elle était déjà là au XVe siècle, avec son style roman influencé par l'ogival. Elle servait alors de collégiale, avec de nombreux prêtres et clercs en exercice ou en formation. Son clocher a été détruit en 1855 et ses pierres ont servi à la construction du nouveau clocher, entre le château et la nouvelle église. L'ancienne église a alors servi d'hospice. Elle sert aujourd'hui de salle paroissiale.

L'église de 1854 a bénéficié d'importants embellissements en 1893 : allongement de la nef d'une travée et demie avec construction d'une nouvelle façade, ajout d'arcs et de colonnettes, d'autels latéraux et de vitraux... Elle abrite actuellement la grande croix de peste à bubons et personnages datée de 1526 qui a été classée au titre des monuments historiques en 1954. C'est une copie qui se trouve à son emplacement d'origine: dans le village à l’intersection de la route de Saint Félicien[6].

Le village ancien[modifier | modifier le code]

En contrebas du château, la partie la plus ancienne du village a conservé une allure médiévale. On y retrouve une partie des remparts qui soutiennent sa plateforme, une ancienne porte voûtée accolée à une tour typique, et des ruelles pittoresques.

Le passé industriel[modifier | modifier le code]

A l'usine des Gauds.

Dans les années 1850, l'usine des Gauds a été construite par la famille Rocher pour abriter un atelier de tissage. Une annexe y a été rajoutée après 1875 sous l'impulsion de son nouveau dirigeant Ferdinand Glaizal. En 1900, 150 métiers y fonctionnaient et en 1921, Emile Glaizal fondait la société Tissages de Soieries Réunies. L'usine de la Bergère, construite en 1926, a abrité près de 300 métiers à tisser et occupait en 1938 400 personnes. Puis d'autres usines ont été rachetées ou construites ailleurs. Mais la prospérité n'a pas été éternelle, et en 1980, TSR n'employait plus que 250 personnes à Satillieu. En 1992, les 60 derniers employés de la Bergère ont été repris par la société Chamatex. La seule industrie subsistante à Satillieu est l'atelier de NCA (Nouvelle Connectique Ardéchoise) avec 15 employés. L'usine inutilisée de la Bergère, qui s'étend sur 1,5 ha, est appelée à subir des transformations: la partie la plus proche du village en zone commerciale, la partie centrale démolie, la partie Est aménagée en ateliers relais.

Le tourisme et l'hébergement[modifier | modifier le code]

Le plan d'eau du Grangeon.

cette image n'est plus actuelle

Satillieu est labellisé Station verte de vacances depuis 1981. La végétation reste en effet très présente sur la commune avec encore beaucoup de prés qui précèdent les reliefs plus boisés. Au quartier du Grangeon, la commune a aménagé un camping. Des animations y ont lieu en été tous les mardis soirs. À la sortie vers Lalouvesc, l'hôtel Best Western La Gentilhommière offre 50 chambres, 18 studios et des salles de réunion en standing trois étoiles. Au village, l'hôtel Chaléat-Sapet offre 13 chambres, également en trois étoiles. Et on peut trouver aussi plusieurs gîtes ou chambres d'hôtes. La ferme équestre d'Arthieux et La Maison des Poneys proposent des promenades et des randonnées. 

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Satillieu

Les armes de Satillieu se blasonnent ainsi :
D'azur à la bande enfilant trois couronnes et accompagnée de deux fleurs de lys, le tout d'or.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    André Broutechoux   Président du SIVM du canton de Satillieu (1975-1983)[7]
mars 1977 en cours Pierre Giraud[8] DVD Retraité Fonction publique
Conseiller général du canton de Satillieu (1982-2015)

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[10].

En 2015, la commune comptait 1 582 habitants[Note 1], en diminution de 1,68 % par rapport à 2010 (Ardèche : +2,89 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 7002 0242 0361 9521 8701 9501 9921 9962 049
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 9522 3582 3102 2072 2202 5112 4222 2972 154
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 2082 2332 1652 0172 0202 1172 1772 1292 192
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
2 0711 9981 9721 8541 8181 5921 5961 6161 595
2015 - - - - - - - -
1 582--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

La population a longtemps dépassé les 2000 habitants. Au XXe siècle, jusque dans les années 1960, elle s'est maintenue malgré l'exode rural grâce à ses industries textiles. Elle a chuté ensuite à 1600 habitants, mais semble arriver à s'y maintenir.

Au confluent du Nant et du Malpertuis qui forment la rivière d'Ay.

Commerces et services[modifier | modifier le code]

Satillieu propose une remarquable densité de commerces et services pour un village de cette taille :

  • Commerces : épiceries, boulangeries/pâtisseries, boucheries, charcuteries, tabac, presse, salons de coiffure, bars, restaurants, hôtels, banques, assurance, auto-école.
  • Médical : médecins, kinésithérapeute, dentiste, centre de soins, maison de retraite, pharmacie.
  • Éducation : deux écoles primaires et un collège[13].
  • Divers : bureau de poste, perception, centre multimédia, bureau du tourisme.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

  • Abbé Hilaire, Monographie de Satillieu (1938)
  • Albin Mazon, Voyage autour d'Annonay (1901)
  • Guide de l'Union Touristique Ardèche Verte (1991)
  • Office de Tourisme du Val d'Ay
  • Archives municipales
  • Articles du Dauphiné Libéré, et notamment reportages du 24 juillet 2013 d'Amandine Brioude et reportages du 18 août 2014 de François Bassaget.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Institut national de l'information géographique et forestière (IGN), « Communes - Géoportail », sur http://www.geoportail.gouv.fr, (consulté le 31 juillet 2014)
  2. Albin Mazon, Églises du Vivarais, p. 31 et 170.
  3. Revue du Vivarais,
  4. « Ancien presbytère de Satillieu », notice no PA00116816, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  5. Salle Don Quichotte
  6. « Croix de peste », notice no PA00116815, base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. « Historique », sur val-d-ay.fr, Communauté de communes du Val d'Ay (consulté le 30 mars 2016).
  8. « Liste des maires du département de l'Ardèche » [PDF], Préfecture de l'Ardèche, (consulté le 30 août 2015).
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  13. collège Saint-Joseph en Val d'Ay