Lalouvesc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lalouvesc
Vue générale du village
Vue générale du village
Blason de Lalouvesc
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ardèche
Arrondissement Tournon-sur-Rhône
Canton Lamastre
Intercommunalité Communauté de communes du Val d'Ay
Maire
Mandat
Jean-François Couette
2014-2020
Code postal 07520
Code commune 07128
Démographie
Gentilé Louvetounes et Louvetous
Population
municipale
404 hab. (2015 en diminution de 12,17 % par rapport à 2010)
Densité 38 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 07′ 15″ nord, 4° 32′ 08″ est
Altitude Min. 716 m
Max. 1 256 m
Superficie 10,53 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte administrative d'Ardèche
City locator 14.svg
Lalouvesc

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte topographique d'Ardèche
City locator 14.svg
Lalouvesc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lalouvesc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lalouvesc
Liens
Site web http://www.lalouvesc.com/

Lalouvesc est une commune française, située dans le département de l'Ardèche en région Auvergne-Rhône-Alpes. Haut lieu spirituel, Lalouvesc est un des lieux de pèlerinage les plus importants de l'Ardèche.

La commune est jumelée avec Foncouverte, dans le département de l'Aude, le village de naissance de Saint Jean François Régis, décédé à Lalouvesc et saint emblématique du village.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Dans l'Antiquité, le col semble avoir abrité un poste de garde sur la voie romaine reliant Vienne à Saint-Agrève. Le nom de Lalouvesc proviendrait alors vraisemblablement du nom de cette garnison romaine qui avait comme nom « Alauda » (l'Alouette), mot gaulois, en occitan L'Alaveta (orthographié en écriture patoisante L'Aloveto). Une autre hypothèse évoque un relais de chasse aux loups des comtes d'Annonay, actuellement la Maison Claire, située au point de rencontre de deux vallons au pied du Suc de Mirabel.

Le nom de la commune est parfois orthographié « La Louvesc » sur les panneaux indicateurs. Il se prononce « Lalouvé » (en alphabet phonétique international : [laluve]).

Géographie[modifier | modifier le code]

À 1 080 mètres d’altitude, le village est positionné géographiquement dans un quadrilatère entre Saint-Étienne, Lyon, Valence et Le Puy-en-Velay. Point phare de l’Ardèche Verte, Lalouvesc est située sur les contreforts du Massif central, non loin des vallées du Haut-Vivarais, il faisait partie du canton de Satillieu jusqu'en 2014 et est voisin des communes de Pailharès et de Saint-Julien-Vocance. La plus grande ville à proximité de Lalouvesc est Annonay située au nord-est de la commune à 17 kilomètres.

Vue aérienne - Situation géographique du village

Le village se trouve au pied de trois sommets : au sud-est le mont Besset, au sud-ouest le suc de Mirabel, et au nord le mont Chaix.
Lalouvesc comprend, outre son chef-lieu, de nombreux hameaux :

  • Dans la direction de Rochepaule : Grange Neuve, la Vialette, les Grands et le Fournel ;
  • Dans la direction de Saint-Pierre-sur-Doux : le Crouzet ;
  • Dans la direction de Saint-Félicien, autour du mont Besset: les Sagnes, Bobignieux et le Besset.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Pierre-sur-Doux Saint-Symphorien-de-Mahun Satillieu Rose des vents
N
O    Lalouvesc    E
S
Rochepaule Lafarre

Éléments d'histoire[modifier | modifier le code]

La réputation de Lalouvesc est liée à la personne du saint prêtre jésuite Jean-François Régis dont la tombe est devenue objet de pèlerinages. Jean-François Régis, missionnaire itinérant des campagnes, y est mort, victime du froid à la veille de l'an 1640. C'est pour accueillir les pèlerins que la religieuse Thérèse Couderc y a fondé en 1826 la congrégation des Sœurs du Cénacle. En 1877, une grande basilique a remplacé l'église du village. Aujourd'hui, la fréquentation religieuse marque le pas mais persiste toute l'année pour des retraites spirituelles ou en été pour des cérémonies religieuses particulières.

Une rue principale plus animée en été.

Démographie[modifier | modifier le code]

Les recensements officiels donnent un peu plus de 400 habitants vers 1800. La population a augmenté jusqu'à 1 242 habitants en 1866, mais a baissé progressivement ensuite. Elle s'est maintenue autour de 500 habitants dans les années 1970 à 2000, puis a baissé pour atteindre aujourd'hui 434 habitants. Au village, cette baisse de population entraîne la présence de nombreux logements inhabités qui ont tendance à devenir progressivement inhabitables. En été, par contre, le nombre de résidents augmente jusqu'à atteindre les 1 200 habitants. En raison de sa situation et de son climat, Lalouvesc est en effet devenue aussi un centre de villégiature (résidences secondaires, séjours touristiques, visites à la journée). De nombreuses animations culturelles sont alors organisées: expositions du Carrefour des Arts, concerts, soirées, conférences… Des rassemblements s'y organisent volontiers. L'environnement invite à la randonnée, à la cueillette des fruits des bois ou au repos.

Le reste de l'année, le village retrouve du calme, la vie collective y reste présente grâce à une quinzaine d'associations. La maison de retraite accueille aussi 50 pensionnaires. Les commerces principaux y restent ouverts. Autour du village, l'activité agricole peine un peu à se maintenir. La forêt, par contre, est bien exploitée.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Lalouvesc

Les armes de Lalouvesc se blasonnent ainsi :
D'argent au chef d'azur chargé d'une fleur de lys d'or.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie

Le tableau ci-dessous dresse la liste des maires successifs de Lalouvesc.

Nom Étiquette Début de mandat Fin de mandat Précisions Portrait
Régis de l'Hermuzière
François Forel
Régis Chalaye
Mme Astier née Goudard
Jacques de Montgolfier
Edmond Battantier
André Costet
Joseph Charmetant
Julien Mialon Décédé en 2000 et remplacé par Bernard Besset
Bernard Besset
Jean-François Couette[1] en cours Commerçant, DVG


Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[3].

En 2015, la commune comptait 404 habitants[Note 1], en diminution de 12,17 % par rapport à 2010 (Ardèche (département) : +2,89 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
429 407 480 525 690 748 819 784 842
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 028 1 075 1 241 1 104 1 162 1 015 1 098 1 112 1 148
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 098 949 922 744 765 871 794 759 687
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
608 559 470 487 514 494 491 489 404
2015 - - - - - - - -
404 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

On se rend mieux compte de l'évolution du nombre d'habitants en reportant les chiffres précédents sur graphique :

Graphique représentant l'évolution de la population du village depuis la Révolution

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Haut lieu spirituel et religieux[modifier | modifier le code]

  • L'ancienne église Saint-Régis a aujourd'hui disparu (remplacée par la basilique actuelle), mais son mobilier liturgique baroque (autel et chaire) du XVIIIe siècle ont été déplacés dans l'église de Molière.
  • L'actuelle basilique Saint-Régis date du XIXe siècle. Elle abrite les reliques de Saint Jean-François Régis. Elle est au moins la 3e église successivement construite à Lalouvesc. Sa construction a duré douze ans et a été achevée en 1877. Elle est l'œuvre de l'architecte lyonnais Pierre Bossan, qui avait réalisé la basilique d'Ars en 1862, et qui a construit celle de Fourvière en 1884. Son style néo-byzantin s'inspire à la fois des églises romanes et des églises orientales. Elle se caractérise notamment par des colonnes intérieures en marbre d'une seule pièce, des vitraux évoquant la vie de saint François-Régis, une crypte qui contient ses reliques. Elle abrite dans ses clochers un bourdon qui est la plus grosse cloche d'Ardèche et une petite cloche qui sonna en 1640 la mort de St-François-Régis.
  • Le musée Saint-Régis abrite un diorama de Georges Serraz qui évoque, en une vingtaine d'étapes, la vie de Saint Régis.
  • La chapelle Saint-Régis demeure le lieu le plus vénérable de Lalouvesc. Elle a été construite en 1850 à l'emplacement de l'ancien presbytère où est mort le saint, le 31 décembre 1640. Cet édifice a été restauré en 1999. À cette occasion la peinture de la coupole : "L'arrivée de saint Régis au ciel accueilli par Jésus et Marie" de Paul Auda est redécouverte sous des couches de suie déposée par les milliers de cierges ayant brulés en ces lieux. Cette peinture avait été réalisée sur commande en 1898.
  • La chapelle Saint-Ignace fut construite en 1896 pour les besoins du pèlerinage. Elle se situe à proximité de la maison Saint-Régis, résidence des prêtres de la Compagnie de Jésus à Lalouvesc. Aujourd'hui elle accueille principalement des expositions organisées par le sanctuaire.
  • Le parc des Pèlerins, aménagé entre 1965 et 1979 s'ouvre par son grand escalier de lauzes. Une grande allée conduit à un amphithéâtre de gazon planté d'arbres. Le parc est le lieu d'offices religieux de plein air d'importance comme la grand-messe du 15 août et il peut accueillir plusieurs milliers de personnes. Un chemin de croix s'échelonne le long du parc. Les scènes sont gravées sur des menhirs (œuvre de Philippe Kaeppelin).
  • Le Cénacle a été fondé en 1826 par sainte Thérèse Couderc pour accueillir les pèlerins.
  • La fontaine St-Régis, en contrefort du mont Chaix est une source dont l'eau aurait des vertus miraculeuses. Elle est abritée dans une petite crypte, et constitue un lieu de culte pour les pèlerins. De nombreux touristes croyants ou non viennent y boire ou prier. De nombreux ex-votos sont déposés sous la statue du saint en signe de remerciement ou de prières.
  • Le calvaire du mont Chaix a été inauguré le .

Lieux de tourisme, de loisir et de culture[modifier | modifier le code]

  • La place du Lac est la plus grande place du village, elle tient son nom du fait de la présence d'un ancien lac sur son emplacement actuel. C'est également le lieu du marché de Lalouvesc qui se tient tous les jeudis durant la période estivale.
La place du Lac
  • Le parc municipal de loisirs du Val d'or, ouvert au public depuis le début des années 2000, est un endroit de calme et de convivialité, présentant des activités ludiques pour les enfants.
Le parc de loisirs du Val d'or
  • Le camping se situe au nord du village, non loin de la fontaine Saint-Régis. Il propose aussi des cabanes.
  • Les coins pique-niques permettent le repos du voyageur ou du touriste dans un cadre agréable.
  • Les promenades et randonnées ludiques : le parcours botanique sillonnant les pentes du mont Besset, le parcours de gymnastique en forêt près du mont Besset, le parcours des champignons parcourant le mont Chaix. En toutes saisons, randonneurs, cavaliers, VTTistes apprécient les nombreux sentiers de randonnées cheminant le long des champs et dans de majestueuses forêts à la découverte de framboises sauvages, myrtilles, champignons et faune variée...
  • La table d'orientation avec vue panoramique sur la chaîne des Alpes à l'est (on y voit le Mont-Blanc par temps clair).
  • Le Carrefour des Arts, expose des artistes depuis 1989.

Économie[modifier | modifier le code]

Événements[modifier | modifier le code]

  • Les rassemblements religieux les plus nombreux ont lieu le 16 juin et le dimanche suivant pour la fête de saint Jean-François Régis, le 31 juillet en l'honneur de saint Ignace de Loyola (fondateur des Jésuites), le 15 août pour la fête de l'Assomption, et le dernier dimanche d'août pour sainte Thérèse Couderc.
Des expositions sur quatre niveaux au Carrefour des Arts.
  • Le Carrefour des Arts[1] est une exposition d'arts plastiques de plus en plus renommée qui reçoit maintenant près de 10 000 visiteurs chaque été, locaux, français ou étrangers. Elle est organisée par une association de bénévoles, créée en 1989, qui rassemble une dizaine de membres actifs, une soixantaine d'adhérents et de nombreux partenaires, publics et privés. Elle présente chaque année les œuvres d'une dizaine d'artistes professionnels, français et étrangers, de renommée nationale ou internationale. Des techniques toujours diverses et originales y sont représentées, en peinture, sculpture, verrerie, broderie, vitraux, photos…, dans des mises en scène très élaborées. L'exposition s'étend sur les 700 m2 et les quatre niveaux du Centre d'Animation Communal, qui est l'ancienne école religieuse du village. Elle est en principe ouverte tous les après-midis au mois de juillet et d'août.
  • L'offre culturelle d'été comprend aussi des visites commentées du village, des conférences, des concerts classiques avec les Promenades musicales, des soirées au pub St-Régis...
* Rallye Monte-Carlo 1990 : départ de la spéciale de Lalouvesc
  • Le rallye automobile Monte-Carlo a fait très régulièrement étape à Lalouvesc, en tant que départ ou arrivée de spéciales. La région reçoit maintenant le Monte-Carlo historique.
  • L'Ardéchoise, à la fois course cyclosportive et plus grand rassemblement cyclotouriste d'Europe, créée en 1992 et qui rassemble chaque année plus de douze mille amateurs, n'est plus basée à Lalouvesc, mais constitue la dernière difficulté de la course avec le col à 1 092 m d'altitude.
  • Des commerces proposent des souvenirs religieux et des spécialités gastronomiques locales.
  • Deux hôtels restent ouverts, le Vivarais et les Voyageurs. Ils sont complétés par plusieurs gîtes ou chambres d'hôte. 

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Saint Francois Regis et sœur Thérèse Couderc sont les deux saints liés à Lalouvesc :

  • Saint Jean-François Régis est venu en mission à Lalouvesc le , et y est mort le 31 décembre, à l'âge de 44 ans. Ce prêtre jésuite était chargé de mission dans la région depuis 1634. Il y était très apprécié pour sa spiritualité et son dévouement aux pauvres. Son corps a été conservé à Lalouvesc qui est ensuite devenue lieu de pèlerinage. La basilique Saint-Régis qui contient ses ossements a été construite en son honneur.
  • Sainte Thérèse Couderc a fondé à Lalouvesc la congrégation des Sœurs du Cénacle. Un pèlerinage lui est aujourd'hui dédié à l'échelle mondiale. Le corps de sainte Thérèse Couderc repose aujourd'hui à Lalouvesc dans la chapelle du Cénacle.

Galerie de photographies[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Albin Mazon, Voyage autour d'Annonay (1901)
  • Guide de l'Union Touristique Ardèche Verte (1991)
  • Office de Tourisme du Val d'Ay
  • ressources municipales
  • articles du Dauphiné Libéré, et notamment reportages du 25 août 2014 de François Bassaget.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Liste des maires du département de l'Ardèche » [PDF], sur le site de la préfecture de l'Ardèche, (consulté le 30 juillet 2015).
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.