Satavahana

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’histoire image illustrant l’Inde
Cet article est une ébauche concernant l’histoire et l’Inde.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

L’empire Satavahana et ses conquêtes.

L’empire Satavahana (Telugu : శాతవాహన సామ్రాజ్యము, Maharashtri: सातवाहन) ou Andhra, est dirigée par une dynastie royale indienne basée à Dharanikota et Amaravati dans l'Andhra Pradesh et Junnar (Pune) et Prathisthan (Paithan) dans le Maharashtra. Son territoire couvre une grande partie de l'Inde à partir de 220 av. J.-C.[1]. Bien qu'il y ait une certaine controverse sur le moment où la dynastie a pris fin, on estime qu'elle a régné pendant environ 450 ans, jusque vers 220 apr. J.-C.

Les Satavahanas, d'abord feudataires de l'Empire Maurya, se rendent indépendant après la mort d'Ashoka. La population de leur royaume est d’origine préaryenne, mais la dynastie emprunte la culture sanskrite du Nord. Elle est en compétition avec la dynastie Shunga, puis avec celle des Kanva qui les remplacent dans le Magadha.

Après une période de déclin, Gautamiputra Satakarni (106-131) réussit à rétablir la puissance de la dynastie des Andhra, qui était au plus mal. En 124, Il bat le roi scythe Nahapana et le satrape Usavadatta, détruisant la dynastie scythe des Ksaharâtas[1].

À partir du règne de Vijaya (203-209), l’empire Andhra se divise peu à peu en principautés indépendantes (203-227).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Lionel D. Barnett, Antiquities of India : An Account of the History and Culture of Ancient Hindustan, Atlantic Publishers & Dist, (ISBN 9788171564422, présentation en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Carla M. Sinopoli, « On the edge of empire: form and substance in the Satavahana dynasty », dans Susan E. Alcock et al. (dir.), Empires: Perspectives from Archaeology and History, Cambridge, Cambridge University Press, (ISBN 0521-770203), p. 155-178