Subhas Chandra Bose

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Subhas Chandra Bose
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bose.
Statue de Subhas Chandra Bose à Shyambazar 5 point crossing, Kolkata

Subhas Chandra Bose, né le à Cuttack et vraisemblablement mort le à Taipei, est l’un des principaux dirigeants indépendantistes indiens à l'époque de la colonisation britannique. Surnommé Netaji (chef respecté), il s'est allié, au nom de l'anti-colonialisme, à l'Allemagne nazie et à l'Empire du Japon contre l'Empire britannique durant la Seconde Guerre mondiale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Bose naquit à Calcutta (actuelle Kolkata) dans une famille aisée qui s'accommodait plutôt bien de la domination coloniale britannique. Il fit des études brillantes qui semblaient le destiner à occuper une place éminente au sein du Raj. Mais, répugnant à se mettre au service de la puissance coloniale, Bose embrassa une carrière politique.

Bose est élu président du Congrès national indien pour deux mandats consécutifs. Il doit cependant démissionner à la suite d'une motion de défiance, motivée par un conflit idéologique face au Mahatma Gandhi. Il estimait que la tactique de non-violence de Gandhi serait insuffisante pour obtenir l’indépendance de l’Inde et prônait la résistance armée. Il crée un parti, le Bloc pour l'avenir de toute l'Inde, militant pour l’indépendance complète et immédiate de l’Inde. Son discours ne change pas à la déclaration de guerre en 1939, qu’il voit comme une occasion de renverser le pouvoir britannique. Dès lors, tous ses efforts tendirent à trouver des appuis susceptibles d'aider à la lutte pour la libération de son pays, appliquant le principe "les ennemis de mes ennemis sont mes amis".

Il est emprisonné onze fois par les Britanniques.

Rencontre entre Subhas Chandra Bose et Heinrich Himmler en 1943.

Le 5 janvier 1941, ayant réussi à échapper à ses geôliers britanniques, Bose quitta clandestinement Calcutta, pour chercher de nouveaux appuis pour l'indépendance de l'Inde[1]. Il se rendit d'abord à Moscou. Mais il y affronta la méfiance de Staline ; d'autre part, l'échec de la tentative hitlérienne de faire capituler la Grande-Bretagne faisait s'évanouir l'espoir stalinien d'un partage de l'empire britannique avec son allié nazi. Il se rendit alors à Berlin pour y proposer son aide contre l'Empire britannique. Hitler se montra assez peu réceptif à cette idée, en revanche Bose fut bien accueilli par Himmler, le chef des SS, qui s'intéressait à la spiritualité de l'Inde. C'est ainsi que naquit le corps indien de la Waffen SS, destiné à l'origine à lutter contre les Britanniques.

Mais l'invasion de l'URSS retarde l'exécution de ce plan, d'ailleurs illusoire du fait du racisme nazi et de la répugnance de Hitler, obnubilé par l’anti-soviétisme, à attaquer l'empire britannique. Il se tourne alors vers l'Empire du Japon, une puissance qui basait sa propagande sur la lutte contre le colonialisme occidental et joua un rôle important dans la mise en marche du processus de décolonisation d'après-guerre dans le sud-est asiatique. En 1943, il devient le chef du Gouvernement provisoire de l'Inde libre, basé à Singapour, et de l'Armée nationale indienne, composée de prisonniers de guerre indiens et de travailleurs de Singapour et du Sud-Est asiatique. Il est considéré à ce titre comme le fondateur de l'Armée nationale indienne. Le 30 décembre 1943, Chandra Bose hisse pour la première fois le drapeau tricolore indien à Port Blair. Il participe aux combats contre les Alliés durant la campagne de Birmanie, contribuant à la victoire des Japonais contre les forces coloniales britanniques dans ce pays, et pousse les Japonais à mener une offensive sur le sol indien, avec la participation de ses troupes : débutée en mars 1944, l'opération U-Go se solde cependant par un échec.

Le , selon la version officielle, Subhas Chandra Bose mourut dans un accident d'avion quand son appareil s'écrasa à Taïwan, alors qu'il tentait de rejoindre le Japon ou l'URSS. Son corps ne fut cependant jamais officiellement identifié et des théories alternatives ont été émises, certaines postulant qu'il aurait pu être capturé par l'Union soviétique, et serait mort en captivité en Sibérie, d'autres qu'il se serait caché sous une fausse identité. Des investigations menées par l'Inde, sur la base d'informations fournies par le gouvernement de Taïwan, n'ont pas permis de trouver de pistes à partir de son accident d'avion.

Bien que reconnu comme une figure de proue de l'indépendantisme indien, Subhas Chandra Bose demeure un personnage controversé dans le monde anglo-saxon du fait de son alliance avec l'Axe, adversaire du colonialisme britannique.

Héritage de Bose[modifier | modifier le code]

Bose appartient au panthéon officiel des héros de l’indépendance de l’Inde et fut même honoré en 1992, par le gouvernement indien, du titre de « Bharat Ratna ». Son portrait figure dans le parlement indien. Son effigie orne nombre de villes indiennes au même titre que celle du Mahatma Gandhi[2].

En 1981, la chaise sur laquelle était assis Bose lors de la création de la Banque du gouvernement provisoire de l'Inde libre, le 5 avril 1944, a été installée au Fort Rouge à Delhi, lieu symbolique de l'indépendance de l'Inde.

Netaji Bhawan, Kolkata

Aujourd'hui, Subhas Chandra Bose, personnage charismatique, jouit d'une immense popularité en Inde. L'aéroport international de Kolkata porte son nom. Sa demeure familiale a été convertie en musée et centre de recherche, le Netaji Bhawan.

Famille[modifier | modifier le code]

Bose a épousé en 1937 sa secrétaire autrichienne Emilie Schenkl (1910–96). Le couple a eu une fille Anita Bose-Pfaff née en 1942, professeur d'économie à l'université d'Augsbourg.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Dernière Guerre mondiale, chronologie commentée, d'André Kaspi, éditions Complexe, 1995, page 169.
  2. Par exemple à Mumbai sur la place SP Mukerjee Chowk

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

  • Magazine 2e Guerre mondiale n°15 (août-septembre 2007) : articles Des Indiens au service de l'Axe et Fiche personnage Subbhas Chandra Bose, le Netaji.