Sainte-Eulalie-d'Eymet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Sainte-Eulalie-d'Eymet
Sainte-Eulalie-d'Eymet
Le bourg de Sainte-Eulalie-d'Eymet.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Bergerac
Canton Sud-Bergeracois
Intercommunalité Communauté de communes des Portes sud Périgord
Statut Commune déléguée
Maire délégué Martial Lajoux
2019-2020
Code postal 24500
Code commune 24402
Démographie
Gentilé Eulaliens
Population 85 hab. (2016 en augmentation de 7,59 % par rapport à 2011)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 42′ 00″ nord, 0° 21′ 58″ est
Altitude Min. 62 m
Max. 150 m
Superficie 6,72 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Saint-Julien-Innocence-Eulalie
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 15.svg
Sainte-Eulalie-d'Eymet
Géolocalisation sur la carte : Dordogne
Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 15.svg
Sainte-Eulalie-d'Eymet
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 15.svg
Sainte-Eulalie-d'Eymet
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 15.svg
Sainte-Eulalie-d'Eymet

Sainte-Eulalie-d'Eymet est une ancienne commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Au , elle est intégrée à la commune nouvelle de Saint-Julien-Innocence-Eulalie en tant que commune déléguée.

Géographie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Le vallon de l'Escalette au nord-ouest du lieu-dit Peynau.

Limitrophe du département de Lot-et-Garonne et située dans le quart sud-ouest du département de la Dordogne, en Bergeracois, la commune déléguée de Sainte-Eulalie-d'Eymet s'étend sur 6,72 km2. Représentant la partie occidentale de la commune nouvelle de Saint-Julien-Innocence-Eulalie, elle est bordée à l'est et au sud-est par l'Escourou, un ruisseau affluent du Dropt.

L'altitude minimale avec 62 mètres se trouve localisée au sud, en aval du lieu-dit le Moulin de la Motte, là où l'Escourou quitte la commune et sert de limite entre celles de Soumensac et d'Eymet. L'altitude maximale avec 150 mètres est située au nord-ouest, au nord du lieu-dit le Noble, en limite de Thénac. Au niveau géologique, le sol se compose principalement de calcaires oligocènes, hormis en vallée de l'Escourou, recouverte d'alluvions holocènes[1].

Traversé par la route départementale 18, le petit bourg de Sainte-Eulalie-d'Eymet se situe en distances orthodromiques, quatre kilomètres au nord-nord-ouest d'Eymet et dix-neuf kilomètres au sud-ouest de Bergerac.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

En 2018, année précédant la création de la commune nouvelle de Saint-Julien-Innocence-Eulalie, Sainte-Eulalie-d'Eymet était limitrophe de six autres communes, dont deux dans le département de Lot-et-Garonne.

Communes limitrophes de Sainte-Eulalie-d'Eymet
Loubès-Bernac
(Lot-et-Garonne)
Thénac Sainte-Innocence
Sainte-Eulalie-d'Eymet Fonroque
Soumensac
(Lot-et-Garonne)
Eymet

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Villages, hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Outre le petit bourg de Sainte- Eulalie-d'Eymet proprement dit, le territoire se compose d'autres villages ou hameaux, ainsi que de lieux-dits[2] :

  • les Andrieux
  • Bas d'Avant
  • Bellevue
  • le Bois Brûlé
  • Bois de Valade
  • la Borie
  • Casseplégat
  • le Château de Gorce
  • les Combes
  • Croze Tambourne
  • l'Ermitage
  • Forêt de Casseplegat
  • Gaste Soleil
  • Goudan
  • Graulet
  • la Métairie Neuve
  • le Moulin de la Motte
  • la Noble
  • Pascalot
  • la Petite
  • Peynau
  • les Rivailles
  • les Saints-Amands
  • Tumulus de l'Homme Mort
  • le Vignaud

Toponymie[modifier | modifier le code]

La première mention écrite connue du lieu date de l'an 1053 sous la forme Sancta Eulalia, concernant son église, possession de l'abbaye de Sarlat, selon la Gallia Christiana[3],[4]. Au XVIe siècle, le nom évolue en Sainte-Aulaye puis Sainte-Aulaire en 1760[3]. Au milieu du XVIIe siècle, sur l'Atlas de Johannes Blaeu, le lieu est indiqué sous la forme « S. Eulaire »[5].

Sur la carte de Cassini représentant la France entre 1756 et 1789, le village est identifié sous le nom de Sainte Eulalie de Puiguillien[6], en référence à la proximité de Puyguilhem.

À la Révolution, la paroisse devient une commune identifiée en 1793 sous le nom d'Eulalie puis en 1801 Sainte-Eulalie[7] avant de prendre le nom de Sainte-Eulalie-d'Eymet à partir de 1862[4].

En occitan la commune se nomme Senta Eulària d'Aimet[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au lieu-dit Saint-Amand, le territoire communal a été occupé par des humains dès le Paléolithique[4].

L'église du lieu, Sancta Eulalia, y est mentionnée en 1053[3]. En 1265, le roi d'Angleterre Henri III y fait construire une bastide[3].

Au , la commune fusionne avec Saint-Julien-d'Eymet et Sainte-Innocence pour former la commune nouvelle de Saint-Julien-Innocence-Eulalie[9]. À cette date, les trois communes fondatrices deviennent communes déléguées.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Dès 1790, la commune de Sainte-Eulalie-d'Eymet est rattachée au canton d'Eymet qui dépend du district de Bergerac jusqu'en 1795, date de suppression des districts. En 1801, le canton est rattaché à l'arrondissement de Bergerac[7].

Dans le cadre de la réforme de 2014 définie par le décret du 21 février 2014, ce canton disparaît aux élections départementales de mars 2015[10]. La commune est alors rattachée au canton du Sud-Bergeracois.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Selon l'arrêté préfectoral no 2011-53 du 25 août 2011, la commune de Sainte-Eulalie-d'Eymet adhère à la communauté de communes Val et Coteaux d'Eymet à compter du 1er janvier 2012[11]. Celle-ci disparaît le 31 décembre 2013, remplacée au 1er janvier 2014 par une nouvelle intercommunalité élargie, la communauté de communes des Portes sud Périgord.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La population de la commune étant inférieure à 100 habitants au recensement de 2011, sept conseillers municipaux ont été élus en 2014[12],[13]. Ceux-ci sont membres d'office du conseil municipal de la commune nouvelle de Saint-Julien-Innocence-Eulalie, jusqu'au renouvellement des conseils municipaux français de 2020.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie en 2018.
Liste des maires successifs[14]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
janvier 1878 mai 1888 Jacques Philippe Ramond[15]    
mai 1888 mai 1904 (Jean) Ernest Ramond    
mai 1904 1912 Pierre Marty[16]    
1912 mai 1912 Jean Lagrange   Adjoint faisant fonctions de maire
mai 1912 décembre 1919 Jean Lagrange    
décembre 1919 mars 1925 Philippe Ramond    
mars 1925 1927 Alfred Dauttreville    
1927 mars 1927 (Jean) Léon Fraysse   Adjoint faisant fonctions de maire
mars 1927 avril 1939 (Jean) Léon Fraysse[16]   Cultivateur
avril 1939 mai 1939 Gabriel Raynaud   Adjoint faisant fonctions de maire
mai 1939 1941 ou 1942 Gabriel Raynaud    
1941 ou 1942 1944 Roger Reynau   Président de la délégation spéciale
1944 mars 1983 Roger Reynau    
mars 1983 mars 1989 Yves Villemagne    
mars 1989 mars 2001 Pierre Le Naour    
mars 2001 mars 2008 Jean-François Villemagne   Employé électricien
mars 2008 décembre 2018 Martial Lajoux SE[17] Gérant d'exploitation viticole et céréalière

Instances judiciaires[modifier | modifier le code]

Dans les domaines judiciaire et administratif, Sainte-Eulalie-d'Eymet relève[18] :

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de Sainte-Eulalie-d'Eymet se nomment les Eulaliens[19].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[21].

En 2016, la commune comptait 85 habitants[Note 1], en augmentation de 7,59 % par rapport à 2011 (Dordogne : -0,67 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
340199210248265232221207214
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
185196177201187200161157149
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
162163176130135124135139131
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
13510598937977727584
2016 - - - - - - - -
85--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[22].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Les données économiques de Sainte-Eulalie-d'Eymet sont incluses dans celles de la commune nouvelle de Saint-Julien-Innocence-Eulalie.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Au sud de la commune, les parties aval des vallées de l'Escourou, de son affluent l'Escalette et de la Gangoulège (affluent de l'Escalette) font partie d'une zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) de type I[25],[26]. Ces vallées sont situées en amont du lac de l'Escourou devenu un lieu de passage ou d'hivernage pour de nombreuses espèces d'oiseaux.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Patrick Ranoux, préface de René Pijassou, Atlas de la Dordogne-Périgord, Ouvrage publié à compte d'auteur, Speed impression, 1996, (ISBN 978-2-9501476-1-5), p. 19.
  2. « Sainte-Eulalie-d'Eymet » sur Géoportail (consulté le 5 octobre 2018).
  3. a b c et d Vicomte Alexis de Gourgues, Dictionnaire topographique du département de la Dordogne comprenant les noms de lieu anciens et modernes (L-Z), article « Sainte-Eulalie », 1873, sur guyenne.fr, consulté le 31 octobre 2018.
  4. a b et c Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, Éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2), p. 377.
  5. « Petrocorium comitatus Vulgo la Comtee de Perigort », Le Royaume de France (réédition à l'identique de l'ouvrage de Johannes Blaeu de 1663), René Malherbe éditeur, Épinay-sur-Seine, 1987, (ISBN 2-905780-31-2), p. 176.
  6. « Ste Eulalie de Puiguillien » sur Géoportail (consulté le 9 octobre 2018)..
  7. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 25 mars 2014.
  9. « Arrêté portant création de la commune nouvelle Saint-Julien-Innocence-Eulalie » [PDF], sur Préfecture de la Dordogne, Recueil des actes administratifs de la Dordogne, (consulté le 30 septembre 2018), p. 47-52
  10. Légifrance, « Décret no 2014-218 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Dordogne », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 9 octobre 2018).
  11. « Arrêté préfectoral n° 2011-53 (page 21) »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le 3 octobre 2011.
  12. Article L2121-2 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance, consulté le 8 octobre 2018.
  13. Résultats des élections municipales et communautaires 2014 sur le site du ministère de l'Intérieur, consulté le 8 octobre 2018.
  14. Période 1878-2008 : registres de délibérations communales consultés le 6 novembre 2018 à la mairie de Sainte-Eulalie-d'Eymet.
  15. Démissionnaire.
  16. a et b Décédé en fonctions.
  17. « Voici vos 557 maires », édition spéciale de Sud Ouest du 3 avril 2008, p. 9.
  18. « Annuaire des juridictions d'une commune », sur le site du ministère de la Justice (consulté le 6 octobre 2018).
  19. Fiche commune Sainte-Eulalie-d'Eymet, Union des maires de la Dordogne, consultée le 26 novembre 2016.
  20. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  21. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  23. Abbé Carles, Dictionnaire des paroisses du Périgord, éditions du Roc de Bourzac, Bayac, 2004, (réédition à l'identique de celle de 1884 : Les titulaires et patrons du diocèse de Périgueux et de Sarlat), (ISBN 2-87624-125-0), p. 170.
  24. Guy Penaud, Dictionnaire des châteaux du Périgord, éditions Sud Ouest, 1996, (ISBN 2-87901-221-X), p. 135.
  25. [PDF] Étang de l'Escourou et Grotte de Saint-Sulpice-d'Eymet, INPN, consulté le 17 octobre 2018.
  26. Carte de la ZNIEFF 720014267, INPN, consulté le 17 octobre 2018. Afin de visualiser correctement la zone par rapport aux communes, cliquer en haut à gauche sur le globe terrestre bleu, descendre la valeur de la couche « Métropole : ZNIEFF1 » à 0 et augmenter l'opacité de la couche « Cartes IGN » à 1.