Saint-André-du-Bois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-André-du-Bois
Saint-André-du-Bois
La mairie (déc. 2011).
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Langon
Intercommunalité Communauté de communes du Sud Gironde
Maire
Mandat
Pascale Guagni-Le Moing
2020-2026
Code postal 33490
Code commune 33367
Démographie
Gentilé Andrésiens
Population
municipale
434 hab. (2017 en augmentation de 4,08 % par rapport à 2012)
Densité 43 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 36′ 21″ nord, 0° 10′ 55″ ouest
Altitude Min. 33 m
Max. 117 m
Superficie 10 km2
Élections
Départementales Canton de l'Entre-Deux-Mers
Législatives Douzième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Saint-André-du-Bois
Géolocalisation sur la carte : Gironde
Voir sur la carte topographique de la Gironde
City locator 14.svg
Saint-André-du-Bois
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-André-du-Bois
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-André-du-Bois
Liens
Site web saintandredubois.fr

Saint-André-du-Bois est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Gironde, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'Entre-deux-Mers, à 52 km au sud-est de Bordeaux, chef-lieu du département, à 8,5 km au nord-est de Langon, chef-lieu d'arrondissement et à 6 km au nord-est de Saint-Macaire, chef-lieu de canton[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes en sont Sainte-Foy-la-Longue au nord-est, Saint-Martin-de-Sescas au sud-est, Saint-Pierre-d'Aurillac au sud, Le Pian-sur-Garonne au sud-ouest, Saint-Maixant à l'ouest-sud-ouest sur environ 500 mètres, Semens à l'ouest sur environ 500 mètres également, Saint-Germain-de-Grave au nord-ouest et Saint-Martial au nord.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est traversée, dans le bourg, par la route départementale D672 qui mène vers le nord-est à Saint-Laurent-du-Bois et à Sauveterre-de-Guyenne et vers le sud-ouest au Pian-sur-Garonne et à Saint-Macaire.
L'accès le plus proche à l'autoroute A62 (Bordeaux-Toulouse) est le no 3, dit de Langon, distant de 10 km par la route vers le sud-ouest.
L'accès no 1, dit de Bazas, à l'autoroute A65 (Langon-Pau) se situe à 23 km vers le sud-sud-ouest.
L'accès le plus proche à l'autoroute A89 (Bordeaux-Lyon) est celui de l'échangeur autoroutier avec la route nationale 89 qui se situe à 40 km vers le nord-nord-ouest.

La gare SNCF la plus proche est celle, distante de 4,5 km par la route vers le sud, de Saint-Pierre-d'Aurillac sur la ligne Bordeaux-Sète du TER Aquitaine. Sur la même ligne mais offrant plus d'opportunités de liaisons, la gare de Langon se situe à 8 km par la route vers le sud-ouest.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du village fait référence à saint André, premier apôtre du Christ.
La terminaison du nom de la commune rappelle son appartenance au massif végétal qui a longtemps occupé l’Entre-Deux-Mers[3].

En gascon, le nom de la commune est Sant Andrieu deu Bòi ou Sent Andriu dau Bòi ou Sent Andriu dau Bòsc.

Histoire[modifier | modifier le code]

À l'instar de la région de Monségur, le village, ravagé et dépeuplé par la guerre de Cent Ans, a connu une immigration relativement importante de Gavaches, « étrangers » de langue d'oil, en l'occurrence le saintongeais ou poitevin-saintongeais[3].

À la Révolution, la paroisse Saint-André-du-Bois forme la commune de Saint-André-du-Bois[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2008 2020 Martine Delong[5]   Agent technique
2020 En cours Pascale Guagni-Le Moing    

Le conseil municipal élu les 22 et a rencontré deux écueils, l'un avec le décès, le , du premier adjoint, Serge Le Baro, l'autre avec l'invalidation, le , par le Conseil d'État de l'élection de Christine Allué[6]. Une élection municipale partielle doit avoir lieu les 1er et .

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants sont appelés les Andrésiens[7].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[9].

En 2017, la commune comptait 434 habitants[Note 1], en augmentation de 4,08 % par rapport à 2012 (Gironde : +6,72 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
764791781751768761760720728
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
702683690685720659613603603
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
643668631586584569511478493
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
486470411392421388363403428
2017 - - - - - - - -
434--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La maison noble de Taste construite au XVIe siècle devient vers 1870 le château Malromé qui a été restauré au milieu du XIXe siècle. En 1883, il devient la propriété de la famille Toulouse-Lautrec-Monfa.
  • L'église Saint-André. Le , un violent orage vient détruire l'église du XVIe siècle. Il reste quelques traces de cette église perceptibles sur les murs extérieurs de l'édifice actuel. Vers 1860, une nouvelle façade néo-gothique et un clocher avec horloge furent construits, grâce aux donations des paroissiens. À l'intérieur, sont ajoutées deux absides.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.


Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances les plus courtes par la route - Les distances orthodromiques sont respectivement de 40,8 km pour Bordeaux, 7,9 km pour Langon et 5,7 km pour Saint-Macaire. Données fournies par Lion1906.com, consulté le 30 décembre 2011.
  2. Saint-André-du-Bois sur Géoportail, consulté le 19 octobre 2015.
  3. a b c et d Saint-André-du-Bois sur le site « Visites en Aquitaine - Région Aquitaine » (CC-BY-SA), consulté le 25 novembre 2014.
  4. Historique des communes, p. 45, sur GAEL (Gironde Archives en ligne) des Archives départementales de la Gironde, consulté le 1er avril 2013.
  5. Commune de Saint-André-du-Bois sur le site de l'AMF, Association des Maires de France, consulté le 30 décembre 2011.
  6. Saint-André du Bois: annulation de l'élection de Christine Allué, Le Républicain du 15 décembre 2014, consulté le 22 février 2015.
  7. Nom des habitants de la commune sur habitants.fr.
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.